Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Angry Dan
Interview (version française)  (Shoreditch, Londres)  mars 2019

Un dimanche matin froid en février à Shoreditch, Londres. J’ai rendez-vous avec mon pote Angry Dan pour passer du temps avec lui pendant qu’il peint un mur à l'extérieur du pub le Griffin.

7 bonnes heures dehors, au soleil. Couleurs, music et passants, le tout ponctué d’arrêts techniques pour café, thé, snack, et j'avoue, une soupe.

J’y connais pas grand-chose au street art. J’aime l’art. Je suis membre de la Tate Modern mais mon show s’arrête là. Je n’ai pas étudié l’art et comme pour la musique, j'ai besoin de ressentir.

J’ai décidé d’écrire un article sur Angry Dan, pas parce que c'est un ami mais parce que je suis toujours touchée par ses œuvres. Il est extrêmement talentueux et plein d’esprit et le monde a besoin de le connaître !

J’aime la poésie. Je suis une snobe en musique. Alors naturellement, quand ce mec a lu ce poème lors du mariage auquel j’étais invitée il y a 5 ans, j’ai été ébahie et j’ai éprouvé le besoin désespéré de savoir qui l’avait écrit. Je n’avais pas réussi à lui parler lors du mariage mais les réseaux sociaux peuvent accomplir des miracles. Le poème avait été lu et écrit par Angry Dan. C'est là qu'est née notre amitié. Il écrit des poèmes, il dessine des poèmes.

J’ai découvert une forme de poème que je ne connaissais pas : les limericks (d’origine irlandaise comme le nom l’indique).

Il a commencé à en écrire il y a un bout de temps et comme il n'avait personne pour en faire des dessins il s'est mis à dessiner lui-même. Il les poste sur Instagram à un rythme quasiment quotidien et il a récemment commencé à les peindre sur les murs à la demande de certaines galeries d’art et associations. J’ai donc passé plusieurs heures à observer le travail en cours de la première goutte de couleur à la signature. Le tout en discutant et en écoutant de la (bonne) musique. Un vrai privilège. Après tout ça, des mots plutôt que des questions me sont venus en tête alors ceci n'est pas une interview mais des mots que je lui ai balancés et la relation qu'il a avec eux, dans ses propres mots :

Poésie

Angry Dan : J’aime les classiques quand je fais l’effort de m'y plonger mais je ne lis pas beaucoup de poésie sérieuse. Mes écrits ont tendance à tomber dans deux catégories : soit j’essaie de m’amuser moi-même, soit je dis exactement ce que je veux dire, de la manière la plus simple possible.

Limerick

Angry Dan : J’en écris en bus, en train, en bateau ou en avion. J’en écris en montagne ou en nageant dans la mer. J’en écris à la caisse des supermarchés ou pendant des réunions importantes. J’en écris beaucoup étant éveillé en pleine nuit et j’en écris en plus assis aux toilettes. Ils sont mes compagnons les plus fidèles.

Musique

Angry Dan : La musique est mon premier amour. Ma voix en tant qu’écrivain s’est développée en écrivant des ballades folks à la guitare et au piano.

Nick Drake

Angry Dan : J’ai vu une photo de Nick Drake dans un magazine quand j'avais 15 ans. J'ai acheté Way to Blue, la compilation d'introduction chez mon disquaire local et je l'écoute toujours depuis. Ses doigts et sa voix sont si puissants. Si j’essaie vraiment de décrire la manière dont sa musique me touche, je passerais pour un idiot sentimental.

Radiohead

Angry Dan : Ils ont tout.

Couleur

Angry Dan : Je suis daltonien donc j'ai une relation spéciale avec la couleur. Ça ne veut pas dire que j’apprécie moins la vue des couleurs mais je dois constamment demander aux gens de quelles couleurs les choses sont. C’est l’une des raisons pour lesquelles mon travail est si vif, car je peux mettre la saturation jusqu’à 100%. Comme ça je sais ce sur quoi je travaille.

Art

Angry Dan : Je me fiche un peu de savoir si les gens pensent que mon travail est de l'art. Je veux juste qu'ils le regardent et si ça leur plaît, alors c'est que ça a accompli ce que ça doit faire.

Art de Rue

Angry Dan : Travailler dans la rue est le moyen le plus efficace pour rendre mon travail visible. Quand on regarde une œuvre en ligne, il peut être bien difficile de savoir ce qu'on ressent réellement.

Mur

Angry Dan : Maintenant quand je marche dans la rue, j’analyse sans cesse la texture des surfaces et je repère des endroits éventuels où je pourrais peindre. C’est un peu comme être obsédé par le skateboard et voir la ville comme sa cour de récréation.

Mots

Angry Dan : Pour moi, tout commence par des mots. Que ce soit une peinture, un film, une chanson, ce sont des mots dans leur première incarnation.

Instagram

Angry Dan : C’est facile de laisser submerger.

Londres

Angry Dan : J’ai grandi dans un coin paumé à la campagne et j'ai déménagé à Londres à l'âge de 21 ans. C’était hallucinant. Je pense que les gens ont plus tendance à te laisser tomber et les relations paraissent plus transitoires mais ça donne l’occasion de se réinventer sans cesse, j’espère pour le mieux.

Peinture

Angry Dan : J’adore la sensation de présenter à un mur tôt le matin avec un sac plein de peintures et une moitié d'idée sur comment réaliser l’œuvre. Toute la journée je prends des décisions et résous les problèmes en essayant de pas faire trop de bordel. Je ressens maintenant la même urgence à peindre que quand je faisais de la musique électronique étant adolescent. Je n’avais pas ressenti ça depuis un bail.

Technique

Angry Dan : J’apprends encore sur les embouts et les pochoirs et comment les peintures différentes se comportent. Je rencontre toujours des gens sympas de ce milieu qui sont ravis de partager la richesse de leur savoir.

Ecole d’Art

Angry Dan : Je n’ai pas fait d’école d'art. En fait, je n’ai pas vraiment dessiné entre l’école primaire et il y a trois ans quand j’ai commencé à dessiner mes poèmes. C’est pour ça qu’ils sont ce qu’ils sont : je ne sais pas trop ce que je fais.

Travail

Angry Dan : Ma conscience professionnelle ne s’est jamais portée aussi bien.

Camden (quartier punk, rock de Londres)

Angry Dan : J’ai dormi sur un canapé à Camden Town pendant environ quatre mois en 2006. Je n'étais pas étudiant mais les gens qui vivaient là étaient pour la majorité à l'école St Martins, aux beaux-arts. Bien que ça a été une période courte, j'ai rencontré énormément de gens que je côtoie toujours aujourd’hui.

Shoredtich (quartier branché, hipster de Londres)

Angry Dan : J’ai travaillé à côté du rond-point de Old Street pendant 6 ans donc j’ai passé plus de temps à Shoretich que n’importe où ailleurs dans la capitale. C’est un mélange de créateurs, de galeries et de costumes de la city, et tu peux avoir une bonne vision des guerriers du week-end qui viennent d’ailleurs jute pour être bourrés. Beaucoup de gens se plaignent que ce sont des crétins mais tous ceux qui viennent me dire bonjour sont super gentils. C’est un endroit génial où peindre si tu veux être vu.

Progrès

Angry Dan : J’ai ce mantra pour être efficace. C'est "Ne pas ne pas le faire". Ça veut dire exactement ça. A chaque fois que tu te retrouves à ne pas faire ce que tu devrais faire, arrête tout et mets-toi au boulot.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Angry Dan
Le Facebook de Angry Dan

A l'air libre : ouvrez vos yeux à Camden et Shoreditch si vous passez par Londres !

Crédits photos : Jasmina Vulic (toute la série sur son Flickr)


Jaz'         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 17 mars 2019 : Que la culture coule à flots

Tels les litres de Guinness qui ne manqueront pas d'innonder toute l'Irlande et même le monde entier à l'occasion de le Saint Patrick, voici notre sélection hebdomadaire culture qui se déverse dans vos yeux et vos oreilles curieux et gourmands.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Frédéric Lo autour de son album "Hallelujah!"
"Data Mirage Tangram" de The Young Gods
"Grand casino" de Manu Lanvin & The Devil Blues
Rencontre avec Mass Hysteria
"Boccherini" de Ophélie Gaillard, Sandrine Piau et Ensemble Pulcinella
"Le dilettante d'Avignon, Jacques Fromental Halévy" de Orchestre Régional Avignon-Provence et Michel Piquemal
"The golden fascination" de Richard Andrews
"10 ans plus tarés" de Fastened Furious
"14th boyz EP" de Fastlanes
King Child, Mouse Dtc, Innvivo dans une sélection de EP et singles
"Iggy Salvador" de Dj Zebra
"Erik Trufaz Quartet en concert à l'Aéronef
Tamino à l'Aéronef de Lille
Patrick Coutin est de retour, à retrouver en concert privé et en entretien
et toujours :
"A la lisière" de Clarika
"La disparition d'Everett Ruess" de Emmanuel Tellier
"Fauré Requiem - Poulenc Figure humaine - Debussy Trois chansons" de Ensemble Aedes, Les Siècles, Mathieu Romano
"Look ahead" de Fred Nardin Trio
"Connecting the dots" de Guy Mintus Trio
"Soistices" de Heaume Mortal
"Just about anything is possible" de Inred
"Mon héroïne EP" de Kyrie Kristmanson
"A walk above clouds EP" de Line
"Arabella EP" de Arabella

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Pays lointain" au Théâtre national de l'Odéon
"Qui a tué mon père" au Théâtre de la Colline
"En se couchant, il a raté son lit" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Veillée de famille" au Théâtre du Rond-Point
"La Mort (d')Agrippine" au Théâtre Dejazet
"Oncle Vania" au Théâtre du Nord-Ouest
"Anaïs Nin, une de ses vies" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Apocalypse bébé" au Théâtre Paris-Villette
"Madame Pink" au Théâtre du Rond-Point
"Philippe Meyer - Ma radio, histoire amoureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Café Polisson" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Eldorado Dancing" à la Ferme Le Bel état à Guyancourt
des reprises:
"Place des Héros" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"Les Damnés" à la Comédie française
"La Légende de Bornéo" au Théâtre de l'Atelier
"L'Autre fille" au Théâtre Les Déchargeurs
"Je parle à un homme qui ne tient pas en place" au Théâtre de Nesle
"Dans les jardins de Carlos et Nestor" au Théâtre de Nesle
"Les Divalala - Femme, Femme, Femme" au Théâtre Lepic
"Cabaret Siméon" au Théâtre Essaion
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mars

Expositions avec :

"L'Orient des peintres" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les nouveautés de la semaine :
"Le Corps sauvage" de Cheyenne-Marie Carron
"Leur souffle" de Cécile Besnault et Ivan Marchika
et la chronique des autres sorties de mars

Lecture avec :

"Desh" de Tofépi
"Firebird" de Thomas Harnois
"Guillaume le Conquérant / Léonard de Vinci" de David Bates / Carlo Vecce
"Iggy Salvador" de Antoine Zebra
"Lincoln au Bardo" de Georges Saunders
"Oyana" de Eric Plamondon
"Rendez vous à Samarra" de John O'Hara
et toujours :
"Un certain Paul Darrigand" de Philippe Besson
"Après" de Nikki Gemmell
"Boy erased" de Garrard Conley
"L'ombre de la baleine" de Camilla Grebe
"Les gratitudes / Mon père" Delphine de Vigan / Grégoire Delacourt
"Les suppliciées du Rhône" de Coline Gatel
"Tu finiras clochard comme ton Zola / Nouvelles morales provisoires" de Philippe Val / Raphaël Enthoven"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 17 mars 2019 : Que la culture coule à flots
- 10 mars 2019 : On vote pour le plein de nouveautés.
- 3 mars 2019 : The Colour of Spring
- 24 février 2019 : comme un air de vacances
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=