Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce An elephant sitting still
Ho Bu  janvier 2019

Réalisé par Hu Bo. Chine. Drame. 3h50 (Sortie 9 janvier 2019). Avec Yu Zhang, Yuchang Peng, Uvin Wang, Congxi Li, Xiaolong Zhang, Xiang Rong Dong, Jing Jing Guo et Miaomiao He.

Quand on est pour la première fois face à un film comme "An elephant sitting still" de Hu Bo, on n'a pas envie de le raconter ni de le commenter.

Simplement de dire quelque chose de simple et de définitif : on n'a pas fini d'en parler, on va désormais le voir et le revoir, il y aura un avant et un après "An elephant sitting still".

Déjà, son auteur, Hu Bo, est peut-être le premier mythe de ce millénaire. En se suicidant à vingt huit ans, juste après le montage de son film, il a signé son entrée dans le club des artistes "maudits" ou "météorites" (selon l'expression du grand Wang Bing).

Auteur de quelques courts-métrages, de plusieurs nouvelles, d'un roman et de cet unique film-somme, il a tout pour prendre place au panthéon des cinéastes qui n'auront laissé qu'une œuvre brève, mais une œuvre fulgurante, fiévreuse, indispensable et indépassable. Sera-t-il qualifié de Vigo chinois ?

C'est sans doute trop tôt pour le dire, mais, en décrivant des Chinois qui sont entrés dans la modernité occidentale par la petite porte, possèdent des portables, des vêtements de meilleure qualité que les générations précédentes et prennent des bus qui ressemblent aux bus longue distance étasuniens, son film de quatre heures pointe le doigt sur une nouvelle Chine dans laquelle les solidarités sont tombées et ont fait place à un univers de solitude, de petites mesquineries et d'embrouilles minables.

Dans "An elephant sitting still" de Hu Bo, tous les protagonistes racontent l'histoire de cet "éléphant qui reste assis", ne bouge pas et que le public vient voir dans un zoo, fasciné, attendant le moment improbable où il se lèvera.

C'est cette histoire qui les rassemble encore comme métaphore de la Chine en mastodonte amorphe dont on espère le réveil pour des temps modernes pas seulement économiques.

Ce qui fascine aussi dans "An elephant sitting still" de Hu Bo, c'est que la construction de son récit n'est pas uniquement chinoise, on sent qu'il a lu des romans américains, vu des films de là-bas et d'ailleurs. Son film, par bien des côtés, n'est pas parfait.

Et c'est tant mieux : c'est un premier film (et hélas un dernier). Quelques scènes semblent un peu surjouées, manière "Actor's Studio", mais elles participent à ce flot pelliculaire et narratif qui donne à ce film une espèce d'exubérance minimaliste qui aurait pu être la marque de Hu Bo s'il avait voulu poursuivre son expérience parmi l'espèce humaine.

Quand on est à l'intérieur de ce film pour la première fois, on se demande vraiment où on est, on comprend à peine ce qu'il décrit et tout à coup, on est emporté par son souffle, par tous ses personnages dont on ne sait jamais s'ils vont être importants ou épisodiques.

On se dit très vite qu'il faut profiter du film, s'y laisser à aller, car on comprend qu'on le verra et le reverra à l'avenir, et que ses zones d'ombre s'éclaireront, qu'il cache au premier abord sous une forme discursive une construction savante et vraiment pensée.

Bref, si l'on voulait inciter des spectateurs à venir en confiance contempler une œuvre de quatre heures dont ils ne regretteront pas la moindre seconde, on leur dirait qu'ils vont découvrir quelque chose qui appartient totalement au 21ème siècle, qui n'aurait pu exister avant et qui les aidera à comprendre ce qui peut s'y passer.

"An elephant sitting still" de Hu Bo est le premier film dont on est sûr qu'il fera longtemps parti des meilleurs films de ce nouveau millénaire.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2019-01-13 :
Les Nuits de la pleine lune - Eric Rohmer
Les Films - Janvier 2019
La Garçonnière (The Apartment) - Billy Wilder
Certains l'aiment chaud (Some like it hot) - Billy Wilder

• Edition du 2019-01-06 :
L'Enfer dans la ville - Renato Castellani
An elephant sitting still - Ho Bu
L'Ange - Luis Ortega
 

• Archives :
Asako I & II - Ryusuke Hamaguchi
Miraï ma petite soeur - Mamoru Hosoda
Monsieur - Rohena Gera
Singin in the rain (Chantons sous la pluie) - Stanley Donen et Gene Kelly
The Happy Prince - Rupert Everett
Basquiat, un adolescent à New York - Sara Driver
Le sous-bois des insensés - Martine Deyres
Rêver sous le capitalisme - Sophie Bruneau
Utoya 22 juillet - Erik Poppe
Pachamama - Juan Antin
Rétrospective James Caan - Cinémathèque française
La Cousine Bette - Max de Rieux
Les Films - Décembre 2018
Ciné en Bref - Les Veuves - Mauvaises herbes- Les Bonnes intentions- SAale temps à l'Hôtel El Royale - Boohemian Rhapsody - Kursk - Suspiria - Les chatouilles - Sauver ou périr - Chacun pour tous -
Les Confins du monde - Guillaume Nicloux
What you gonna do when the world's on fire ? - Roberto Minervini
Cycle La Nouvelle Vague tchèque - Cinémathèque française
Le Fleuve sauvage ("Wild River") - Elia Kazan
Premières solitudes - Claire Simon
Degas, une passion pour la perfection - David Bickerstaff
A Bread Factory Part 1 - Patrick Wang
Le Départ - Jerzy Skolimowski
Les Films -
Un amour impossible - Catherine Corsini
Elena et les hommes - Jean Renoir
L'Adieu aux armes - Frank Borzage
Carmen & Lola - Arantxa Echevarría
High Life - Claire Denis
Sophia Antipolis - Virgil Vernier
The Other side of the wind - Orson Welles
- les derniers articles (2)
- les derniers cineclub (6)
- les derniers concerts (18)
- les derniers expos (1)
- les derniers films (1401)
- les derniers interviews (15)
- les derniers spectacles (1)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=