Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Evelyne Gallet
La fille de l'air  (Inouïe)  novembre 2018

"J’ai la langue fleurie et je m’exprime librement, du moins la plupart du temps, pourtant ça me gêne, je ne sais pas dire je t’aime, les mots se planquent, le courage me manque" ("Je ne sais pas")

Voilà, tout est dit, ou presque. Evelyne Gallet se présente sans fioriture, elle est La fille de l’air "Celle qu’on regarde de travers", une femme qui n’a pas la langue dans sa poche. J’ajouterai qu’elle a la classe de dire ce qu’elle pense sans vulgarité. Je l’imagine au quotidien pince-sans-rire, le regard acéré sur ce qui l’entoure. Une princesse tatouée.

Sa musique est une plume gaillarde, lestée de basses pour ancrer ses mélodies sur le plancher des ruminantes bestioles. Un peu comme si la baguette magique pouvait s’onduler au gré des flots. Vive et tendre, Evelyne Gallet fait de la chanson à textes inspirés de faits réels.

Cinquième album de l’artiste, La fille de l’air est un virevoltant moment de franc parler. A la limite du théâtral, les morceaux d’Evelyne Gallet sont chacun truffés de tournures rythmiques et de sens. Sans en faire des tonnes, elle nous touche avec une honnêteté sans roublardise.

Son univers est meublé de guitares et percussions, un peu de violon pour les larmes, la parole au palpitant sur les percussions plus lourdes, le trombone étire les ombres quand le clavier les illumine. Et sa voix, posée sur les mélodies, sans fioriture ni inutiles trémolos, invite à la suivre, à l’écouter attentivement et à la reprendre.

Evelyne Gallet dépeint l’arrogance des hypocrites avides du petit pouvoir de salle des fêtes, ceux qui propagent l’infâme, né de leur désir entacher pour se sentir moins sale "Nous n’aurons plus qu’à être fiers, le torse bombé, le menton en l’air" ("La rumeur"). C’est avec le sourire qu’elle décrit les potes, les coups de gueule et les nœuds qui nous tordent l’estomac pour un regard de travers et les petites phrases qui piquent là où ça fait mal. Parce que rien n’est grave au fond.

Elle chante les affres de l’amour bafoué : "Je t’en veux pas mais je t’envie d’avoir osé le faire, d’avoir osé vivre ta vie, d’avoir écouté tes pulsions, j't’en veux pas mais je t’envie de pouvoir t’envoyer en l’air puis de revenir dans notre lit et de m’en faire la confession" ("Va"), et la tendresse infinie d’une mère : "t’as pas besoin de superflu et si ça ne plaît pas aux cons, tu les emmerdes à ta façon, Oh ma cocotte si tu savais comme t’es belle telle que t’es" ("Cocotte")

Ça swingue, ça fait valser et ça rêve, La fille de l’air est une optimiste galette détenant une fève dans chacune de ses parts. Evelyne Gallet porte l’album de ses textes affûtés, enrichis de collaborations multiples (Dimoné, Stéphane Balmino, Jeanne Garraud, Mina, Emilie Teillaud et les autres).

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Nuits blanches avec un hibou sage de Evelyne Gallet

En savoir plus :
Le site officiel de Evelyne Gallet
Le Bandcamp de Evelyne Gallet
Le Soundcloud de Evelyne Gallet
Le Facebook de Evelyne Gallet


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 26 janvier 2020 : Les rois des galettes
- 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard
- 12 janvier 2020 : Pas de soldes sur Froggy's
- 5 janvier 2020 : 360 jours avant 2021
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=