Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Frédéric Lo
Interview  (Par téléphone)  mardi 5 mars 2019

Frédéric Lo, une rencontre, un cri de louange qui sonne à merveille

Bien plus que des esquisses musicales, Hallelujah! est une perfection des arrangements, une voix singulière empruntée à la profondeur d’un être.

Des chansons toutes habilement ficelées, parfois en solo, parfois des duos et des collaborations (Alex Beaupain, Stephan Eicher, Elli Medeiros, Benjamin Biolay) colorent avec subtilité un univers musical qui m’a donné envie de rencontrer l’artiste.

Comment te sens-tu en cette douce sortie de ton album Hallelujah! ?

Frédéric Lo : Je me sens très bien. J’avais cet album à sortir et je suis heureux de son accueil. Sortir un album, c’est aussi le plaisir de le partager et comme les retours sont très positifs, c’est une forme de double cadeau.

Avais-tu une forme d’appréhension avant la sortie ?

Frédéric Lo : Etrangement, l’appréhension n’est plus du tout la même comparée à d’autres sorties d’albums lorsque j’étais plus jeune. Aujourd’hui, je suis serein car je n’attendais rien. Le fait d’avoir fait un disque comme Crèvecœur avec Daniel Darc, m’a aussi donné simplement de l’expérience, qui me permet aujourd’hui, d’être plus sage et le plaisir d’offrir me suffit déjà amplement.

Ma seule appréhension aurait été, peut-être, d’en avoir justement une "d’appréhension", comme si j’avais eu peur d’avoir peur. Finalement, je suis beaucoup plus paisible. Je me considère simplement comme un artisan, je sais faire de la musique, tout comme un boulanger sait faire une baguette, qui lui-même n’a pas d’appréhension quand il sort sa baguette.

Comment tu expliques ce petit temps entre ta dernière sortie d’album et cette sortie aujourd’hui quinze ans après ?

Frédéric Lo : J’ai fait Crèvecœur avec Daniel Darc, puis j’ai vécu une succession de collaborations enrichissantes avec Stephan Eicher, Christophe Honoré, Alex Beaupain, etc.

Le temps est passé très vite, il m’a permis de faire simplement ce que j’aime, en studio. Je n’ai pas eu de temps de rupture car je n’ai jamais arrêté mon art. Cette sortie d’album est pour moi cohérente avec mon parcours, une forme de fluidité. J’ai eu envie simplement de ne pas travailler au service de quelqu’un mais juste au service de moi-même.

J’ai l’impression que la fidélité amicale et musicale est ultra présente dans ton parcours et par la même, dans cet album, c’est bien cela ?

Frédéric Lo : Oui, tout à fait, dans cet univers musical je me suis construit une famille avec qui je partage une vision similaire de la chanson.

Si tu devais choisir un titre dans ton album, un seul, lequel serait-il ?

Frédéric Lo : (Rire) Non, je ne pourrais pas te dire, le choix serait trop difficile.

Vas-tu faire des concerts, une tournée pour donner suite à cette belle sortie d’album ?

Frédéric Lo : Un concert Parisien est prévu fin juin (la date est non définie). Ensuite, j’ai envie de jouer, même en étant seul sur scène, juste guitare et voix. Finalement, j’ai toujours chanté depuis mon adolescence, et la scène est un simple aboutissement de mes chansons, une manière encore une fois, de partager humblement ce que je fais, ce que je suis.

En comparant le travail de studio et le travail de scène, dans quel espace serais-tu le plus à l’aise ?

Frédéric Lo : Je suis plus habitué aujourd’hui à être en studio mais j’aime jouer aussi mes chansons sur scène. Effectivement, les concerts amènent d’autres problématiques, je pense être un peu "un timide contrarié" sur scène. Dans l’idée, je me sens plus Leonard Cohen que David Bowie (rire). Mais mon métier est de faire des chansons, donc de les jouer et j’aime beaucoup cela.

Tu as collaboré avec beaucoup de personnes talentueuses sur cet album, mais aurais-tu envie de travailler avec d’autres artistes ?

Frédéric Lo : J’aimerais beaucoup collaborer avec Catherine Ringer, Etienne Daho ou Jean-Louis Murat. Mais je peux aussi avoir envie simplement de travailler avec des personnes qui ne sont pas célèbres. Par exemple, j’avais failli refuser de travailler, par manque de temps, avec Alex Beaupain et Christophe Honoré qui, à l’époque, n’étaient pas connus. Mais ils m’ont touché et j’ai voulu travailler avec eux. L’humain passe avant tout, je crois.

Est-ce que, selon toi, un artiste se doit ou est implicitement "engagé" ?

Frédéric Lo : En choisissant un métier artistique, selon moi, nous sommes automatiquement "engagés" d’une manière plus ou moins revendiquée car on donne beaucoup.

Avec Alex Beaupain, nous avons cela en commun, dans le sens où à travers ses textes, ce sont souvent des histoires d’amour exprimées. Et l’amour lui-même est un engagement.

Même si il existe toujours des doubles lectures, par exemple le titre "La clairière" peut sembler être un texte d’amour et en même temps, il peut aussi parler de quelqu’un qui abandonne tout pour vivre en phase avec la nature.

Si tu n’avais été musicien, quel métier aurais-tu voulu faire ?

Frédéric Lo : Quand j’étais enfant, je voulais être océanographe.

Selon toi, quel serait ton idéal de vie ?

Frédéric Lo : Ce serait de continuer à vivre de la musique.

Ta journée type idéale ?

Frédéric Lo : Je me lève, j’emmène les enfants à l’école, je vais travailler à mon studio, je rentre assez tôt et je passe du temps avec mes enfants.

Ton idéal est aussi dans la simplicité ?

Frédéric Lo : Oui, je pense que le fait d’avoir des rituels simples, c’est important.

Ton mot préféré ?

Frédéric Lo : "Hallelujah".

Ta note préférée ?

Frédéric Lo : (rire) Le do.

Retrouvez Frédéric Lo
en Froggy's Session
pour 4 titres en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Hallelujah! de Frédéric Lo

En savoir plus :
Le Soundcloud de Frédéric Lo
Le Facebook de Frédéric Lo

Crédits photos : Thomy Keat (retrouvez toute la série sur Taste Of Indie)


Estelle Bruant         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Frédéric Lo (15 avril 2019)


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=