Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême #46 (édition 2019)
Bernadette Després - Taiyou Matsumoto - Tsutomu Nihei - Richard Corben - Rumiko Takahashi - Emmanuel Guibert - Chris Ware - Riad Satouff - Frank Le Gall - Emil Ferris - Pierre-Henry Gomont - Tom Haugomat - Jesse Jacobs - Jérémie Moreau - Milo Manara  (Angoulême)  24 au 27 janvier 2019

Du 24 au 27 janvier prochain, se tiendra à Angoulême le plus important rendez-vous annuel des amateurs de bande dessinée. Après les polémiques de 2016 sur le manque de femmes nominées pour le Grand Prix, le festival semble être entré dans une dynamique d’ouverture et de diversité maximale.

Premier indice : le FIBD n’est pas représenté cette année par une, mais par trois affiches, réalisées par trois artistes de nationalités différentes (dont une femme). L’ensemble de ces dessins, tous des autoportraits des artistes en enfants, découvrant les bandes dessinées fondatrices de leur vocation, sera ensuite présenté dans le cadre d’une exposition célébrant les 50 ans du Festival.

Cette année, la mouvance franco-belge est représentée par Bernadette Després, dessinatrice dont la série Tom-Tom et Nana a marqué les jeunes esprits depuis la fin des années 70. L’exposition qui lui est consacrée au Chais Magelis pendant le festival n’inspirera certainement pas la mélancolie.

Avec l’affiche de Taiyou Matsumoto, on entre dans l’univers d’une enfance à la fois plus violente et plus fragile. Pour la première fois en trente ans de carrière, le mangaka se voit consacrer en France une rétrospective exceptionnelle, avec près de 200 œuvres originales présentées au Musée d’Angoulême. Des dessins d’une grande poésie et force onirique qui mériteront certainement le détour.

Le manga occupe d’ailleurs une place de plus en plus importante dans le festival, à la mesure de son succès auprès du public français, avec un nouvel espace dédié de 2 500 mètres carrés, Manga City. A noter également l’exposition consacrée à l'œuvre de l'un des maîtres du manga de science-fiction, Tsutomu Nihei, créateur des séries BLAME! ou Knights of Sidonia.

Enfin, c’est Richard Corben, Grand Prix 2018 du Festival et président de l’édition 2019, qui représente la BD américaine. Le Musée d’Angoulême consacre une exposition rétrospective qui s’annonce fascinante  à ce maître de l'illusion fantastique, pilier du magazine Heavy Metal. Virtuose du dessin, surnommé "Richard "Mozart" Corben" par Moebius, Corben a multiplié les expériences formelles au service d’une imagerie personnelle reconnaissable entre toutes. Héros ultra-musclés, femmes aux formes plus que généreuses et monstres grotesques peuplent son œuvre prolifique (5000 pages de bande dessinée et des centaines d’illustrations), horrifique et drolatique.

Les trois auteurs en lice pour le Grand Prix 2019, dont le lauréat sera révélé le mercredi 23 janvier lors de la Cérémonie d'Ouverture, se partagent aussi entre les trois mouvances principales de la bande dessinée contemporaine : Rumiko Takahashi (la dessinatrice de Juliette je t’aime et Ranma) pour le manga, Emmanuel Guibert pour la BD franco-belge et l’incontournable Chris Ware pour la BD américaine.

Parmi les quarante-cinq albums de la sélection officielle, on note une grande diversité de nationalités, mais aussi une ouverture aux publications indépendantes, avec une dizaine d'albums issus de petites maisons d'édition.

Des habitués de la sélection, comme Riad Satouff ou Frank Le Gall, côtoient des outsiders parfois très étonnants. Dans cette sélection éclectique, beaucoup pensent qu’Emil Ferris a des chances de rafler le Fauve d’or avec son incroyable premier album Moi, ce que j'aime c'est les monstres, énorme succès critique et de librairie tant aux Etats-Unis qu’en France.

Autre roman graphique remarquable, Malaterre de Pierre-Henry Gomont, l’histoire d’une famille baladée entre la France et l’Afrique par un père déraisonnable, est servi par un dessin dont la vivacité rappelle celui de Blain, une narration maîtrisée et des couleurs magnifiques.

Dans le lot des albums atypiques, on peut citer le très élégant A Travers de Tom Haugomat, livre d’illustration séquentielle plus que de bande dessinée à proprement parler, où l’auteur raconte la vie d’un astronaute "à travers" ce qu’il voit, ou le psychédélique Sous la maison de Jesse Jacobs, où une lycéenne s’échappe dans un monde imaginaire en passant par le lave-linge familial.

Parmi les expositions proposées à Angoulême cette année, le visiteur avisé ne manquera pas de se rendre à la médiathèque l’Alpha pour découvrir les planches de Jérémie Moreau, jeune auteur trois fois primé à Angoulême et lauréat du Fauve d’Or 2018 pour sa splendide Saga de Grimr, odyssée islandaise parue chez Delcourt. Il profitera également de la première rétrospective consacrée au maestro Milo Manara, dont on ignore souvent que l’œuvre dépasse largement le champ de l’érotisme.

N’oublions pas enfin que les plus belles découvertes du Festival se font souvent en marge des grands événements et des tentes des grands éditeurs, au Pavillon Jeunes Talents et au "Nouveau Monde", l’espace réservé aux petites maisons d’édition et aux fanzines.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême 2014"

En savoir plus :
Le site officiel du Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême
Le Facebook du Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême


Anaïs Bon         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 12 mai 2019 : Une liste de plus

A l'approche des élections européennes et ses innombrables listes qui ne présagent pas d'un bel avenir, on rajoute la nôtre, celle de la sélection culturelle de la semaine histoire de se changer les idées et se donner tout le plaisir que l'on mérite bien avec de la musique, des spectacles, des films, des livres et même des zombies à dégommer.

Du côté de la musique :

"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'un premier titre live, "Chasse Spleen"
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara
et toujours :
"Foreign lines" de Erevan Tusk
"Seeing other people" de Foxygen
"2029" de Gontard!
"Chopin concertos for piano & string" de David Lively, Quatuor Cambini Paris et Thomas de Pierrefeu
"La poison" de La Poison
"Wasalala" de Madalitso Band
"Children of the slump" de Marble Arch
"Cesar Franck : Piano works quintet" de Michel Dalberto & Novus Quartet
"High strung" de Pamplemousse
"Live bullet song" de Tchewsky & Wood

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Un ennemi du peuple" au Théâtre national de l'Odéon
"Vues Lumière" au Théâtre de la Colline
"Fauves" au Théâtre de la Colline
"La Victoire en chantant" au Théâtre 13/Jardin
"Délivrés de famille" au Théâtre Le Funambule
"Deux femmes pour un fantôme" à l'Aktéon Théâtre
"Mon coeur pour un sonnet" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Cabaret de Poussière fait le Zèbre" au Zèbre
Festival des Enfants de Molière à Dieppe
les reprises :
"Tout semblait immobile" au Théâtre de la Bastille
"Providence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aux Délices" au Lavoir Moderne Parisien
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma avec :

"Versus" de François Valla
Oldies but Goodies avec :
la version restaurée de "Les Lois de l'hospitalité" de Buster Keaton et Jack Blysrone
"Drôles de cigognes !" de Hermina Tyrlova
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors
et toujours :
"La bombe humaine" de Olivier Barruel
"La nuit ne dure pas" de Jules Gassot
"Le cri des corbeaux" de Matthieu Parcaroli
"Le jour de ma mort" de Jacques Expert
"Les feux" de Shohei Ooka
"Ombres sur la Tamise" de Michael Ondaatje
"Vraie folie" de Linwood Barclay

Froggeek's Delight :

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=