Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce J'ai cru qu'ils enlevaient toute trace de toi
Yoan Smadja  (Editions Belfond)  avril 2019

"J’ai cru qu’ils m’étouffaient. J’ai cru qu’ils effaçaient ce que nous avions vécu. J’ai cru qu’ils étaient des dizaines ou des milliers. J’ai cru qu’ils enlevaient toute trace de toi. J’ai cru qu’ils enlevaient toute trace de moi. Peut-être que le Rwanda et moi ne faisions plus qu’un. Ils nous ont violés au même instant."

Paris 2017. Sacha Alona, ancienne reporter de guerre, reçoit un carnet de lettres gravé d’une fleur. Lui reviennent en mémoire l’odeur de lys et de la vanille et les évènements survenus vingt ans plus tôt.

1994. Afrique. Sacha est envoyée par sa rédaction pour couvrir les premières élections libres en Afrique du Sud. Mais, très vite, une série d’incidents détourne son attention vers le Rwanda voisin, où la tension monte. C’est dans ce pays à feu et à sang qu’elle rencontre Daniel, pris dans une course éperdue pour retrouver les siens, sa femme, et son petit garçon, Joseph, disparus au début du conflit, lorsque les terribles chasses à l’homme ont commencé.

Ces trois êtres auront-ils la moindre chance d’être réunis, dans un pays où le génocide a atteint des sommets de l’horreur ? Pour la première fois de sa vie, devant l’horreur indicible qui se joue sous ses yeux, Sacha va poser son carnet et cesser d’écrire.

J’ai cru qu’ils enlevaient toute trace de toi est le premier roman de Yoan Smadja qui, avant d’écrire, a travaillé dans la collecte de fonds en faveur d’ONG et pour des sociétés du secteur agroalimentaire. Avec ce premier ouvrage, au travers d’un jeune couple et de son enfant, il retrace vingt-cinq ans après de façon bouleversante le génocide rwandais.

Disons-le tout de suite, cet ouvrage de Yoan Smadja est juste superbe, un véritable coup de cœur et une lecture que je ne vais pas oublier. L’ouvrage est construit autour de deux personnages féminins sublimes. L’histoire de Rose et de son mari est juste superbe. Rose est une jeune femme muette mariée à un médecin Tutsi. Elle lui écrit régulièrement des lettres car il est souvent parti en mission. Sacha, elle, est reporter et assiste aux massacres qui vont se dérouler au Rwanda.

Le livre alterne les lettres de Rose envoyées à son mari et le récit consacré à Sacha plongeant le lecteur dans la détresse et de Rose et le chaos auquel est confronté Sacha. Sur le plan historique, il déroule les différents rouages de la mise en place du génocide, que je connais bien pour avoir lu de nombreux ouvrages d’histoires dessus mais aussi de nombreux romans sur le sujet.

Ici, la grande qualité de l’ouvrage vient du fait que l’auteur, en romançant cette tragédie, a pris soin d’y apporter de la tendresse et de l’amour qui rendent le livre particulièrement émouvant lors de sa lecture. Les lettres de Rose à son mari y sont pour beaucoup car elles sont particulièrement belles, empreintes de nostalgie, de romantisme et d’amour.

Alors voilà, ce premier roman de Yoan Smadja témoigne de la révélation d’un véritable écrivain capable de relier magnifiquement le roman à l’histoire, aussi cruelle soit-elle pour proposer au lecteur un ouvrage d’une grande sincérité qui ne laissera pas le lecteur indemne.

 

En savoir plus :
Le Facebook de Yoan Smadja


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres
- 6 octobre 2019 : Coup de froid
- 29 septembre 2019 : Une édition sans chichis
- 22 septembre 2019 : Fin d'été
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=