Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Maria Dolorès y Amapola Quartet
Bal Blomet  (Paris)  mars 2019

Spectacle humoristico-musical de Maria Dolores avec les musiciens Christophe Doremus, Sandrine Roche, Michel Capelier et Ariane Lysimaque.

On avait laissé Maria Dolores en compagnie des Habibi Starlight. La biche madrilène racontait ou rêvait son passé oriental. Digne descendante de Gloria Lasso ou de Dalida, mâtinée d'Yma Sumac, elle évoquait les parfums délétères des boîtes libanaises ou des tripots cairotes.

Cette fois-ci, elle a troqué ses lascars arabes pour un orchestre plus classique, l'Amapola Quartet : Sandrine Roche au piano, Christophe Dorémus à la contrebasse, Ariane Lysimaque au violon... et Michel Capelier au bandonéon.

Bandoléon ! Cela détonne des trois instruments et cela met sur la piste du spectacle de Maria Dolores. Bandonéon, cela rappelle Astor Piazzolla, Jorge Luis Borges dissertant sur la milonga et au premier chef l'Argentine et le tango.

Si Michel Capelier a ressorti son bandonéon pour les beaux yeux de la diva, dont il est accessoirement le "souffre-douceur", il ne faut pas oublier que ce musicien hors pair est aussi un compositeur de premier ordre.

Bien entourée, Marie Dolores se fait à la fois historienne du tango et chante des standards du genre. Elle ajoute à son arc une autre corde : l'improvisation. Ce qu'elle appelle elle-même la "divagation". Profitant de la proximité du public dans la belle salle du Bal Nègre devenu Bal Blomet pour les adeptes du politiquement correct, c'est-à-dire tout son contraire, elle interpelle les spectateurs, s'amuse d'eux et avec eux.

Les allusions fusent sur untel ou unetelle, toujours sans méchanceté mais avec l'acuité de quelqu'un qui voit très vite la répartie qu'elle peut tirer des choses qui se déroulent inopinément.

Maria Dolores emporte tout sur son passage, interdit l'ennui, combat toute baisse de rythme sans jamais en faire plus que trop. Bref, elle est une "showgirl" comme on en voit peu. Elle est aussi convaincante en servant le genre tango qu'en le parodiant.

On aura le droit aux "Bêtises" de Sabine Paturel, au "Bal Masqué" de la Compagnie Créole, et même à quelques échos de Michael Jackson façon Tango, comme on aurait pu les entendre dans un bar de Buenos Aires. On aura aussi le droit à de grands classiques du genre, composés par Anibal Troilo ou Astor Piazzola et même à "Besame mucho" chanté en plusieurs langues par Maria Dolores.

Pour récompenser son public, la diva terminera son récital par une version éblouissante d'une chanson de Barbara, confirmant qu'elle peut tout chanter, qu'elle finira par tout chanter et qu'on en redemandera encore et toujours.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=