Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hellfest Open Air Festival #14 (édition 2019)
No One is Innocent - Ultra Vomit - Dagoba - Gojira - Kiss - Cult of Luna - Slayer - Fu Manchu - Clutch - Sabaton - Creepshow - Batmobile - Skald - Nasty - Kverlertak - Pestilence - Bloodbath - Cannibal Corpse - Emperor - Sisters of Mercy - La Bal des Enra  (Clisson, Loire-Atlantique)  21 au 23 juin 2019

Retour sur la 14ème édition du Hellfest qui s’est tenue du 21 au 23 juin dernier à Clisson (44). 180.000 festivaliers étaient donc réunis dans ce petit village sous un soleil de plomb pour participer au meilleur festival de musique français (et oui !).

Chaque année, les organisateurs font de nouveaux investissements pour le plaisir des festivaliers. On saluera cette année la présence d’un écran immense situé entre les deux main-stages donnant à certain concert un effet panoramique.

Le festivalier est respecté par le Hellfest et ça se sent et c’est ce qui participe à la force de cet événement (qualité et richesse de la programmation inventivité des décors, effort sur la nourriture, bienveillance des bénévoles, etc.).

Côté musique, répartis sur six scènes différentes, les 150 groupes programmés ont fait honneur aux musiques extrêmes (death metal, punk, heavy, metalcore, black, etc.). Il est bien évidemment impossible de faire un live-report de chaque concert alors voici un compte-rendu en quelques mots clés :

Frenchie

Le vendredi, la main stage 2 était réservée à la scène metal française. Ce défi a été relevé avec brio. No One is Innocent a fait preuve de puissance et d’une très belle énergie. On a même vu Niko de Tagada Jones monter sur scène pour participer à la fête. Ultra Vomit a présenté son savoureux mélange de metal et d’humour potache. Une nouvelle fois, le groupe a livré une prestation drôle et loufoque notamment en conviant sur scène un "sosie" de Calogero. En plus, les musiciens d’Ultra Vomit sont de bons musiciens, ce qui est très appréciable.

On n’est pas fana de Dagoba (les champions français du wall of death) mais il faut reconnaître que leur concert était solide. Puis c’est Gojira qui a bouclé cette journée française. La groupe a clairement franchi une étape supplémentaire en présentant un set parfait (trop ?) de niveau internationale balayant toute leur discographie. C’est clairement la tête d’affiche des prochaines éditions.

Les adieux

Kiss a sorti une dernière fois (à vérifier quand même, les adieux peuvent parfois durer) talons hauts et maquillages pour un show efficace composé d’un enchaînement de tubes. Fumigènes, longue langue courbée de Gene Simmons, solo de guitare, du grand spectacle mais un poil trop long. On est donc allé jeter un coup d’œil sur Cult of Luna qui livrait en même temps un show hyper solide.

Le dimanche, c’était à Slayer de tirer sa révérence dans un show qui était peut-être le meilleur du festival : d’une puissance absolue dans un décor apocalyptique. On a même senti une pointe d’émotion lorsque Tom Araya saluera une dernière fois le public sous un feu d’artifices.

Stoner

On apprécie ce style encore bien représenté sur la Valley. On était donc excité de voir Fu Manchu qui a quand même sorti un des disques majeurs de l’année dernière. Un poil déçu, l’attente était peut-être trop grande. En revanche, malgré une chaleur étouffante, Clutch a livré une énorme prestation sur la main stage. Aucun temps mort. Une vraie claque. On en redemandait encore. Un concert majeur de cette édition.

Sabaton

On les cite avant tout pour les remercier car on n’est pas des grands amateurs de leur heavy à l’image guerrière. Les suédois ont toutefois remplacé Manowar qui, bien que présent sur le site, a annulé sa prestation au dernier moment. Ben Barbaud, organisateur du festival, a expliqué lors de sa conférence de presse que Sabaton qui avait joué la veille pour le Knotfest était encore présent sur le site car fan de Manowar. Malgré la voix éteinte de son chanteur, Sabaton a proposé de remplacer au pied levé Manowar. Ce groupe a clairement gagné un capital de sympathie énorme dans la communauté des metalleux.

Diversité

Le hellfest a conscience que beaucoup de ses têtes d’affiche sont vieillissantes alors un effort est donné pour se renouveler, quitte même à explorer d’autres styles musicaux. C’est le cas de Creepshow, des canadiens qui sur la warzone ont pratiqué un mélange de punk et psychobilly. Dans un style typiquement psychobilly, on saluera la prestation fort sympathique de Batmobile.

Découverte

Les français de Skald, ce n’est pas du metal proprement dit mais de la musique basée à sur des instruments traditionnels nordiques. La scène Temple était bondée pour ce très bon set.

Le hardcore était vraiment sous représentée cette année si bien qu’on citera les belges adepte du breakdown de Nasty.

On ne connaissait pas vraiment Kverlertak et on est sorti enchanté de leur concert bien pêchu mélangeant du métal voir death avec du rock’n’roll.

Violence

Les bataves de Pestilence qui pratiquent du death metal technique ont livré un set très efficace. Bloodbath a été parfait pour les fans de metal extrême. On a même fait un tour pour voir les rois du grindcore, Cannibal Corpse juste après avoir écouté les norvégiens Emperor. Les tympans ont pris un sacré taquet.

Déception

Sisters of Mercy qui a voulu donné un son plus dur à ses compositions. Une prestation ratée qu’on a quitté bien avant la fin pour rejoindre La Bal des Enragés et chanter une nouvelle fois "If the kids are united" qu’on avait déjà hurlé avec les Sham 69 dans l’après-midi.

La déception n’est pas du tout la même mais on peut quand même signaler celle des Dropkick Murphys. Leur musique nécessite une proximité avec le public et la main stage ne le permettait pas. Trop de monde, l’ambiance punk rock celtique paraissait trop lointaine (et cela malgré une superbe reprise de "I fought the law".

Come back

Les Descendents ont été longtemps absents et la warzone était un peu clairsemée (bien moins de monde que pour Sum 41 qui étonnamment ont bénéficié d’une warzone bondée). C’est dommage car le groupe a su alterner du hardcore avec des titres plus punk rock. Et puis les patrons du punk rock américain, c’est quand même eux.

Dans un autre registre, un mot sur le grand retour de Tool bien évidemment. Ils ont clôturé cette édition. L’enchaînement entre l’incroyable set de Slayer et le leur s’est avéré un peu difficile. La prestation de ces derniers s’avérera quand même sublime à la hauteur de l’attente.

La 15ème édition se déroulera les vendredi 19, samedi 20 et dimanche 21 juin 2020. L’expérience du Knotfest ne devrait pas être renouvelée selon Ben Barbaud. Froggy’s Delight compte bien être encore présent à cet événement qui reste unique.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Gazoline de No One Is Innocent
La chronique de l'album Drugstore de No One Is Innocent
No One is Innocent en concert au Festival Microcosm 5
No One is Innocent en concert au Festival Les Rockeurs ont du coeur 2004
No One is Innocent en concert au Festival La Clef des Chants 2005 (samedi)
No One is Innocent en concert au Festival Class'Eurock 2007
No One is Innocent en concert au Splendid (vendredi 1er avril 2011)
No One is Innocent en concert au Festival Les Nuits Peplum d'Alesia #11 (édition 2011) - samedi
No One is Innocent en concert à Hellfest Open Air Festival #14 (édition 2019)
L'interview de No one is innocent (16 avril 2007)
L'interview de Ultra Vomit (novembre 2019)
Dagoba en concert à L'Aéronef (jeudi 14 avril 2011)
Gojira en concert au Festival Garorock 2006 (samedi)
Gojira en concert au Festival Class'Rock 2006
Gojira en concert au Festival Europavox 2015 - Dimanche 24 mai
Gojira en concert à Download Festival
Gojira en concert au Festival des Eurockéennes 2017 - Vendredi 7 juillet
La chronique de l'album Red Talk de Seagull screaming, kiss her kiss her
La chronique de l'album Kiss each other clean de Iron & Wine
La chronique de l'album Kiss de Marie France & Les Fantômes
La chronique de l'album Kiss Me, You Fool ! de Julien Gasc
Kiss en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Vendredi)
Cult of Luna dans la rubrique Ni Vus Ni Connus
Cult of Luna en concert au Festival Les Eurockéennes 2006 (dimanche)
La chronique de l'album Dragon Slayer de Pigeon John
Slayer en concert à Sonisphere Festival - France 2013 - 3ème édition
Slayer en concert à Mass Hysteria - Arch Enemy - Slayer - Limp Bizkit (du 5 au 15 août 2016)
Slayer en concert à Mass Hysteria - Arch Enemy - Slayer - Limp Bizkit (mercredi 10 août 2016)
Articles : Playlist des 30 sons Froggy's Delight - Idles - Shame - The Last Detail - Gruff Rhys - Soft Moon - Father John Misty
Clutch en concert au Festival Rock en Seine 2016 - Vendredi 26 août
La chronique de l'album 'Allelujah ! Don't bend ! Ascend ! de Godspeed You! Black Emperor
La chronique de l'album The Pale Emperor de Marilyn Manson
Emperor en concert à Cabaret Sauvage (11 mai 2003)
Emperor en concert à Cabaret Sauvage (13 mai 2003)
Emperor en concert au Grand Mix (10 mai 2003)
Emperor en concert à La Condition Publique (samedi 3 novembre 2012)
Emperor en concert à La Condition Publique (samedi 3 novembre 2012) - 2ème
Emperor en concert au Festival La Route du Rock #23 (vendredi 16 août 2013)
Emperor en concert à L'Aéronef (jeudi 16 avril 2015 )
Emperor en concert à Condition Publique (dimanche 22 octobre 2017)
Sisters of Mercy en concert au Zénith (14 avril 2006)
La chronique de l'album Going Out In Style de Dropkick Murphys
Dropkick Murphys en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #24 (2012) - samedi
Dropkick Murphys en concert au Fil (lundi 3 juillet 2017)
Dropkick Murphys en concert au Festival des Eurockéennes 2017 - Samedi 8 juillet
Sum 41 en concert au Festival Rock en Seine 2016 - Dimanche 28 août
Sum 41 en concert au Festival Le Cabaret Vert #12 (édition 2016) - samedi 27 et dimanche 28 août

En savoir plus :
Le site officiel de Hellfest Open Air Festival
Le Facebook de Hellfest Open Air Festival

Crédits photos : David Dreux


David Drx         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 23 juin 2019 : Un festival de festivals

On vous parle bientôt du Hellfest, on vous parle déjà du Magnifique Society, on va partir au festival de Beauregard... bref, c'est l'été, la saison des festivals et on va vous tenir compagnie tout l'été, histoire de vous rafraichir les idées pendant que votre corps suera à grandes eaux sous le soleil caniculaire. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Une clairère" de Jérôme Minière
"Cheval fou" de Marie Claire Buzy
"Le pas de côté" de Matthieu Malon
"Trust in the Lifeforce of the Deep Mystery" de The Comet Is Coming
"Years to burn" de Calexio & Iron and Wine
"Tutto va vene" de Alex Rossi
"The coffin train" de Diamond Head
"Black Haze" de Lloyd
Compte rendu du Magnifique Society à Reims :
- Vendredi avec Delgrès, Franz Ferdinand, The Fat White Family...
- Samedi avec Pond, Bagarre, Sebastian etc.

et toujours :
"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Why ?" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Evaporés" au Théâtre de la Tempête
"Elle voit des nains partout !" au Café de la Gare
"Nous deux et personne d'autre" au Lavoir Moderne Parisien
"Roger, Roger et Roger" au Café de la Gare
"Olympicorama - Epreuve n°2 : Le disque" à la Grande Halle de La Villette
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Natan, le fantôme de la rue Francoeur" de Francis Gendron
Oldies but Goodies avec "L'Age d'or" de Luis Bunuel
et la chronique des films à l'affiche en juin

Lecture avec :

"Avis de décès" de Zhou Haohui
"L'évasion du siècle" de Brendan Kemmet
"La lame" de Frédéric Mars
"La solitude Caravage" de Yannick Haenel
"Malamorte" de Antoine Albertini
et toujours :
"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 1er décembre 2019 : On prépare les cadeaux
- 24 novembre 2019 : Black Friday culturel
- 17 novembre 2019 : 4 ans déjà
- 10 novembre 2019 : Non à la morosité
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=