Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rosie Davis
Paddy Breathnach   mars 2019

Réalisé par Paddy Breathnach. Irlande. Drame. 1h26 (Sortie le 13 mars 2019).Avec Sarah Greene, Moe Dunford, Ellie O'Hallora, Sarah Green, Moe Dunfor, Ellie O'Halloran, Ruby Dunne, Darragh McKenzie, Molly McCan, Natalia Kostrzewa et Lochlann O'Mearain.

Rosie Davis a quatre enfants, un portable, un mari, une voiture... mais pas de maison. Tous les jours, elle passe son temps à téléphoner aux hôtels pour savoir s'il y a de la place pour une famille de six personnes.

Son mari travaille, ses enfants sont scolarisés... mais ils ont dû quitter la maison qu'ils habitaient et en attendant, hypothétiquement, d'en retrouver une, ils vivent dans l'incertitude quotidienne.

On pourrait croire que "Rosie Davis" de Paddy Breathnach, filmé à Dublin, comme il aurait pu tout aussi bien être tourné à Paris, Londres, Rome ou Berlin, va être un film "social" répétitif et geignard.

On pourrait aussi penser que c'est un "Ken Loach Irlandais", qu'il va s'en prendre à la société entière et montrer le combat d'une mère courage dents et poings serrés.

Eh bien, non ! Dans sa forme, "Rosie Davis" de Paddy Breathnach n'est jamais ennuyeux ni pleurnichard. On suit chaque journée sans en savoir plus que l'héroïne.

C'est une espèce de suspense très angoissant pour le spectateur, tout aussi angoissant que certaines fictions. Car on connaît les personnages, on s'y est attaché et l'on n'a pas envie de les savoir tous les six dans la voiture à mal dormir, à avoir froid et à ne pas pouvoir changer de vêtements.

Dans le film, on espère - ou on veut croire - que la situation des Davis est provisoire parce qu'autour d'eux, tout tient à un fil : l'amie de Rosie qui lui laisse faire des lessives l'acceptera-t-elle éternellement ?

Le frère de John Paul, son mari, commence à s'impatienter alors que son épouse attend un enfant : viendront-ils bientôt reprendre toutes leurs affaires, alors que les futurs parents manquent de place... Les écoles accepteront-elles encore longtemps des enfants qui arrivent toujours en retard, qui commencent à être traités de "cracra" par leurs gentils petits camarades... ?

Rosie et son mari sont au fond du trou, mais font corps ensemble et avec leurs enfants, et s'aiment profondément. Ils n'accusent personne sauf la fatalité, n'en veulent pas à un propriétaire voulant reprendre sa maison comme il en a le droit. Rosie n'est pas loachienne pour un sou.

Elle se rapproche plutôt de Corinne Masiero dans le très beau "Louise Wimmer" de Cyril Mennegun. Elle a aussi quelque chose des héros des frères Dardenne, et ce n'est pas pour rien que Paddy Breathnach la suit parfois caméra à l'épaule, comme les deux Belges filmaient "Rosetta".

Il y a deux ans, on avait soutenu ardemment un film cubain, "Viva", mélo magnifique sur un fils qui se déguisait en femme pour chanter et faisait face au rejet de son père alcoolique et macho.

Les cinéphiles seront surpris de découvrir que le réalisateur de "Viva" est aussi celui de "Rosie Davis", preuve s'il en fallait que Paddy Breathnach est un cinéaste sensible et capable à chaque fois de traiter des sujets forts même s'ils sont très différents.

Après ce constat, on n'aura pas de superlatif pour cette œuvre forte, émouvante et ouverte sur tous les ailleurs possibles malgré la noirceur de la situation décrit

On dira simplement que "Rosie Davis" de Paddy Breathnach est un beau film, un film simple et jamais dans la vaine compassion pour ses personnages. Il les filme usant de leur liberté, dans leur grandeur à refuser tout ce qu'ils considèrent comme des compromissions.

Il s'est doté d'une héroïne sublime de naturel, jamais dans les excès. Elle ne surjoue rien et paraît animer d'une foi indestructible qui force un grand respect. Paddy Breathnach a su amadouer les enfants et en a fait d'excellents comédiens.

Ce film sur le déclassement réel remuera tous les spectateurs puisque la peur d'être à la rue, de vivre sans adresse et sous le couperet d'un bureaucrate de mauvaise humeur, est la peur de la plupart des français moyens.

En cela, voir "Rosie Davis" de Paddy Breathnach ne peut pas leur faire grand mal mais les tenir éveilles devant cette "misère du monde" évoquée jadis par Pierre Bourdieu. Un film fort et nécessaire.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=