Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Foxygen
Seeing Other People  (Jagjaguwar)  avril 2019

"For me Seeing Other People just means goodbye : goodbye to the drugs, to the partying. Goodbye to my twenties now, Goodbye to my Saint Laurent-model-body. Goodbye to the touring circus - that’s right, no more shows or tours for a while. Goodbye, hopefully, to the anxiety attacks. Goodbye to beating myself up because I didn’t fit into those leather pants anymore. Fuck it. Goodbye to the facilities. And goodbye the leeches in my life. I know a lot of gritty stories about a lot of players in this business but you’ll have to read between the lines."

Foxygen est un groupe qui interroge autant sur son statut que sur notre époque. C’est toujours la même histoire, humaine après tout, de gens pas vraiment prêts à connaître un certain succès, ne se sentant pas forcément aimés pour les bonnes raisons, et sûrement pas faits pour. Pour Foxygen les drogues, les excès divers ont été un échappatoire, "Well I have got this work, but I’d rather powder my nose instead".

Ce Seeing Other People marque la fin d’un chapitre. Sûrement le dernier pour Jagjaguwar, peut-être même le dernier simplement pour le groupe. Un point-virgule, hypothétiquement un point final. "We're seeing other people, and that's fine" a une connotation particulière et évoque forcément les albums solo de Sam France ou Jonathan Rado et les collaborations en tant que producteur ou musicien (Weyes Blood, Father John Misty, Houndmouth, Cut Worms, Trevor Sensor, Alex Cameron...) de ce dernier.

Probablement montre-t-il deux musiciens, comme un Jekyll et un Hyde, soit la collaboration entre un musicien de studio et un musicien de scène. Justement Foxygen a refusé pour promouvoir ce disque de faire des concerts, parce que le groupe ne peut tourner comme il le souhaite, avec les moyens de ses ambitions, et pour se préserver. Mais Work ne montrait-il pas les tensions entre les deux musiciens : "I'm doing all the work, if you've got something to say then say it (…) If I'm such a fucking jerk, then why don't you write it all down ?" et que penser du "I think that we should just be friends" dans "The Conclusion" ?

En tout cas, ce Seeing Other People est une nouvelle fois une volte-face esthétique. Comme si le groupe incompris, Foxygen est et restera toujours pour France et Rado un jeu, un laboratoire d’idées musicales, une sorte de barnum esthétique et conceptuel, et toute la subtilité est là, avait besoin de continuellement régler ses comptes avec sa propre musique. Le groupe depuis And Star Power, semble vouloir échapper à son propre destin, en refusant du coup d’être lui-même, ouvrant en se renouvelant et fermant en même temps un nouveau chapitre de son histoire, envoyant tout balader avec (une fausse) désinvolture, s’amusant à flirter avec la parodie, mais avec la capacité d’écrire des chansons. Le tout avec beaucoup d’humour et de second degré. Fini la pop psychédélique ou les extravagances passées au prisme de Broadway, Seeing Other People sonne comme un mélange de 70’s et de 80’s. On pensera parfois à Rick Astley, Deniece Williams, Springsteen ou Lou Reed.

C’est aussi un disque où l’on trouve un certain groove, le groupe citant There's a Riot Goin' On de Sly & The Family Stone. Le rythme étant presque au centre de l’écriture. Ce n’est donc pas un hasard si l’on retrouve sur Seeing Other People deux batteurs aux phrasés et aux touchés différents : Jim Keltner (George Harrison, Ringo Starr, John Lennon, Pink Floyd, Neil Young, Steely Dan...) et son style associant généralement des motifs d'une simplicité trompeuse à une sensation décontractée et relâchée avec une rare précision et Kane Ritchotte (Portugal The Man) que l’on retrouve sur les titres plus enlevés.

Si l’ensemble aurait certainement gagné à être plus ténu dans l’écriture et plus aventureux dans la mise en son, Foxygen parvient à prendre souvent le contre-pied de tous les pièges qui étaient tendus.

"Tout mouvement nous découvre" écrit Montaigne. Avec Foxygen, nous sommes face à un groupe iconoclaste qui semble avoir choisi l’art d’esquiver et de ne suivre que ses propres désirs esthétiques (musique californienne des années 1960, la pop anglaise, Broadway, la soul…) pour survivre et qui en jouant des faux-semblants et de ce à pourquoi il a toujours fait de la musique semble écrire sa propre histoire, seul contre tous, presque comme un défi.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album We are the 21th Century Ambassadors of Peace & Magic de Foxygen
La chronique de l'album Hang de Foxygen
Foxygen en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #27 (édition 2015) - Samedi 4
Foxygen en concert au Festival La Route du Rock #27 (édition 2017)

En savoir plus :
Le site officiel de Foxygen
Le Bandcamp de Foxygen
Le Soundcloud de Foxygen
Le Facebook de Foxygen


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2019-05-19 :
Artemis Quartet - Chostakovitch
Marianne Piketty & Le Concert Idéal - Le fil d'Ariane
Quatuor Béla - Trois Frères de l'Orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thème et Variations de Krása
Quintette Aquilon - Saisons
Equipe de foot - Marilou
Jean-Pierre Kalfon - Les Rendez-Vous d'Ailleurs

• Edition du 2019-05-12 :
Eiffel - Interview
Chrystelle Alour - Traversée
Fred Pallem & Le Sacre du Tympan - L'odyssée Remix
Bayerische Kammerphilharmonie & Alessandro de Marchi - Leopold Mozart : Missa Solemnis
Paris Brass Quintet - Les cuivres sur le toit
L'Étrangleuse - Dans le lieu du non-où
Hellfest Open Air Festival #14 (édition 2019) - Power Trip - Dropkick Murphys - Manowar - Fu Manchu - Clutch - Gojira - Mass Hysteria - Ultra Vomit - Dagoba - No One Is Innocent - Lofofora - Blackrain - Klone - Will Haven - The Fever 333 - Kiss - Bloodbath - Cult of Luna - The Sisters of Mercy - YOB -
Fontaines D.C. - Dogrel
Elias Dris - Beatnik or not to be
Solal Roubine - Hublot EP
Nära - Home is everywhere EP
 

• Archives :
Des fourmis dans les mains - Un grand feu
The Eternal Youth - Me and You Against the World
Anita Farmine - Seasons
Springwater - Some Drives EP
Frédéric Zeitoun - Duos en Solitaire
Florent Vollant - Mishta Meshken
Teleferik - Blood Orange Sirup
Dimoné & Kursed - Mon Amorce
Robert Forster - Inferno
Jens Lekman & Annika Norlin - Correspondence
Matthew Edwards & the Unfortunates - The Birmingham Poets
Jay-Jay Johanson - Kings Cross
Brune - FGO - Barbara
Grieg : Piano, Orchestral & Vocal Works, Chamber Music - Divers artistes
Cyclotron #3 - Ultima Triplex - Simon Manoha - We Are Ocean’s Gay Flowers - Vitaphone - Trikorder 23 - The Beatnik Stellar Blues - Immaterial Possession - Julien Doigny - Oui Mais Non - Michel Bertier - chevo légé - navel - Supersoft [14-18] - 4t(REC)k - Xela Zaid - Feu Robertson - Lena
Feu Robertson - A Heartbeat Away From The Northeast
Quatuor Opus 333 - Suspiros de España
Dukes of Paris - Dance EP
Blick Bassy - 1958
Dirty Old Band - Dirty Old Band ose Bashung
Chine Laroche - Outsider
Harold Martinez - The Grim Reaper
Jay-Jay Johanson - Interview
Laurent Montagne - Interview
Yules - A Thousand Voices
Accident - Dernier Voyage EP
Sola - Dziedot Dzimu, Dziedot Augu
Orouni - Partitions
In Volt - Free
Monsieur et tout un orchestre - Homme Demain
- les derniers albums (5627)
- les derniers articles (124)
- les derniers concerts (2286)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1064)
- les derniers livres (7)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=