Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Arthur H
Adieu tristesse  (Polydor)  septembre 2005

Une voix qui s'élève dans la nuit. Croisant la nicotine et les frissons sur du Gershwin qui craque en vinyl. Voila pour la synthèse. Arthur H et son univers se résume comme ça, en quelques mots.

Arthur H, un artiste à ne prendre au pied de la lettre, qui se renouvelle, évolue, et publie aujourd'hui Adieu tristesse, un nouvel essai de poésie maîtrisé.

Loin du funk électro de Madame X, Arthur se fait donc un nom avec des prénoms. Feist ("La chanson de Satie"), Mathieu Chédid- ("Est-ce que tu m'aimes") et son père Higelin entoure le poète passionné de jazz le temps de duos fait à la main, à la maison.

Si les invités prennent de la place dans le lit, Arthur H parvient néanmoins à tirer la couverture à lui et réchauffer l'auditeur. Bande-son d'un film imaginaire, Adieu tristesse porte bien son nom, tant l'oreille se délecte et se perd sur les sentiers escarpés façonnés par Arthur.

Fortement influencé par la musique classique, revisitée pour l'occasion, cet opus s'écoute comme un concept album, une longue traversée d'une heure, entre dénivelées jazzy ("Adieu tristesse", chanson éponyme) et compositions somptueuses. "La fille de l'Est", apogée d'un disque aux mille couleurs, étonne et surprend par sa richesse. Créature hybride, née de la rencontre du classique et du jazz d'Amérique du nord, s'écoute encore une fois la platine éteinte. Clavecins, violons et negro-spiritual se croisent, s'entrechoquent, et l'on est tenté de se dire que plusieurs écoutes seront nécessaires pour percevoir toutes les subtilités et les nuances.

Les harmonies et les voix d'Arthur H sont une ode, un moment de vie, qui clignent de l'œil et font du mariachi boogie ("Est-ce que tu m'aimes"). Et les paroles riches comme Crésus ("Ma sorcière bleue"), contes féeriques pour enfant pas sage. Arthur devient adulte et retombe en enfance.

Aussi percutant qu'une ballade en auto-tamponneuse. Effectivement, adieu tristesse et bienvenue à Arthur H dans le monde des artistes avec un grand A.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Baba Love de Arthur H
Arthur H en concert au Fil (11 décembre 2008)
Arthur H en concert au Festival Furia Sound 2009
Arthur H en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - dimanche
Arthur H en concert au Festival Fnac Live #4 (édition 2014)

En savoir plus :

Le site officiel d'Arthur H


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

Abonnez vous à la Newsletter pour recevoir, outre les mises à jour en avant première, des infos de première importance et peut être des choses dont vous n'avez même pas encore imaginé l'existence et l'impact sur votre vie... et nous non plus.

se désabonner, changer son mail ... c'est ici!


» Contacter un membre ou toute
   l'équipe (cliquez ici)


Afficher les chroniques d'un membre :

Liste des chroniques... Cécile B.B.
Liste des chroniques... David
Liste des chroniques... Didier Richard
Liste des chroniques... Fred
Liste des chroniques... Jean-Louis Zuccolini
Liste des chroniques... Julien P.
Liste des chroniques... LaBat’
Liste des chroniques... Laurent Coudol
Liste des chroniques... Le Noise (Jérôme Gillet)
Liste des chroniques... Margotte
Liste des chroniques... MM
Liste des chroniques... Monsieur Var
Liste des chroniques... Nathalie Bachelerie
Liste des chroniques... Nicolas Arnstam
Liste des chroniques... Paola Simeone
Liste des chroniques... Philippe Person
Liste des chroniques... Rickeu
Liste des chroniques... Séb.T

 

Les articles de ce site sont la propriété de froggydelight.com et de leurs auteurs.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=