Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Allemagne romantique - Dessins des musées de Weimar
Petit Palais  (Paris)  Du Du 22 mai 2019 au 15 septembre 2019

Dans le cadre de ses expositions dédiées à l'art graphique et en collaboration avec de la Klassik Stiftung Weimar, fondation allemande gérant les collections d'art de Weimar, le Petit Palais présente "L'Allemagne romantique 1780-1850" un panorama inédit de l’Age d’or du dessin allemand de la période romantique.

Conçue sous le commissariat de Hermann Mildenberger, conservateur au Klassik Stiftung Weimar, Gaëlle Rio, directrice du Musée de la Vie romantique et Christophe Leribault, directeur du Petit Palais, la monstration se développe selon un parcours chrono-esthétique du classicisme au romantisme tardif.

Et elle bénéficie d'une éclatante scénographie élaborée par le Studio Tovar constituée d'une suite de salons en ligne de fuite, avec des cimaises aux couleurs chaudes et des portes françaises dont le linteau reproduit un dessin significatif, pour évoquer les intérieurs auxquels étaient destinés nombre de ces feuilles choisies par Goethe pour la collection du Grand-Duc de Saxe-Weimar-Eisenach.

L'Allemagne romantique au fil de la plume et du crayon

De la mythologisation à la transcendance, le mouvement romantique entraîne une rupture avec le néo-classicisme exaltant le goût de l'antique importé d'Italie au profit des thèmes médiévaux, et plus particulièrement les légendes nordiques.

Ainsi qu'un bouleversement esthétique dans ses genres de prédilection, le paysage et les scènes de genre, avec notamment une approche différente de la nature, de la philosophie de la nature à l'idéalisation du passé, des paysages très épurés de l'Ecole de Munich à l'art missionnaire des Nazaréens.

Et ce avec les codes d'une puissante dramaturgie narrative et notamment la reconstruction idéalisée, voire théâtralisée, d'un paysage d’inspiration arcadienne ou ossanienne pour induire une intense dramaturgie narrative .

De plus, la monstration consacre un focus à l'oeuvre graphique de trois peintres figures majeures du romantisme allemand avec, bien évidemment en premier lieu, Caspar David Friedrich considéré comme "le maître du paysage" dont les compositions mélancoliques dans une veine mystique subliment la nature propice à la méditation existentielle.

Ensuite à Johann Heinrich Füssli surnommé "le Suisse sauvage" metteur en scène du cauchemar et précurseur du romantisme noir avec son maniérisme et son répertoire iconographique constitué de héros athlétiques et de femmes voluptueuses.

Enfin à Philipp Otto Runge, avec sa série de dessins allégoriques "Les célèbres Heures du jour", qui investit chacun de éléments d'apparence purement décorative d'une signification symbolique et spirituelle en corrélation avec la condition humaine.

Ce qui entre résonance avec le focus sur les Nazaréens qui puisaient tant aux sources bibliques qu'aux légendes attachées aux migrations des peuples germaniques pour lequel le renouveau de l'art allemand fondé sur le sentiment national devait être soutenu par l'idéal spirituel chrétien dans l'héritage conjoint d'Albrecht Dürer et de Raphaël.

L'exposition est accompagnée, outre d'un cycle de conférences, de lectures-concerts et de concerts en auditorium, d'une programmation musicale enrichie avec des concerts en dispensés dans les salles du musée par les artistes de l'association La Nouvelle Athènes - Centre des pianos romantiques dédiée à la relecture du répertoire romantique sur les pianos d’époque et tous en entrée libre dans la limite des places disponibles.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Petit Palais

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Petit Palais


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 juin 2019 : Un festival de festivals

On vous parle bientôt du Hellfest, on vous parle déjà du Magnifique Society, on va partir au festival de Beauregard... bref, c'est l'été, la saison des festivals et on va vous tenir compagnie tout l'été, histoire de vous rafraichir les idées pendant que votre corps suera à grandes eaux sous le soleil caniculaire. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Une clairère" de Jérôme Minière
"Cheval fou" de Marie Claire Buzy
"Le pas de côté" de Matthieu Malon
"Trust in the Lifeforce of the Deep Mystery" de The Comet Is Coming
"Years to burn" de Calexio & Iron and Wine
"Tutto va vene" de Alex Rossi
"The coffin train" de Diamond Head
"Black Haze" de Lloyd
Compte rendu du Magnifique Society à Reims :
- Vendredi avec Delgrès, Franz Ferdinand, The Fat White Family...
- Samedi avec Pond, Bagarre, Sebastian etc.

et toujours :
"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Why ?" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Evaporés" au Théâtre de la Tempête
"Elle voit des nains partout !" au Café de la Gare
"Nous deux et personne d'autre" au Lavoir Moderne Parisien
"Roger, Roger et Roger" au Café de la Gare
"Olympicorama - Epreuve n°2 : Le disque" à la Grande Halle de La Villette
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Natan, le fantôme de la rue Francoeur" de Francis Gendron
Oldies but Goodies avec "L'Age d'or" de Luis Bunuel
et la chronique des films à l'affiche en juin

Lecture avec :

"Avis de décès" de Zhou Haohui
"L'évasion du siècle" de Brendan Kemmet
"La lame" de Frédéric Mars
"La solitude Caravage" de Yannick Haenel
"Malamorte" de Antoine Albertini
et toujours :
"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=