Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Double Inconstance
Théâtre 14  (Paris)  mars 2019

Comédie de Marivaux, mise en scène de Philippe Calvario, avec Luc-Emmanuel Betton, Philippe Calvario (ou Roger Contebardo), Maud Forget, Sophie Tellier, Guillaume Sentou et Alexiane Torrès.

Dans "La Double inconstance" de Marivaux, sur le mode fabuleux du conte dans lequel un prince épouse une bergère, le prince amoureux de Silvia, une paysanne, use successivement du rapt, de la séquestration et de l'instrumentalisation, par petit personnel interposé, la convaincre et "désintéresser" Arlequin, son "pays" avec lequel elle est engagée.

La proposition de Philippe Calvario, élaborée avec la collaboration à la dramaturgie de Emanuele de Luca, ne manque pas de déconcerter outre par le choix de vieillir, de la juvénilité à la quarantaine les protagonistes, comme pour sa première - et réussie - incursion dans le répertoire de Marivaux avec "Le Jeu de l'amour et du hasard".

Et non seulement au plan formel et esthétique par la scénographie façon split-screen horizontal peu amène et convenue de Alain Lagarde, un mur végétal au-dessus d'un sol terreux séparé par une passerelle, illustration de la métaphore de la stratification des classes de l'Ancien Régime, et l'hétéroclisme des costumes empruntant à la mode de différentes époques confectionnés par Coline Ploquin qui évoquent le style opéra-bouffe.

Donc, et surtout, par son approche de cette comédie considérée, alternativement, comme une cynique peinture des moeurs, une phénoménologie du cœur, "un jeu de massacre amoureux", la préscience de la dialectique hégélienne maître/esclave, l'illustration de l'inconstance atavique des sentiments ou la fascination plébéienne pour les privilèges de la classe dominante.

En effet, il souligne sinon les invraisemblances du moins les ambiguïtés de la partition qu'il place dans un registre résolument comique par un parti-pris d'accentuation des clichés, s'avérant jubilatoire pour qui accepte de se détacher de l'orthodoxie marivaldienne, tel celui de l'amour aveugle pour le penchant d'un prince à la pâle figure et à la préciosité homo-érotique (<span class="GRAS">Luc-Emmanuel Betton stupéfiant) pour une villageoise courtaude et mal fagotée, et du déterminisme social avec pour corollaire la morphologie de classe.

Ainsi, le peuple est ordinaire et grossier, Silvia (Maud Forget véhémente) et Arlequin (Guillaume Sentou vibrionnant) affichant une petite taille et une physionomie ordinaire, même si, par mimétisme, certains individus, davantage gâtés par la nature, voisinant avec l'élite en acquièrent l'apparente élégance du corps et des moeurs, telles les deux soeurs, filles de domestique, Lisette (Alexiane Torrès étonnante en bergère façon Marie-Antoinette) et Flaminia (Sophie Tellier magistrale en superbe emperruquée rousse en robe Belle Epoque).

Cette dernière comme le valet Trivelin (Philippe Calvario réjouissant) mandaté pour corrompre les intéressé connaissent bien les faiblesses de leurs semblables, dont la vanité pour Silvia, la gourmandise pour Arlequin et, pour tous deux, la cupidité qui caractérise le pragmatisme pécuniaire. Et la vie de château dénouerait plus d'un engagement que Marivaux décrit toutefois comme contingent. Ainsi, Arlequin a-t-il été élu de l'aveu même de sa promise parce "garçon le plus passable de nos cantons".

Efficace et subtile, la mise en scène bi-dimensionnelle de Philippe Calvario, tant les personnages semblent glisser sur le décor d'arrière-plan, repose sur la combinaison de différentes tonalités dramatiques qui concourt à une impression d'hétérogénéité de l'ensemble et laisse accroire à une inégalité de jeu entre les différents interprètes.

Ce qui, bien évidemment, non seulement est intentionnel mais convient à cette comédie de la ruse et résulte de sa composante méta-théâtrale dans lequel, outre le prince travesti, le trio ancillaire s'improvise comédien pour orchestrer la duplicité de l'entreprise.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2019-03-17 :
Apocalypse bébé - Théâtre Paris-Villette
Eldorado Dancing - La Ferme de Bel Ebat
En se couchant il a raté son lit - Théâtre Gérard Philippe
Philippe Meyer - Ma radio, histoire amoureuse - Théâtre Le Lucernaire
Anaïs Nin, une de ses vies - Théâtre Athénée-Louis Jouvet
La Mort (d')Agrippine - Théâtre Dejazet
Le Pays lointain - Théâtre national de l'Odéon
Qui a tue mon pere - Théâtre de la Colline
Café Polisson - Théâtre de l'Epée de Bois
Veillée de famille - Théâtre du Rond-Point
Madame Pink - Théâtre du Rond-Point

• Edition du 2019-03-10 :
Oncle Vania - Théâtre du Nord-Ouest
Papa est libre - Théâtre Le Guichet-Montparnasse
La Danseuse du crépuscule - Théâtre Le Funambule-Montmartre
Bells and Spells - Théâtre de l'Atelier
Les Rivaux - Artistic Théâtre
Sandra Colombo - Instagrammable et cervelée - Comédie des 3 Bornes
La Collection - Théâtre des Bouffes du Nord
Oncle Vania fait les trois-huit - Théâtre de Belleville
La Double Inconstance - Théâtre 14
Darling - Studio Hébertot
Alice - Théâtre du Nord-Ouest
Trumperie sur la marchandise - Théâtre des Deux Anes
 

• Archives :
Les spectacles - Mars 2019
La Place du Diamant - Théâtre L'Atalante
Les Grands Rôles - Théâtre Le Lucernaire
Migrando - Théâtre Montmartre-Galabru
Et ma cendre sera plus chaude que leur vie - Théâtre Le Lucernaire
La Grande petite Mireille - Théâtre du Petit Montparnasse
Sherlock Holmes et le mystère de la vallée de Boscombe - Le Grand Point Virgule
Au temps des chevaliers - Théâtre de Nesle
La Statue de temps - Théâtre de Nesle
Comment j'ai dressé un escargot sur tes seins - Théâtre Le Bout
Ca reste entre nous - Théâtre du Gymnase
Jean-Louis XIV - Théâtre des Béliers parisiens
Les beaux ardents - Théâtre de l'Opprimé
Edna, délinquante - Manufacture des Abbesses
Les Mousquetaires au couvent - Théâtre Saint-Léon
Marie Tudor, God save the Queen - Espace Beaujon
Hors Jeu - Théâtre de la Reine Blanche
Qui va garder les enfants ? - Théâtre de Belleville
Cabaret décadent - Revue électrique N°69 - Cirque électrique
Les couteaux dans le dos - Théâtre Les Déchargeurs
Je ne me souviens pas - Théâtre Les Déchargeurs
22 novembre 1963 - Théâtre des Béliers parisiens
Interview - Manufacture des Abbesses
Le bois dont je suis fait - Théâtre de Belleville
J'ai pris mon père sur mes épaules - Théâtre du Rond-Point
Aux Délices - Lavoir Moderne Parisien
Maria Dolores y Habibi Starlight - Théâtre Essaion
Barber Shop Quartet - Chapitre IV - Théâtre Essaion
Matin et Soir - Théâtre de l'Aquarium
Merci - La Folie Théâtre
- les derniers (3)
- les derniers albums (3)
- les derniers articles (3)
- les derniers concerts (8)
- les derniers expos (2)
- les derniers films (3)
- les derniers interview (1)
- les derniers interviews (264)
- les derniers livres (3)
- les derniers spectacles (6447)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=