Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Homme encadré sur fond blanc
Théâtre Tristan Bernard  (Paris)  juin 2019

Seul en scène humoristique conçu par Pierric Tenthorey, Gaëtan Bloom, Jérôme Giller et Roelof Overmeer et interprété par Pierric Tenthorey.

Un grand garçon sec, en costume noir, chapeau noir, chaussures et chaussettes noires, avec une chemise blanche hébergeant une cravate noire, est dans une pièce contenant un cube blanc, des murs blancs et deux portes blanches.

Inévitablement, il cherche à ouvrir les portes situées aux deux côtés de la scène. Pour cela, un mystérieux rayon de lumière souligne soudain l'une des portes. L'homme se rend à ce qui ressemble à une invitation : déception, il ne parvient pas à ouvrir la porte et la poignée lui reste dans les mains... La lumière change de porte et l'homme se précipite de l'autre côté pour le même résultat...

Voilà le cadre dans lequel va évoluer désespérément Pierric. Au bout de chaque séquence, le noir se fait et quand la lumière revient, il est de dos dans la position d'un "porte manteau" qui ne laisserait apparaître que ses vêtements accrochés.

A chaque fois, la situation évolue un peu. Des objets apparaissent (canne, balles) ou disparaissent... et le cauchemar, pour le personnage, et le rire, pour le spectateur, continuent, avec une tendance à s'amplifier, comme le saugrenu de cette séquestration sans fin...

Face à ces éléments peu coopératifs, Pierric fait preuve de beaucoup d'abnégation : il ne se résigne jamais. Tour à tour magicien, jongleur, contorsionniste, mime, il reprend à les fignolant tous les numéros de ces grands prédécesseurs. On pense évidemment au Mime Marceau, à Jacques Tati, à Buster Keaton voire à Jerry Lewis. Pierric y ajoute de la danse et se prend un instant pour Fred Astaire sur la musique d'"Heaven".

Peu de redites et beaucoup d'astuces nouvelles comme cette manière inédite de jongler pendant laquelle des balles disparaissent. Très expressif, Pierric est aussi d'une dextérité folle. Il a reçu le Grand Prix 2015 au championnat du monde de magie, et ses tours sont distillés harmonieusement dans le spectacle sans qu'ils perturbent sa quête de la porte ouverte.

Suisse, également auteur de romans et réalisateur de courts-métrages, Pierrick Tenthoray est également influencé par le surréalisme belge. On s'en doute avec le titre magrittien de ce spectacle - "Homme encadré sur fond blanc" - conçu avec Gaëtan Bloom, Jérôme Giller et Roelof Overmeer mais aussi par certains gags passablement absurdes.

Ainsi, quand il parvient au bout de quelques séquences et d'un rituel compliqué qu'il doit constamment recommencer, à ouvrir le carré et qu'il a l'idée d'y jeter une balle... celle-ci tombe aussitôt du... plafond !

Avec Pierric, le haut et le bas, les couleurs et le noir et blanc, le côté gauche et le côté droit forment un méli-mélo qui défie les lois de la pesanteur et celle de la physique terrestre.

Pendant plus d'une heure, on est en compagnie d'un clown triste d'être dans un mauvais rêve et l'on a presque envie de se contenir, d'éviter de rire aux éclats devant les malheurs qui le touchent. Ce qui rassure vite c'est qu'ils n'ont pas l'air d'atteindre son moral et qu'il est encore et toujours sur la brèche pour trouver la solution.

On prédit à ce spectacle poétique et cruel, audacieux et d'une grande élégance visuelle, un grand succès qui sera mille fois mérité.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous
- 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres
- 6 octobre 2019 : Coup de froid
- 29 septembre 2019 : Une édition sans chichis
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=