Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le pays des oubliés
Michael Farris Smith  (Editions Sonatine)  janvier 2019

C’est aussi la rentrée d’hiver pour les éditions Sonatine et on peut déjà dire que les premières publications de l’année 2019 sont pleines d’espoir pour les ouvrages qui seront publiés dans le courant de l’année. Les sorties 2019 laissent entrevoir de superbes publications que je prendrai grand plaisir à lire et à chroniquer sur le site. La première sortie de l’année, L’empreinte, est en cours de lecture, et je vous en parlerai très rapidement, très longuement aussi car c’est un ouvrage assez fascinant.

La deuxième publication de l’année est celle d’un auteur bien connu pour ceux qui suivent avec intérêt le catalogue des publications de Sonatine. Michael Farris Smith est donc de retour avec un nouvel ouvrage, Le pays des oubliés, deux ans après Nulle part sur la terre.

Vivant à Oxford, dans le Mississippi, professeur d’anglais, il a vécu en France et en Suisse. Très rapidement, il s’est imposé comme la voix des exclus, des survivants, des combattants, de l’Amérique violente et misérable. Son écriture est poétique, oscille entre ombre et lumière, dans la lignée de celle d’auteur connu et reconnu comme Cormac Mac Carthy.

Ses histoires, l’auteur va les chercher chez les oubliés du rêve américain, ces êtres à la vie cabossée auxquels on s’attache avant de définitivement les adopter tant ils peuvent nous toucher. Dans Le pays des oubliés, l’auteur nous raconte l’histoire d’un certain Jack Boucher.

Jack a été abandonné à la naissance, il est passé d’orphelinats en foyers avant que Maryann, une femme célibataire, lesbienne, le prenne sous son aile. A dix-sept ans, il la quitte et devient une légende du combat à mains nues.

Aujourd’hui, Maryann vit ses derniers jours dans un hospice et sa propriété est menacée par les banques. Jack, qui veut à tout prix conserver cet héritage, doit trouver l’argent nécessaire. Mais détourné par un joueur sordide, il perd en une nuit l’argent qu’il avait gagné au jeu et qui devait le libérer de sa dette envers Big Momma Sweet, la reine du vice du delta du Mississippi.

Le corps et l’esprit brisés par une vie de combats violents, ravagé par des commotions cérébrales répétées et ses addictions à l’alcool et aux analgésiques, il ne se sent plus la force d’avancer. Pourtant, un sauveur se présente sous la forme d’Annette, une artiste tatouée qui se produit dans les fêtes foraines et qui le guidera vers une sorte de salut. Blessé par le regret, handicapé par vingt-cinq ans de poings et de coudes, le cœur brisé par ses propres trahisons, Jack va se rendre malgré tout, une nouvelle fois dans la fosse pour un ultime combat.

C’est donc un récit noir et violent que nous propose Michael Farris Smith, une odyssée dans les tréfonds de la condition humaine, dans ce qu’elle a de plus sordide, au milieu des addictions, du sang et de la sueur. Jack est un personnage qui cumule les mauvais choix et la malchance qui le mènent petit à petit vers la déchéance. Son parcours cabossé et chaotique nous est merveilleusement décrit par la plume pleine de poésie de l’auteur.

Ecrivain des maux, Michael Farris Smith nous offre en même temps de superbes descriptions de son environnement, la région du Mississippi. J’ai beaucoup pensé au dernier ouvrage de David Joy en lisant ce livre, j’ai retrouvé cette écriture instinctive (même si elle est moins littéraire que celle de David Joy) mêlant tendresse et humanité au milieu de noirceurs profondes.

Alors comment ne pas s’attacher à ce personnage principal, comment ne pas tomber d’affection devant Annette, une femme tatouée éprise de liberté qui vit au jour le jour. Pour eux, le rêve américain est bien loin et son absence demeure une source inépuisable pour des auteurs qui continuent de nous émerveiller par des romans noirs sociaux qui n’ont rien à envier à certains thrillers.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Michael Farris Smith
Le Facebook de Michael Farris Smith


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=