Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Ange
Luis Ortega  janvier 2019

Réalisé par Luis Ortega. Argentine/Espagne. Drame. 1h58 (Sortie 9 janvier 2019). Avec Lorenzo Ferro, Chino Darín, Daniel Fanego, Mercedes Moran, Malena Villa, Cecilia Roth, Luis Gnecco, Peter Lanzani et William Prociuk.

Il y a deux ans, avec "El Clan", Pablo Trapero avait reconstitué de manière magistrale une histoire vraie des années de la dictature, celle d'une famille de criminels argentins, dont la singularité était d'appartenir à la bonne bourgeoisie avec notamment un fils jouant avec les "Pumas", l'équipe nationale de rugby.

Avec "L'Ange" de Luis Ortega, le crime sanguinaire est une fois de plus élevé au rang des beaux-arts du pays de Borges et de Maradona. Et le criminel est garanti insoupçonnable puisqu'il n'a pas l'air d'une brute épaisse et n'est pas l'héritier d'une lourde hérédité poussant à mal agir et à s'en prendre à l'ordre social.

Non, Carlitos, Carlos Robledo Puch pour l'état civil, est un jeune homme qu'on peut par bien des côtés toujours considéré comme un adolescent et qui se caractérise par un visage angélique.

Quand il daigne sourire, ce blondinet pourrait obtenir le bon Dieu sans confession. Et il le sait ! Et il n'hésite pas à en jouer quand la situation l'y oblige.. Car cet éphèbe blond aime vivre dangereusement, pénétrer chez les autres - surtout quand ils habitent des villas cossues - et se servir au gré de sa fantaisie.

Tout pour lui paraît irréel, sauf sa petite cellule familiale avec une mère qui l'adore et un père obtus qui commence à flairer qu'il ne sera pas l'être viril et travailleur dont il rêvait...

Ayant découvert un alter ego, Ramon, dont il va considérer les parents voleurs comme il aurait aimé que ce soient ses propres géniteurs, il va s'adonner à son métier de monte-en-l'air avec une redoutable aisance, mais peu à peu, en visitant les appartements qu'il pénètre avec parfois trop de facilité, il va s'en prendre aux endormis et faire en sorte qu'ils ne se réveillent plus...

Attention ! L'affiche du film est mensongère : rien à voir avec le personnage de Mesrine. Carlitos est un ange blond qui cache froidement ses turpitudes et ses tendances paranoïaques, et qui n'a nullement envie de s'attaquer à la société parce qu'elle est pleine d'interdits qu'il aime transgresser.

S'il fallait faire un rapprochement, ce serait plutôt avec un beau personnage d'adolescent tueur comme pouvait les imaginer Jean Genet, d'autant que sa sexualité le porte vers les garçons. Précise, tendue, haletante, la mise en scène de Luis Ortega alterne les moments où, comme disait Belmondo dans "Le Voleur" de Louis Malle "il fait salement son travail sale", et ceux où il s'est envolé de ce monde en "Petit Prince" venant d'ailleurs.

Joué avec un charme vénéneux par Lorenzo Ferro, qui à l'image de Dorian Gray, paraît être étranger à toute dégradation morale, Carlitos est aussi entouré d'acteurs magnifiques (telle Cécilia Roth, ex égérie d'Almodovar) et le jeune Chino Darin, forcément fils du grand Ricardo Darin et amené par atavisme à lui succéder sur les écrans argentins.

"L'Ange" de Luis Ortega donne à voir le portrait d'un jeune homme entre adolescence et état adulte. Sauf que ce passage commun à tous les garçons est ici compliqué - et rendu finalement impossible - par une série de meurtres aussi concrets pour le spectateur qu'abstraits pour celui qui les pratique...

Formellement plein de trouvailles pour montrer cette dérive hors de la réalité ponctuée d'atterrissages soudains et terribles dans la vraie vie, le film est d'une grande efficacité notamment avec sa fin attendue et pourtant construite sur un faux suspense donnant l'illusion qu'une autre issue serait possible.

Du grand art pour un thriller qui sait éviter d'être seulement froid et intelligent et apporte de quoi méditer ironiquement sur le sens de la vie.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 20 janvier 2019 : Du vieux, du neuf, du beau

Cette semaine on a rencontré Jean Pierre Kalfon qui sera en concert avec Jad Wio, on est allé au théâtre, au cinéma, on a écouté des disques et vu des expositions... Bref, on s'est fait plaisir pour vous offrir un sommaire riche et éclectique, cette semaine encore. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Remind me tomorrow" de Sharon Van Etten
"Todhe todhe, volume 3" de Pierre de Bethmann Medium Ensemble
Rencontre avec Jean Pierre Kalfon qui sera en concert avec Jad Wio le 24/01
"Bottle it in" de Kurt Vile
"Abandonnée / Maleja" de La Tène
"Transparence" de TOOOD (That Obscure Object Of Desire) à retrouver également en interview mais aussi pour une superbe session électrique de 4 titres à prolonger par leur passage dans l'émission Trifazé de Radio Campus à réécouter ici
"Assume form" de James Blake
"Desert eyes" de (Thisis) Redeye
"L'étrangère" de Andéel
"They are here" de Falaises
"Emigrar" de Irina Gonzalez
"Unwind EP" de Liquid Bear
et toujours :
"Origami harvest" de Ambrose Akinmusire
"La fille de l'air" de Evelyne Gallet
"Egdes" de F/LOR
"Chemin vert" de Joseph Fisher
"Lignes parallèles : Haydn, Lipatti, Mozart" de Julien Libeer et les Métamorphoses et Raphael Feye
"Bien avant que le soleil se lève" de Screamming Kids
"The white album" de The Beatles
"Scenario" de Ysé Sauvage

Au théâtre :

les premiers spectacles de l'année :
"Retour à Reims" à l'Espace Cardin
"The Scarlet letter" au Théâtre de la Colline
"Arctique" aux Ateliers Berthier
"Insoutenables longues étreintes" au Théâtre de la Colline
"Le Faiseur de théâtre" au Théâtre Dejazet
"Certaines n'avaient jamais vu la mer" à la Manufcature des Oeillets
"Microfictions" au Lavoir Moderne Parisien
"Le Presque rien et le Quelque chose" au Lavoir Moderne Parisien
"Convulsions" au Théâtre Ouvert
"Les Yeux d'Anna" au Théâtre 13/Seine
"La Dama Boba" au Théâtre 13/Jardin
"Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner" à la MC93 à Bobigny
"Proust en clair" au Théâtre de la Huchette
"Dans la peau de Cyrano" au Théâtre Le Lucernaire
"Prévert" au Théâtre du Rond-Point
"Braise et Cendres" au Théâtre Le Lucernaire
et les reprises:
"Sang négrier" à la Folie Théâtre
"Le Portrait de Dorian Gray" au Théâtre Le RAnelagh
"Le Paradoxe des jumeaux" au Théâtre de la Reine Blanche
"Les Femmes de Barbe-Bleue" au Lavoir Moderne PArisien
"1830 - Sand, Hugo, Balzac : tout commence…" au Théâtre Essaion
"Michael Kohlhaas, l'homme révolté " au Théâtre Essaioon
"Je buterai bien ma mèr eun dimanche" au Point Virgule
"Cabaret Louise" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Mon Coeur" au Théâtre Paris-Villette
"Europa" au Lavoir Moderne Européen
"Odyssée" au Théâtre Montmartre-Galabru
"F(r)ictions" à la Grande Halle de La Villette
et les autres spectacles à l'affiche en janvier

Expositions avec :

avec la dernière ligne droite pour :
"Caravage à Rome " au Musée Jacquemart-André
"Alphonse Mucha" au Musée du Luxembourg
"Trésors de Kyoto - Trois siècles de création Rinpa" au Musée Cernushi
"L'Asie rêvée d'Yves Saint-Laurent" au Musée Yves Saint-Laurent
"La Fabrique du Luxe" au Musée Cognacq-Jay
"Il était une fois Sergio Leone" à la Cinémathèque française

les films de la semaine :
"Ma vie avec James Dean" de Dominique Choisy
et la chronique des autres sorties de janvier

Lecture avec :

Présentation du Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême #46
"Anatomie d'un scandale" de Sarah Vaughan
"Ce que je peux enfin vous dire / Devenir" de Ségolène Royal / Michelle Obama
"Essence" de Fred Bernard & Benjamin Flao
"Foulques" de Véronique Boulais
"Le pays des oubliés" de Michael Farris Smith
"Les amochés" de Nan Aurousseau
"Phagocytose" de Marcos Prior & Danide
et toujours :
"Des hommes couleur de ciel" de Anais Llobet
"La femme de marbre" de Louisa May Alcott
"La transparence du temps" de Leonardo Padura
"Les couleurs de Fosco" de Paola Cereda
"Oiseau de nuit" de Robert Bryndza
"Philo & co : A la poursuite de la sagesse" de Michael F Patton et Kevin Cannon
"Vesoul, le 7 janvier 2015" de Quentin Mouron
"Vigile" de Hyam Zaytoun"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 20 janvier 2019 : Du vieux, du neuf, du beau
- 13 janvier 2019 : La Culture n'est pas en solde
- 6 janvier 2019 : Bonne Année ! Que vive la culture !
- 30 décembre 2018 : 2019 en ligne de mire
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=