Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Auteurs, Luke Haines
Das Capital  (Hut)  janvier 2004

Gardons un peu de sérieux pour présenter cette compilation sur l’œuvre de the Auteurs, un des tout meilleurs groupes anglais des années 90, rock classieux et anti-grunge. Au centre de ce groupe Luke Haines, qu’on retrouve dans Black Box Recorder, qui signe ici son treizième album. Ceci dit maintenant découvrons la chose.

Le disque s’appelle Das Capital sous titré "The Songwriting Genius of Luke Haines and the Auteurs"… Luke Haines a en effet un ego à peu près aussi surdimensionné que son sens de l’autodérision peut paraître torturé.

Le disque en question revient sur toute sa discographie mais ne se contente pas de cataloguer une série de titres à succès mais plutôt de les réinterpréter avec un arrangement de nonet de chordes : au total 11 titres et un medley de neuf autres.

Bon, donc en gros c’est une compilation donc pourquoi les réenregistrer? Et bien justement parce qu’ainsi l’exercice va à rebrousse poil de la pratique usuelle, une compilation c’est en effet avant tout (sauf exception pour cause de références introuvables) un exercice commercial pour ramener un groupe en devanture des bacs et doper ses ventes en singeant la nouveauté ou la participation à l’activité commerciale : tout ce qu’on peut trouver étranger à la de la création musicale.

Ici Haines tourne en dérision le procédé (il avait déjà sortit un disque intitulé Worst of BBR qui n’était pas un best of mais un "véritable" album). Dans la même logique de détournement à l’intérieur du livret interne on peut trouver l’ensemble de la discographie chroniquée par Haines lui même - les notes oscillent entre 4 et 5 étoiles - et ridiculise là encore avec un certain succès l’exercice un peu faux du "critique" musical.

Par ailleurs musicalement, puisque que c’est aussi accessoirement un peu de cela qu’il est question, c’est sans intérêt relativement aux disques de l’époque, les arrangements sont assez lourds et indigestes et en tous cas inférieurs aux versions originales.

Enfin tout cela est tout de même amusant à écouter si on connaît ces titres sur le bout des doigts. Les rares inédits sont dans l’ensemble, on le note, plutôt médiocres.

En somme ce disque est une vaste blague à ne réserver qu’aux fans absolus de Luke Haines et de son sens de l’humour furieusement décalé.

Par contre même si vous êtes allergique à cet humour potache c’est, effectivement, une bonne occasion pour rappeler ses disques à notre souvenir : notamment le chef d’œuvre New Wave (1993) son premier album et le ténébreux After Murder Park (1996) injustement assassiné par la critique, et puis le projet Baader Meinhof (1996) concept album allumé ("This is an hate socialist collectiv"), et aussi Now I’m a Cow Boy (1994) son plus gros succès commercial ("Lenny Velentino") et sans oublier son projet solo Oliver Twist Manifesto (2001) au propos farouchement revival-situationniste et élitiste voire le dernier véritable album de the Auteurs, How I learned to love the bootboys (1999), teinté au vitriol hostalgique (hostile à la nostalgie).

Par contre on peut laisser de coté le remix The Auteurs vs µZiq et la BO de Christie Malry’s Own Double Entry ainsi que ce dernier disque, mais vous faites ce que vous voulez.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album 21st Century Man de Luke Haines


Loopkin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 10 mai 2020 : Sortez Masqués !

Le confinement se termine officiellement, on ne sait pas pour combien de temps mais n'oubliez surtout pas de sortir masqués ces prochains jours. En attendant que les spectacles vivants reprennent ... et ce n'est pas pour tout de suite, voici notre sélection hebdomadaire.

Du côté de la musique :

"Soir paien" de Alexis Kossenko, Anna Reinhold & Emmanuel Olivier
Interview de Morgane Imbeaud accompagnée d'une belle session acoustique
"Enrique Granados : Oeuvres pour piano" de Myriam Barbaux-Cohen
"For their love" de Other Lives
"Schubert, sonates pour piano D.845 & D.850" de Philippe Cassard
"Nothing is never over" de The Eternal Youth
"Brute Art" de InRed
"Dark Heart" de TV Party
"Superficial please" de Match
et toujours :
"Les saisons volatiles" de Babx
"Stray" de Bambara
"Love songs" de Batist & the 73' à découvrir en concert live le 5 mai à 19h30 ici
"Content" de Miro Shot
"Invisible" de Benoit Bourgeois
"La traversée" de Bertand Betsch
"Danzas" de Cuareim Quartet & Natasha Rogers

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations
"La Nuit des taupes"
"To my only desire"
"Vous n'aurez pas ma haine"
"A 90 degrés"
du théâtre classique et moderne revisité :
"Le Marchand de Venise"
"Rosmersholm"
des comédies :
"Le Syndrome de l'Ecossais"
"Paprika"
"Toc-Toc"
"Alors on s'aime"
du côté des humoristes :
Raymond Devos à lOlympia
"Les Vamps à Lourdes"
Au Théâtre ce soir :
"8 Femmes"
"L'Ecole des contribuables"
"Le Bon Débarras"
du vaudeville dans son temps :
"Un Fil à la patte"
"Tailleur pour dames"
et toujours des classiques :
"Les Fausses Confidences"
"Les femmes savantes"

Expositions :

voir ou revoir l'exposition "Turner, peintures et aquarelles - Collections de la Tate" au Musée Jacquemart-André en vidéo
des visites d'expositions commentées par les commissaires :
"Delacroix" au Musée du Louvre
"Berthe Morisot" au Musée d'Orsay
parcourir l'Hexagone :
à Calais pour découvrir la Cité de la Dentelle et de la Mode
et à Toulouse au musée d'art contemporain Les Abattoirs
partir ensuite pour l'Europe :
à Vienne vers le Musée Albertina
en Allemagne avec l'Alte Nationalgalerie Staatliche à Berlin
puis s'envoler pour le Mexique vers le Musée Robert Brady à Cuernavaca et remonter vers le Brésil et le Musée National des Beaux-Arts de Rio de Janeiro
enfin revenir à Paris pour découvrir le Musée Nissim de Camondo

Cinéma at home avec :

voir ou revoir en streaming
du drame étasunien :
"L'Autre rive" de David Gordon Green
"Trop jeune pour mourir" de Robert Markowitz
des super héros et du fantastique :
"Ghost Rider" de Mark Steven Johnson
"Invisible" de David S. Goyer
du cinéma d'animation :
"Dante Inferno" de Victor Cook, Mike Disa et Shuko Murase
du divertissement :
"Pétrole ! Pétrole ! " Christian Gion
"La Famille Addams  de Barry Sonnenfeld
enfin au Ciné Club, du cinéma français des années 50 :
"Les Diaboliques" de Henri-Georges Clouzot
"Les Grandes manoeuvres" de René Clair
"Coiffeur pour dames" de Jean Boyer
"Les Amants de Tolède" de Henri Decoin
une rareté avec "Adam est Eve' de René Gaveau
et une curiosité avec "Rêves" de Akiro Kurosawa doublé en espagnol

Lecture avec :

"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret
et toujours :
"PLS" de Joanne Richoux
"Le nouveau western" de Marc Fernandez
"La femme révélée" de Gaëlle Nohant

Froggeek's Delight :

Suivez la chaine Twitch de Froggy's Delight pour des lives Jeux vidéos tout au long de la semaine mais aussi des concerts (en direct et en replay).

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances
- La Mare Aux Grenouilles #05
- 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?
- 21 juin 2020 : la Fête de la Musique Sanson
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=