Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ce qui ne tue pas
Rachel Abbott  (Editions Belfond)  mars 2019

Chez Froggy’s Delight, on est toujours ravi de se retrouver avec un nouveau polar de l’anglaise Rachel Abbott qui continue de publier ses ouvrages chez Belfond depuis Illusions Fatales en 2014. Continuant d’engranger le succès qu’elle mérite à chaque publication, il semble évident, à la lecture de son dernier ouvrage, que ce dernier devrait rencontrer le même succès.

Inutile d’avoir lu ses ouvrages précédents pour apprécier son nouveau titre. A chaque fois, l’auteur nous propose de nouvelles enquêtes qui ne se suivent pas. Par contre, il n’est pas impossible que ceux qui découvriront cet ouvrage n’auront pas envie d’aller jeter un œil aux ouvrages précédents de Rachel Abbott.

Venons-en à l’histoire maintenant sans évidemment spoiler le suspense du livre. Cléo North sait qu’elle devrait se réjouir de voir son frère refaire sa vie, devenir père, être enfin heureux. Pourtant, elle en est convaincue, quelque chose cloche dans le couple qu’il forme avec Evie. Quelque chose qui la met terriblement mal à l’aise.

Un soir, la police reçoit un appel d’urgence. Deux corps ensanglantés sont retrouvés dans le lit conjugal des North : celui de Marcus, sans vie, et celui d’Evie, à demi morte avec un bébé qui hurle dans la pièce à côté.

Cléo et Evie vont alors chacune évoquer leur vérité sur Marcus à l’agent Stéphanie King qui va devoir s’atteler à démêler le vrai du faux, pour résoudre une enquête ahurissante pleine de rebondissements. Elle va devoir faire face aux apparences trompeuses, aux obsessions amoureuses et à la jalousie qui vire souvent à la folie.

L’intérêt et l’intrigue de l’ouvrage tiennent autour du personnage d’Evie, délicieusement construit par l’auteure. On la découvre page après page, avec une folle envie de mieux la cerner, on perçoit au fur et à mesure sa grande perversité. Et pour autant, le lecteur se retrouve touché par une forme d’empathie à son égard sans forcément comprendre et sans qu’elle soit non plus totalement légitime.

L’évolution de l’intrigue de l’ouvrage est assez bluffant et le final assez saisissant aussi. Après une première partie assez classique qui nous fait rentrer très vite dans le drame, le livre nous fait remonter le temps pour mieux comprendre le déroulement de ce drame tout en mettant en place la psychologie des personnages. La partie suivante déroule l’enquête puis le procès de l’accusé.

La dernière partie, qui voit la résolution finale de l’enquête couvre la période qui suit la fin du procès et son jugement. L’ensemble évidemment couvre des thèmes variés et nombreux, qui ne sont pas tous nouveaux dans cet écrit de l’auteure : la vie conjugale, les violences faites aux femmes, les mensonges, la jalousie, les relations fraternelles aussi. Les révélations vont bon train pour notre plus grand plaisir.

Après, l’écriture limpide de Rachel Abbott fait le reste et le choix de l’auteure que cela soit Evie qui nous raconte l’histoire est plutôt malin, sans pour autant être dans une grande originalité puisque ce procédé est souvent utilisé dans la construction d’un polar.

C’est donc encore du très bon Rachel Abbott que nous proposent les éditions Belfond avec Ce qui ne tue pas. Rachel Abbott sera de son côté présente au festival Quai du polar à Lyon du 29 au 31 mars prochain. Ce sera l’occasion pour ses nombreux fidèles lecteurs de la rencontrer.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "La disparue de Noël" du même auteur

En savoir plus :
Le site officiel de Rachel Abbott
Le Facebook de Rachel Abbott


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-07-05 :
Oeuvres Complètes II - Roberto Bolano
Isabelle, l'après-midi - Douglas Kennedy
Les ombres de la toile - Chris Brookmyre
Un été norvégien - Einar Már Gudmundsson

• Edition du 2020-06-28 :
Be my guest - Priya Basil
Les jours brûlants - Laurence Peyrin
La faiblesse du maillon - Eric Halphen
De Gaulle sous le casque - Henri de Wailly
 

• Archives :
Une immense sensation de calme - Laurine Roux
Mauvaise graine - Nicolas Jaillet
Le jour où Kennedy n'est pas mort - R. J. Ellory
L'iguane de Mona - Michaël Uras
MotherCloud - Rob Hart
Et les vivants autour - Barbara Abel
Trahison - Lilja Sigurdardóttir
Fanny Chassain-Pichon - Interview
De Wagner à Hitler - Fanny Chassain-Pichon
L'enfer commence avec elle - John O'Hara
BeatleStones - Yves Delmas & Charles Gancel
La géographie, reine des batailles - Philippe Boulanger
L'obscur - Philippe Testa
Trouver l'enfant / La fille aux papillons - René Denfeld
Washington Black - Esi Edugyan
J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond - Alexis Jenni
Les Beatles - Frédéric Granier
Frissonner dans la nuit avec des romans policiers à lire et à écouter -  
Roman à lire, voir et écouter -  
Le Feuilleton radiophonique en podcast -
Le Feuilleton radiophonique en podcast -
Là où chantent les écrevisses - Delia Owens
Les lumières de Tel-Aviv - Alexandra Schwartzbrod
Incident au fond de la galaxie - Etgar Keret
La chaîne - Adrian McKinty
Faites-moi plaisir - Mary Gaitskill
La femme révélée - Gaëlle Nohant
Le nouveau western - Marc Fernandez
PLS - Joanne Richoux
Le Sourire du Scorpion - Patrice Gain
- les derniers articles (11)
- les derniers expos (31)
- les derniers films (2)
- les derniers interviews (27)
- les derniers livres (2016)
- les derniers spectacles (1)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=