Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Moustache
Théâtre du Splendid  (Paris)  mai 2019

Comédie de Sacha Judaszko et Fabrice Donnio, mise en scène de Jean-Luc Moreau, avec Daniel-Jean Colloredo, Fabrice Donnio Joy Esther, Arnaud Gidoin et Sacha Judaszko.

"La Moustache" ou comment, du rasage d'un barbu interrompu par une malencontreuse coupure d'électricité résulte une pilosité à la forme de sinistre mémoire qui modifie le regard de ses proches.

Car pour les auteurs de cette comédie jubilatoire résolument comique, et néanmoins à "double effet Kiss Kool", si l'habit ne fait pas le moine, en l'occurrence, la bacchante fait l'homme.

A l'écriture, Sacha Judaszko et Fabrice Donnio s'en donnent à coeur joie pour soumettre les zygomatiques du spectateur à une séance intense d'aérobic en usant, à l'envi et sans souci de modération, de tous les ressorts comiques, trivial et trash inclus, des codes du théâtre de boulevard et d'un roboratif humour au second degré parfois noir sur le mode desprogien.

Et, comme ils ne se refusent rien, même l'invraisemblance, ils établissent sans doute un nouveau record à l'heure du nombre de quiproquos qui émaillent leur partition mise au service d'un propos humaniste, la lutte contre la xénophobie, le racisme et l'antisémitisme, et qui constitue une épreuve réussie pour le principal protagoniste.

Alors, certes, ils ne font pas dans la dentelle mais comme l'indique dans sa note d'intention Jean-Luc Moreau, qui assure une mise en scène vibrionnante dont il a le secret, "tant pis pour les culs bénis de la pensée ouatée" et, au jeu, bien évidemment survolté, sévit une fine équipe qui, elle-même, résiste difficilement au fou rire tant sont "hénaurmes" les situations et surréalistes les dialogues.

Arnaud Gidoin, acteur "crossover" aguerri, campe parfaitement le moustachu ahuri, homme discret et réservé de la catégorie des transparents, qui se trouve ainsi emporté, notamment face à son futur - et tonitruant - beau-père portant kippa interprété par Daniel-Jean Colloredo, épatant dans une ébouriffante déclinaison defunesienne, dans une spirale caricaturale de l'infamie.

De plus, celle-ci est aggravée par les bévues volontaires et perverses d'un invasif concierge cumulant toutes les tares de la beaufitude, rôle dans lequel excelle Sacha Judaszko au terme d'un grandiose numéro d'acteur.

Compères et complices, ils forment un excellent avatar du trio vaudevillesque bien entouré par Joy Esther, en fiancée qui n'est pas cantonnée au rôle de jolie potiche, et Fabrice Donnio en ami écornifleur rompu aux mauvaises blagues.

Divertissement assuré sur un sujet fort.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 18 août 2019 : Au rythme des vacances
- 11 août 2019 : Sur la Route du Rock
- 4 août 2019 : De festival en festivals
- 28 juillet 2019 : La canicule recule
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=