Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Sheriff
Interview  (Salle Guy Poirieux, Montbrison)  samedi 30 mars 2019

C’est dans la chaleur de la salle Guy Poirieux que s’est tenu, samedi 30 mars, le concert des Sheriff A cette occasion, Olivier, le chanteur, nous a accordés une interview.

Vous avez fait une longue pause et je me demandais quelle est votre motivation pour revenir sur scène après tout ce temps ?

La motivation, c’est le public. En 2012, on ne devait faire qu’un seul concert à Montpellier, pour les 15 ans de la TAF (une association locale). Il y avait tellement de monde, c’était tellement énorme que cela nous a donné envie. On a attendu deux ans quand même, on a réfléchi, on a vu qui pouvait le faire, parce que ce n’est pas simple, certains bossaient et puis finalement, on est reparti.

Au début, on ne devait faire que 5 ou 6 dates et puis c’est le public qui nous "porte".

Je me disais que cela pouvait être le manque de faire de la scène.

Non non, moi ça ne me manquait pas du tout (rire). Mais à force, on y reprend goût, j’adore ça, mais ça ne me manque pas si je n’en fais pas !

Est-ce que vous avez un projet pour la suite ?

Non non, on a juste fait un nouveau morceau en 5 ans, tu vois ! (rire) Non parce que ce n’est plus notre vie, avant on était tout les jours au local, on jouait tout ce qu’on pouvait, on adorait ça. Maintenant, on fait quelques concerts dans l’année et on n’a pas envie de se forcer à faire un album.

Comment voyez-vous l’évolution de l’industrie musicale, quand les Sheriff ont commencé c’était les vinyles et les cassettes et maintenant, c’est le dématérialisé ?

C’est l’évolution normale, les gens n’achètent plus de CD, les jeunes n’en achètent plus et je trouve cela dommage. Ils sont sur des sites où tout est disponible. Je pense que ce sont les amis qui disent quoi écouter.

Avant c’était ton disquaire. Tu allais chez lui et il te conseillait en fonction de ce que tu écoutais.

Quand tu sors un cd c’est un tout, il y a un ordre alors qu’avec la dématérialisation les morceaux s’éparpillent. Ce n’est plus pareil.

Il y avait aussi une façon de saisir tout le travail mis en place avec les paroles, les crédits et les remerciements…

Oui moi aussi, je faisais pareil je me précipitais sur les remerciements et les paroles et maintenant c’est chiant. Les textes, c’est très important.

Les groupes continuent d’en sortir, il faut un support. Il y a encore un décalage bizarre.

Je me souviens que dans les années 90 déjà, les gens de notre maison de disque annonçaient la mort du CD.

Avant, les Sheriff reprenaient OTH et aujourd’hui ce sont Les Sheriff qui sont repris notamment par Tagada Jones. Ça fait quoi de passer de l’autre côté ?

Ça fait plaisir, c’est sûr. Il y a plein de groupes qui reprennent Les Sheriff et on ne s’en rend pas forcément compte mais ça fait super plaisir.

OTH a arrêté en 91 et la vague Nirvana a tout submergé, du coup ça nous permettait de rendre hommage et c’était nos Rolling Stones.

Par contre, parfois les mecs viennent nous faire signer un album en disant "ma mère vous adore", quand ça sera "ma grand-mère"... (rire)

Question humoristique : il n'y a pas un moment où on se sent trop vieux pour faire du punk-rock et remonter sur scène ?

Pour le moment non, mais je sens que ça va bientôt arriver (rire).

Maintenant, quand je vais voir un concert, je ne reste plus 3 heures debout et sur scènes je me concentre sur la scène et je ne fais rien d’autre à côté.

Quand je me sentirais trop vieux, j’arrêterai.

Est-ce que le bon à rien d’il y a 25 ans a fini par remettre la main sur cette foutue mayonnaise ? (Seule les fans peuvent comprendre cette question complètement débile)

(Rires)

Quand on compose, est-ce qu’on se met une certaine pression ?

On n’a jamais eu ce problème. Le truc, c’est qu’il fallait que ça sonne, qu’il nous plaise à fond. On a essayé d’autres voies et on a vite vu que ça ne nous plaisait pas, dans d’autres styles. On sentait que c’était plaqué et on enlevait. Pour un album de 10 titres, on en compose 25 et pour certains, ça ressemble trop à ce qu’on avait fait et on le laisse de côté.

Pour les paroles, il faut que ça me plaise à moi, je ne me suis jamais mis de barrières, quand tu composes c’est impossible de te dire il faut que ça plaise aux gens. Après ça peut se faire pour choisir un titre pour un 45. Si ça tient la route, tu gardes sinon tu le balances.

Le mot de la fin ?

Finalement, on n’est jamais trop vieux pour faire du rock ! (rires)

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Les Sheriff en concert à la Salle Guy Poirieux (samedi 30 mars 2019)


En savoir plus :
Le site officiel de Les Sheriff
Le Soundcloud de Les Sheriff
Le Facebook de Les Sheriff


Cyco Lys         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 12 juillet 2020 : Un air d'été

On entre dans la saison des vacances, pour vous comme pour nos chroniqueurs. Vous nous retrouverez tout l'été quand même avec des éditions web plus légères et toujours notre Froggy's TV bien sûr avec La Mare Aux Grenouilles et plein d'autres émissions. c'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

La Mare Aux Grenouilles #6, sommaire et replay
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.

Au théâtre :

en salle :
"Littoral" au Théâtre de la Colline
"Karine Dubernet - Souris pas" au Point Virgule
et dans un fauteuil de salon :
des créations :
"Yvonne princesse de Bourgogne" par Jacques Vincey
"Lucrèce Borgia" par Lucie Berelowitsch
"La Dernière neige" de et par Didider Bezace
"Pinocchio" de Joël Pommerat
"Soulever la politique" de Denis Guénoun
"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais" de et par Ahmed Madani
Au théâtre ce soir :
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"Le Tombeur" de Robert Lamoureux
"Une cloche en or" de Sim
du boulevard :
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Face à face" de Francis Joffo
du côté des humoristes :
"Bernard Mabille sur mesure"
"Christophe Alévêque est est Super Rebelle... et candidat libre !"
et finir l'Opéra :
avec du lyrique :
"Le Balcon" de Peter Eotvos par Damien Bigourdan
"Orlando furioso" de Antonio Vivaldi par Diego Fasolis
"La Flûte enchantée" de Mozart par Romeo Castellucci
et du ballet avec deux créations étonnantes : "Raymonda" de Marius Petipa et "Allegria" de Kader Atto

Expositions :

les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma at home avec :
le cinéma contemporain
"A woman at war " de Benedikt Erlingsson
"Lulu" de Uwe Janson 
"L'Apotre" de Cheyenne Carron
"La tendresse" de Marion Hänsel
"Crawl" de Herve Lasgouttes
"Nesma" de Homeïda Behi
le cinéma culte des années 1920 :
"Le cuirassé Potemkine" de Sergueï Eisenstein
"Nosferatu le vampire" de Friedrich Wilhelm Murnau
"Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene
"Les Deux Orphelines" de D.W. Griffith
et l'entre deux avec les années 1970 :
"Mado"de Claude Sautet
"La Traque" de Serge Leroy
"La femme du dimanche" de Luigi Comencini
et retour au 2ème millénaire avec de l'action :
"Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie" de Jan De Bont
"Blade Trinty" de David S. Goyer
avant de conclure en romance avec : "Un havre de paix  de Lasse Hallström

Lecture avec :

"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 12 juillet 2020 : Un air d'été
- 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances
- La Mare Aux Grenouilles #05
- 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=