Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ervart ou les derniers jours de Frédérci Nietzsche
Théâtre du Rond-Point  (Paris)  janvier 2019

Comédie de Hervé Blutsch, mise en scène de Laurent Fréchuret, avec Stéphane Bernard, Jean-Claude Bolle-Reddat, James Borniche, Maxime Dambrin, Vincent Dedienne, Margaux Desailly, Pauline Huruguen, Tommy Luminet et Marie-Christine Orry.

Avec "Ervart" de Hervé Blutsch, le metteur en scène Laurent Fréchuret propose découvrir un opus inédit d'un auteur sans doute méconnu de la majorité des spectateurs et dont la teneur explique sans doute la raison pour laquelle il était, jusqu'à présent, resté dans les cartons.

Laurent Fréchuret indique dans sa note d'"intuition" qu'il appréhende la partition comme "un poème organique" relatant l’histoire d’un archétype nouveau, celui du "super héros d’aujourd’hui" décliné en "Jaloux fantastique", et écrite comme une machine à jouer par un dramaturge pratiquant le théâtre comme "un génial bricolage".

De fait, "Ervart" présente comme un exercice de style qui, tel un patchwork pataphysicien qui flirte avec l'anti-théâtre, télescope tous les registres théâtraux, du vaudeville à l'absurde, et des situations diverses à la cohérence dramaturgique ténue - la jalousie conjugale - avec des personnages archétypaux dépourvus de toute psychologie s'agitant dans des situations parodiques.

Ainsi "Ervart" ressemble-t-elle une auberge espagnole : selon la sensibilité de chacun, et le large spectre interprétatif induit par une structure qui évoque le procédé de l'hyperfiction, ce salmigondis sera perçu comme une pantalonnade potache ou un rébus subtil pour amateur éclairé tel l'historien du théâtre Robert Abirached pour qui "Ervart est le Soulier de satin de l'absurde".

Les passionnés de cogitation intellectuelle seront ravis par le décryptage auquel invite ce décryptage de ce carambolage en forme de jeu de piste regorgeant d'instillations elliptiques, ainsi avec le chef des services secrets en fauteuil roulant calqué sur le "Mère Grand" du feuilleton-culte "The Avengers".

Mieux encore avec le sous-titre "Les derniers jours de Frédéric Nietzsche" qui entre en résonance avec la présence cartoonesque du philosophe allemand entendu comme un terroriste métaphysique dont les opus majeurs ne sont plus que des bombinettes faisant "pschitt" dans la poubelle urbaine de l'histoire, évoque le trio de vaudeville érigé en trinité spirituelle qu'il formait avec Paul Rée et Lou-Andréas Salomé, cette dernière figurant, sur une photo de Jules Berne de 1882 en cocher à cravache avec les deux hommes attelés et renvoie au cheval qui a précipité sa décompensation psychotique.

Toutefois, pour excitante qu'elle puisse être pour l'esprit et nonobstant la virtuosité des officiants, cette approche, de surcroît élitiste et conjuguée à l'empilement méta-théâtral, résiste mal à la durée de deux heures du spectacle.

Au jeu, dans une scénographie de portes sur roulettes de Alain Deroo et Laurent Fréchuret, ce dernier a réuni autour de Vincent Dedienne dans le rôle-titre, une troupe motivée qui s'évertue sans démériter.

Des comédiens aguerris - Jean-Claude Bolle-Reddat en impassible majordome ionescien, Stéphane Bernard en agent secret zoophile, Marie-Christine Orry épatante en comédienne sans emploi qui s'incruste sur le plateau - et la jeune génération avec Pauline Huruguen (l'épouse femme fatale de roman noir), Maxime Dambrin (le psychanalyste-citationniste), James Borniche (l'ombre de l'amant), Thomas Luminet (Nietzsche) et Margaux Desailly (l'enfant).

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=