Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce A jeter sans ouvrir
Viv Albertine  (Editions Buchet-Chastel)  avril 2019

Viv Albertine est une musicienne et parolière britannique, figure du mouvement punk auquel elle participa avec son groupe The Slits. Dans les années 80, elle mena également une carrière de productrice et de réalisatrice. Après vingt-cinq ans de silence, elle remonte sur scène avec un album solo en 2012. Elle vit aujourd’hui à Londres où elle se consacre à la musique et à l’ecriture. Elle a publié son premier récit, De fringues, de musique et de mecs en 2017 chez Buchet-Chastel et sort son second ouvrage, toujours chez le même éditeur, A jeter sans ouvrir.

Pour son précédent ouvrage, qui vient de sortir en poche chez 10/18, l’auteur a reçu de la presse des retours plutôt élogieux. Nul doute que pour son nouveau livre, les commentaires devraient être de la même veine tant l’auteur continue de nous charmer par son style enlevé.

Après De fringues, de musique et de mecs, Viv Albertine poursuit donc la dissection sauvage de ce qui l’a construite en s’attaquant au monstre sacré que représente la famille. Viv Albertine rentre dans les années 2000, elle est désormais assagie et ses années punk sont maintenant loin derrière elle. Il est temps pour elle de se consacrer à sa fille, à sa carrière et, presque à regret, à des mecs qui en valent rarement la peine.

Lorsque son père meurt, Viv doit aller récupérer les biens qui lui reviennent. Elle découvre alors un curieux journal de bord où il a consigné, avant qu’il ne se sépare de sa femme, le quotidien de la famille. Quelques années plus tard, à la mort de sa mère, elle découvre un mystérieux paquet "A jeter sans ouvrir" : c’est le journal miroir de sa mère, couvrant la même période.

A partir de ce récit de la vie familiale à deux voix, férocement opposées, Viv entreprend un douloureux mais nécessaire périple vers le passé, rouvrant par la même des blessures profondes qui résonnent en puisant écho avec sa vie d’aujourd’hui.

Travailler sur son passé, nous offrir un texte où elle nous parle de sa famille et de sa mère est un moyen pour l’auteur d’aller chercher les racines de ses colères. La féministe qu’elle est s’avère au final être la continuité de son aîné, de sa mère qui bien avant elle l’était, accompagnée d’un profond esprit d’indépendance.

Cette défense de la cause féminine, elle souhaite la transmettre à sa fille et l’ouvrage qu’elle nous propose s’adresse aussi à elle. Ce devoir féministe elle le pousse même à son comble, n’hésitant pas à nous parler de ses poils, de ses diarrhées et aussi de ses envies de péter au lit (sources d’insomnie chez elle), même quand elle est avec un homme.

On retrouve le style enlevé de l’auteur, son honnêteté intellectuelle et ses passages crus jamais vulgaires qui nous rappellent que Viv est avant tout une punk. Elle n’élude rien, ne triche pas et fait preuve d’une grande franchise. Le fait de découvrir ces documents écrits par ses parents lui ont permis de les comprendre, de comprendre leurs attitudes à son égard pour au final lui permettre de les excuser. Sa mère a connu des moments difficiles car elle a connu des violences de la part de son mari. Avec son ouvrage, l'auteur s'adresse aussi à sa fille, à ce qu'elle est aujourd'hui pour elle, ce qu'elle sera demain aussi.

A travers l'histoire qu'elle nous raconte dans A jeter sans ouvrir, Viv Albertine nous dresse un portrait sans concession mais juste de la société occidentale des années 60 à nos jours et un formidable plaidoyer pour les femmes.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Viv Albertine
Le Facebook de Viv Albertine


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2019-07-14 :
L'enfer du commissaire Ricciardi - Maurizio De Giovanni
La villa de verre - Cynthia Swanson
Les apprentis de l'Elysée - Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
Hitler et la mer - François-Emmanuel Brézet
Le fossé - Herman Koch

• Edition du 2019-07-07 :
Le dernier thriller norvégien - Luc Chomarat
Et tout sera silence - Michel Moatti
Je te donne - Baptiste Beaulieu, Agnès Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
Entrer dans l'arène en même temps que l'orage - Danny Denton
Néron - Catherine Salles
 

• Archives :
Tangerine - Chrsitine Mangan
Seul avec la nuit - Christian Blanchard
Juste avant de mourir - S.K. Tremayne
L'homme de Constantinople - J.R. Dos Santos
Il était une fois mon meurtre - Emily Koch
Malamorte - Antoine Albertini
L'évasion du siècle - Brendan Kemmet
La lame - Frédéric Mars
Avis de décès - Zhou Haohui
La solitude Caravage - Yannick Haenel
Le karaté est un état d'esprit - Harry Crews
Etre soldat de Hitler - Benoît Rondeau
Les deux vies de Sofia - Ronaldo Wrobel
Le rêve de la baleine - Ben Hobson
La Nation armée - André Kaspi
Au péril de la mer - Dominique Fortier
Alice - Heidi Perks
Présumé coupable - Vincent Crase
Vue pour la dernière fois - Nina Laurin
Une histoire de la Nouvelle-France : Français et Amérindiens au XVIe siècle - Laurier Turgeon
J'ai cru qu'ils enlevaient toute trace de toi - Yoan Smadja
La vie dont nous rêvions - Michelle Sacks
Le Chant de l'assassin - R.J. Ellory
Le Maître des Limbes - Olivier Bal
Par-delà nos corps - Bérengère Cournut
Le chef du contre-espionnage nazi parle - Walter Schellenberg
London Nocturne - Cathi Unsworth
Cataractes - Sonja Delzongle
Ponti - Sharlene Teo
3 Heures, Un seul peut survivre - Roslund
- les derniers articles (10)
- les derniers expos (31)
- les derniers films (2)
- les derniers interviews (25)
- les derniers livres (1750)
- les derniers spectacles (1)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=