Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Irina González
Emigrar  (Autoprod / Agorilla)  novembre 2018

Irina González est une artiste aux multiples facettes. C’est une chanteuse, une musicienne multi-instrumentiste. Elle est née à Santa Clara, située au centre de Cuba, ville célèbre pour la profusion de sa culture musicale.

Irina est tombée dans la musique très jeune, à dix ans elle intègre la Escuela Vocacional de Arte où elle étudie le chant choral et la direction de chœur. Elle y recevra son premier diplôme. Passionnée de musique, elle va étudier le hautbois, le cor anglais. Elle va suivre ensuite un cursus diplômant à la Escuela Profesional de Arte et pendant cette période elle fera de multiples prestations au sein de l’Orchestre Symphonique de Santa Clara.

Son surnom est Toca Todo (touche-à-tout) et pour cause, non contente de sa formation elle apprend la guitare, le piano, l’harmonica, la clarinette, elle va aussi écrire de nombreux arrangements et faire la rencontre de grands artistes : Silvio Rodrigues, Eliades Ochoa, Manu Chao et d’autres. Elle appartient au mouvement cubain de la Novisima Trova et on retrouve dans les métaphores ingénieuses de ses chansons des rythmes jazz et bossa, métissées de sonorités "Criolla" : la racine afro-cubaine.

Je vais passer rapidement sur le reste de sa carrière : 2011, première tournée internationale "Mi Voz para vos" avec son duo Aire y Madura et elle présente alors son premier album Inter-Accion. Elle va rencontrer Axel Matrod, chanteur et guitariste du groupe Gato Negro. Ils enchaînent une série de concerts.

En 2012, installation en France et elle est invitée dans de nombreux festivals comme Le Bout du Monde, Rio Loco où elle jouera entre autres aux côtés de Luz Casal, Fatoumata Diawara, Residente Calle 13.

Elle aime mélanger, mixer, et faire se côtoyer les cultures du monde et en 2016, sous le nom de la Gitana Tropical elle enregistre un premier EP : Mestiza.

En 2018, Irina González décide de jouer sous son nom et nous offre Emigrar. On y retrouve toutes ses influences : guitare brésilienne dès le premier titre, des influences jazz omni présente et bien sûr cette musique cubaine que j’aime et que j’ai découvert à travers le Buena Vista Social Club. Cet album est bien évidemment dédié à tous les migrants du monde, qu’ils le soient de leur plein gré ou non. Ces 13 morceaux vont tour à tour nous faire rire, danser, chanter, pleurer.

Sur cet album, nous retrouvons un quatuor de saxophones, un sitar indien, des choristes gospel. Irina González a elle-même arrangé cet album, qu’elle a composé, qu’elle porte fièrement et elle peut. Cet album qui réunit plusieurs nationalités et forme ainsi un cocktail multiculturel : Cuba, Ile de la Réunion, Guadeloupe, Guinée, Mexique et France.

Si "Emigrar" et "Cubana Soy" te propulsent dans une ambiance brésilienne, le titre suivant est plus feutré et métisse parfaitement jazz et bossa, "Na Lua" pourrait être un morceau composé par Michel Legrand. Le rythme se pose ensuite, puis repart, virevolte. Il est impossible de s’ennuyer avec cet album quand on aime la musique. Ce que j’aime particulièrement, c’est qu’on est loin du cliché de la musique cubaine. Ces compositions sont vives, intelligentes, vivifiantes…

Vous l’aurez compris, l’amoureux de belle musique que je suis est comblé avec ce très bel album. Elle sera en France dès le mois de mars 2019 et je vous invite vivement à regarder de près les dates près de chez vous et d’aller partager avec elle cette passion pour la musique.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Irina González
Le Soundcloud de Irina González
Le Facebook de Irina González


Cyco Lys         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 26 janvier 2020 : Les rois des galettes
- 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard
- 12 janvier 2020 : Pas de soldes sur Froggy's
- 5 janvier 2020 : 360 jours avant 2021
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=