Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Evelyne Gallet
La fille de l'air  (Inouïe)  novembre 2018

"J’ai la langue fleurie et je m’exprime librement, du moins la plupart du temps, pourtant ça me gêne, je ne sais pas dire je t’aime, les mots se planquent, le courage me manque" ("Je ne sais pas")

Voilà, tout est dit, ou presque. Evelyne Gallet se présente sans fioriture, elle est La fille de l’air "Celle qu’on regarde de travers", une femme qui n’a pas la langue dans sa poche. J’ajouterai qu’elle a la classe de dire ce qu’elle pense sans vulgarité. Je l’imagine au quotidien pince-sans-rire, le regard acéré sur ce qui l’entoure. Une princesse tatouée.

Sa musique est une plume gaillarde, lestée de basses pour ancrer ses mélodies sur le plancher des ruminantes bestioles. Un peu comme si la baguette magique pouvait s’onduler au gré des flots. Vive et tendre, Evelyne Gallet fait de la chanson à textes inspirés de faits réels.

Cinquième album de l’artiste, La fille de l’air est un virevoltant moment de franc parler. A la limite du théâtral, les morceaux d’Evelyne Gallet sont chacun truffés de tournures rythmiques et de sens. Sans en faire des tonnes, elle nous touche avec une honnêteté sans roublardise.

Son univers est meublé de guitares et percussions, un peu de violon pour les larmes, la parole au palpitant sur les percussions plus lourdes, le trombone étire les ombres quand le clavier les illumine. Et sa voix, posée sur les mélodies, sans fioriture ni inutiles trémolos, invite à la suivre, à l’écouter attentivement et à la reprendre.

Evelyne Gallet dépeint l’arrogance des hypocrites avides du petit pouvoir de salle des fêtes, ceux qui propagent l’infâme, né de leur désir entacher pour se sentir moins sale "Nous n’aurons plus qu’à être fiers, le torse bombé, le menton en l’air" ("La rumeur"). C’est avec le sourire qu’elle décrit les potes, les coups de gueule et les nœuds qui nous tordent l’estomac pour un regard de travers et les petites phrases qui piquent là où ça fait mal. Parce que rien n’est grave au fond.

Elle chante les affres de l’amour bafoué : "Je t’en veux pas mais je t’envie d’avoir osé le faire, d’avoir osé vivre ta vie, d’avoir écouté tes pulsions, j't’en veux pas mais je t’envie de pouvoir t’envoyer en l’air puis de revenir dans notre lit et de m’en faire la confession" ("Va"), et la tendresse infinie d’une mère : "t’as pas besoin de superflu et si ça ne plaît pas aux cons, tu les emmerdes à ta façon, Oh ma cocotte si tu savais comme t’es belle telle que t’es" ("Cocotte")

Ça swingue, ça fait valser et ça rêve, La fille de l’air est une optimiste galette détenant une fève dans chacune de ses parts. Evelyne Gallet porte l’album de ses textes affûtés, enrichis de collaborations multiples (Dimoné, Stéphane Balmino, Jeanne Garraud, Mina, Emilie Teillaud et les autres).

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Nuits blanches avec un hibou sage de Evelyne Gallet

En savoir plus :
Le site officiel de Evelyne Gallet
Le Bandcamp de Evelyne Gallet
Le Soundcloud de Evelyne Gallet
Le Facebook de Evelyne Gallet


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 4 août 2019 : De festival en festivals

Il fait beau et chaud et les grenouilles se baladent de festival en festivals, un peu partout en France et on vous raconte tout. Mais il y est aussi question cette semaine, de littérature, de théâtre et même de jeu vidéo.

Du côté de la musique :

Petit tour du côté de La Route du Rock en attendant le 14 août
"When I have tears" de The Murder Capital
Seun Kuti en interview au festival Terre du Son ou nous l'avons également vu en live avec Egypt 80
vendredi au Foreztival avec The Inspector Cluzo, Feu! Chaterton entres autres
samedi au Foreztival toujours avec Tiken Jah Fakoly, Goran Bregovic, Thérapie Taxi
et dimanche pour le dernier jour du Foreztival Joey Starr et Cut Killer, Ska P, Calypso Rose, IAMDDB, Winston McNuff...
et toujours :
Rencontre avec Accident. Nous avons également enregistré une session live de Accident, autour de leur EP "Dernier Voyage"
"an elegy for" de Bobbie
"Code pin" de Angle Mort & Clignotant
Interview de Last Train au festival Terre du Son
Oktober Lieber en interview, mais également en live au festival Terre du Son
Haiku Hands au festival Terre du Son #15
Sara Zinger égalment à Terre du Son, à retrouver en interview
interview de The Psychotic Monks toujours à Terre du Son
Haiku Hands au festival Terre du Son #15
Sara Zinger égalment à Terre du Son, à retrouver en interview
interview de The Psychotic Monks toujours à Terre du Son

Au théâtre :

des comédies avec des inoxydables à voir ou revoir tels :
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Le Gros diamant du Prince Ludwig" au Palace
et des outsiders à découvrir :
"Jean-Louis XIV" au Théâtre des Béliers parisiens
"La Moustache" au Théâtre du Splendid
le compte-rendu du Festival Humour & Eau salée à Saint-Georges-de-Didonne
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Le voleur d'eau" de Claire Hajaj
"Paix et guerre" de Ronan Farrow
"UK serial killers" de Emily Tibbatts
et toujours :
"Les violents de l'automne" de Philippe Georget
"Modus operandi : La secte du serpent" de Nathalie Cohen
"Rue des fantasques" de André Blanc

Froggeek's Delight :

"Old man's journey" sur PS4, PC, Mac, Xbox, Switch, iOS et Android

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 22 septembre 2019 : Fin d'été
- 15 septembre 2019 : Life in Vain
- 8 septembre 2019 : du nouveau à l'Horizon
- 1er septembre 2019 : C'est reparti pour un tour
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=