Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Auteurs, Luke Haines
Das Capital  (Hut)  janvier 2004

Gardons un peu de sérieux pour présenter cette compilation sur l’œuvre de the Auteurs, un des tout meilleurs groupes anglais des années 90, rock classieux et anti-grunge. Au centre de ce groupe Luke Haines, qu’on retrouve dans Black Box Recorder, qui signe ici son treizième album. Ceci dit maintenant découvrons la chose.

Le disque s’appelle Das Capital sous titré "The Songwriting Genius of Luke Haines and the Auteurs"… Luke Haines a en effet un ego à peu près aussi surdimensionné que son sens de l’autodérision peut paraître torturé.

Le disque en question revient sur toute sa discographie mais ne se contente pas de cataloguer une série de titres à succès mais plutôt de les réinterpréter avec un arrangement de nonet de chordes : au total 11 titres et un medley de neuf autres.

Bon, donc en gros c’est une compilation donc pourquoi les réenregistrer? Et bien justement parce qu’ainsi l’exercice va à rebrousse poil de la pratique usuelle, une compilation c’est en effet avant tout (sauf exception pour cause de références introuvables) un exercice commercial pour ramener un groupe en devanture des bacs et doper ses ventes en singeant la nouveauté ou la participation à l’activité commerciale : tout ce qu’on peut trouver étranger à la de la création musicale.

Ici Haines tourne en dérision le procédé (il avait déjà sortit un disque intitulé Worst of BBR qui n’était pas un best of mais un "véritable" album). Dans la même logique de détournement à l’intérieur du livret interne on peut trouver l’ensemble de la discographie chroniquée par Haines lui même - les notes oscillent entre 4 et 5 étoiles - et ridiculise là encore avec un certain succès l’exercice un peu faux du "critique" musical.

Par ailleurs musicalement, puisque que c’est aussi accessoirement un peu de cela qu’il est question, c’est sans intérêt relativement aux disques de l’époque, les arrangements sont assez lourds et indigestes et en tous cas inférieurs aux versions originales.

Enfin tout cela est tout de même amusant à écouter si on connaît ces titres sur le bout des doigts. Les rares inédits sont dans l’ensemble, on le note, plutôt médiocres.

En somme ce disque est une vaste blague à ne réserver qu’aux fans absolus de Luke Haines et de son sens de l’humour furieusement décalé.

Par contre même si vous êtes allergique à cet humour potache c’est, effectivement, une bonne occasion pour rappeler ses disques à notre souvenir : notamment le chef d’œuvre New Wave (1993) son premier album et le ténébreux After Murder Park (1996) injustement assassiné par la critique, et puis le projet Baader Meinhof (1996) concept album allumé ("This is an hate socialist collectiv"), et aussi Now I’m a Cow Boy (1994) son plus gros succès commercial ("Lenny Velentino") et sans oublier son projet solo Oliver Twist Manifesto (2001) au propos farouchement revival-situationniste et élitiste voire le dernier véritable album de the Auteurs, How I learned to love the bootboys (1999), teinté au vitriol hostalgique (hostile à la nostalgie).

Par contre on peut laisser de coté le remix The Auteurs vs µZiq et la BO de Christie Malry’s Own Double Entry ainsi que ce dernier disque, mais vous faites ce que vous voulez.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album 21st Century Man de Luke Haines


Loopkin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 1er juin 2020 : Retour à la réalité
- 24 mai 2020 : Culture pour tous !
- 17 mai 2020 : le joli mois de mai
- 10 mai 2020 : Sortez Masqués !
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=