Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Foulques
Véronique Boulais  (Editions Jean-Claude Lattès)  janvier 2019

C’est un premier roman que nous proposent les éditions JC Lattès avec Foulques, ouvrage d’un peu plus de deux cents pages écrit par Véronique Boulais, qui a enseigné les lettres pendant de nombreuses années avant de se lancer dans l’écriture.

Avec ce premier roman, elle nous dresse le portrait d’un paresseux moderne et questionne avec sagacité notre rapport à l’amitié, à l’amour et au temps qui passe. Ce paresseux, c’est Foulques, qui donne son titre à l’ouvrage. Pour être plus précis, il s’appelle Foulques-Marie Béranger-Castex. Abonné à ses séances de psy qui occupent son existence, c’est un célibataire oisif, obsessionnel et soupe au lait qui aime aussi dîner au restaurant.

La narratrice, elle, est une prof chahutée par ses élèves, quittée par son grand amour, tout juste réchappée d’un incendie. C’est une femme qui a la poisse, qui attire à elle les catastrophes comme un aimant. Ces deux-là se rencontrent, lui est pauvre et modeste, ils se lient d’amitié puis se brouillent.

Dix ans plus tard, ils se retrouvent. Le statut social de Foulques n’est plus le même. Foulques a hérité d’une fortune colossale, dont il fait profiter sa bande, de palace en palace, de Venise à Londres, pour le meilleur et pour le pire. Foulques ne voit plus à la dépense, il arrose ses amis de cadeaux et de voyages. Foulques va alors emmener la narratrice dans sa folie des grandeurs et elle va plutôt adhérer.

On va donc suivre, sous le regard d’une narratrice embarquée, ce drôle d’engin, autour de quatre parties, dans ses déambulations entre Londres et Venise, avec une cour de potes profiteurs qui n’ont d’amis que le nom et qui n’ont aucun point commun entre eux. Très vite d’ailleurs, des soucis de communication vont s’établir entre eux. Ils ne se comprennent pas et n’arrivent pas à communiquer entre eux. Ils sont en fait des solitaires, des courtisans réunis autour d’un être devenu riche. Foulques est en fait un homme qui souffre de solitude, qui pense que l’argent peut tout compenser.

L’œil de la narratrice, lui, nous montre de façon drôle et réaliste que l’amitié ne s’achète pas, que l’argent fausse les relations entre les individus et que la solitude est un véritable fléau difficile à combattre. Ce premier roman aura été une lecture plaisante et agréable qui ne restera pas forcément dans ma mémoire.

 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 9 février 2020 : On se calme et on se cultive

C'est reparti pour une sélection culturelle hebdomadaire très riche et variée avec plein de musique, de livres, d'expos, de cinéma et de théâtre pour chasser la morosité ambiante. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin
et toujours :
"A fuck toute, a love tout" de Rodrigue
"Sentinelle" de Superbravo
"Juillet" de En Attendant Ana
"Brahms : Fantasien, 116, Intermezzi, 117 & Klavierstucke OP 118" de Hortense Cartier Bresson
"Ce qui demeure" de Jean Louis Bergère
Philippe Katerine était au Fil de Saint Etienne avec Eveno
"Prévert parade" de André Minvielle et Papanosh
"Everything begins" de BO
"Bretagne[S]" de Ensemble Gustave
"The underground secession" de Feu Robertson
"Whosampled.com Part 2", le nouveau mix de Listen in Bed
"Paradais" de Tito Candela

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Supervision" au Théâtre 14
"Un amour de jeunesse" au Théâtre de la Renaissance
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Mots d'Elles" au Théâtre Essaion
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Eva Rami - T'es Toi !" au Théâtre de la Hucehtte
"Faire semblant d'être normaux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Viel chante Barbara" au Théâtre Essaion
"Macbeth" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Aux rats des pâquerettes" au Théâtre Pixel
"Jean-François Derec - Le jour où j'ai appris que j'étais juif" au Théâtre L'Archipel
et la chronique des spectacles à l'affiche

Expositions avec :

"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
la dernière ligne droite pour :
"L'âge d'or de la peinture anglaise" au Musée du Luxembourg
"Sculptures infinies, des collections de moulages à l'ère digitale" aux Beaux Arts de Paris

Cinéma avec :

"Un divan à Tunis" de Manele Labidi
"Deux" de Filippo Meneghetti
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan
et toujours :
"Basse naissance" de Kerry Hudson
"Comment le roi à perdu la tête" de Ville Ranta
"Et Mara ferma les yeux" de Denis Jeambar
"La cité de feu" de Kate Mosse
"La septième croix" de Anna Seghers
"Les sables de l'empereur" de Mia Couto

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau
- 22 mars 2020 : Homeworks
- 15 mars 2020 : La culture sans bouillon de culture
- 8 mars 2020 : La vie en (mo) rose
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=