Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Irina González
Emigrar  (Autoprod / Agorilla)  novembre 2018

Irina González est une artiste aux multiples facettes. C’est une chanteuse, une musicienne multi-instrumentiste. Elle est née à Santa Clara, située au centre de Cuba, ville célèbre pour la profusion de sa culture musicale.

Irina est tombée dans la musique très jeune, à dix ans elle intègre la Escuela Vocacional de Arte où elle étudie le chant choral et la direction de chœur. Elle y recevra son premier diplôme. Passionnée de musique, elle va étudier le hautbois, le cor anglais. Elle va suivre ensuite un cursus diplômant à la Escuela Profesional de Arte et pendant cette période elle fera de multiples prestations au sein de l’Orchestre Symphonique de Santa Clara.

Son surnom est Toca Todo (touche-à-tout) et pour cause, non contente de sa formation elle apprend la guitare, le piano, l’harmonica, la clarinette, elle va aussi écrire de nombreux arrangements et faire la rencontre de grands artistes : Silvio Rodrigues, Eliades Ochoa, Manu Chao et d’autres. Elle appartient au mouvement cubain de la Novisima Trova et on retrouve dans les métaphores ingénieuses de ses chansons des rythmes jazz et bossa, métissées de sonorités "Criolla" : la racine afro-cubaine.

Je vais passer rapidement sur le reste de sa carrière : 2011, première tournée internationale "Mi Voz para vos" avec son duo Aire y Madura et elle présente alors son premier album Inter-Accion. Elle va rencontrer Axel Matrod, chanteur et guitariste du groupe Gato Negro. Ils enchaînent une série de concerts.

En 2012, installation en France et elle est invitée dans de nombreux festivals comme Le Bout du Monde, Rio Loco où elle jouera entre autres aux côtés de Luz Casal, Fatoumata Diawara, Residente Calle 13.

Elle aime mélanger, mixer, et faire se côtoyer les cultures du monde et en 2016, sous le nom de la Gitana Tropical elle enregistre un premier EP : Mestiza.

En 2018, Irina González décide de jouer sous son nom et nous offre Emigrar. On y retrouve toutes ses influences : guitare brésilienne dès le premier titre, des influences jazz omni présente et bien sûr cette musique cubaine que j’aime et que j’ai découvert à travers le Buena Vista Social Club. Cet album est bien évidemment dédié à tous les migrants du monde, qu’ils le soient de leur plein gré ou non. Ces 13 morceaux vont tour à tour nous faire rire, danser, chanter, pleurer.

Sur cet album, nous retrouvons un quatuor de saxophones, un sitar indien, des choristes gospel. Irina González a elle-même arrangé cet album, qu’elle a composé, qu’elle porte fièrement et elle peut. Cet album qui réunit plusieurs nationalités et forme ainsi un cocktail multiculturel : Cuba, Ile de la Réunion, Guadeloupe, Guinée, Mexique et France.

Si "Emigrar" et "Cubana Soy" te propulsent dans une ambiance brésilienne, le titre suivant est plus feutré et métisse parfaitement jazz et bossa, "Na Lua" pourrait être un morceau composé par Michel Legrand. Le rythme se pose ensuite, puis repart, virevolte. Il est impossible de s’ennuyer avec cet album quand on aime la musique. Ce que j’aime particulièrement, c’est qu’on est loin du cliché de la musique cubaine. Ces compositions sont vives, intelligentes, vivifiantes…

Vous l’aurez compris, l’amoureux de belle musique que je suis est comblé avec ce très bel album. Elle sera en France dès le mois de mars 2019 et je vous invite vivement à regarder de près les dates près de chez vous et d’aller partager avec elle cette passion pour la musique.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Irina González
Le Soundcloud de Irina González
Le Facebook de Irina González


Cyco Lys         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 12 mai 2019 : Une liste de plus

A l'approche des élections européennes et ses innombrables listes qui ne présagent pas d'un bel avenir, on rajoute la nôtre, celle de la sélection culturelle de la semaine histoire de se changer les idées et se donner tout le plaisir que l'on mérite bien avec de la musique, des spectacles, des films, des livres et même des zombies à dégommer.

Du côté de la musique :

"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'un premier titre live, "Chasse Spleen"
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara
et toujours :
"Foreign lines" de Erevan Tusk
"Seeing other people" de Foxygen
"2029" de Gontard!
"Chopin concertos for piano & string" de David Lively, Quatuor Cambini Paris et Thomas de Pierrefeu
"La poison" de La Poison
"Wasalala" de Madalitso Band
"Children of the slump" de Marble Arch
"Cesar Franck : Piano works quintet" de Michel Dalberto & Novus Quartet
"High strung" de Pamplemousse
"Live bullet song" de Tchewsky & Wood

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Un ennemi du peuple" au Théâtre national de l'Odéon
"Vues Lumière" au Théâtre de la Colline
"Fauves" au Théâtre de la Colline
"La Victoire en chantant" au Théâtre 13/Jardin
"Délivrés de famille" au Théâtre Le Funambule
"Deux femmes pour un fantôme" à l'Aktéon Théâtre
"Mon coeur pour un sonnet" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Cabaret de Poussière fait le Zèbre" au Zèbre
Festival des Enfants de Molière à Dieppe
les reprises :
"Tout semblait immobile" au Théâtre de la Bastille
"Providence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aux Délices" au Lavoir Moderne Parisien
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma avec :

"Versus" de François Valla
Oldies but Goodies avec :
la version restaurée de "Les Lois de l'hospitalité" de Buster Keaton et Jack Blysrone
"Drôles de cigognes !" de Hermina Tyrlova
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors
et toujours :
"La bombe humaine" de Olivier Barruel
"La nuit ne dure pas" de Jules Gassot
"Le cri des corbeaux" de Matthieu Parcaroli
"Le jour de ma mort" de Jacques Expert
"Les feux" de Shohei Ooka
"Ombres sur la Tamise" de Michael Ondaatje
"Vraie folie" de Linwood Barclay

Froggeek's Delight :

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=