Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Entrer dans l'arène en même temps que l'orage
Danny Denton  (Editions Buchet-Chastel)  mai 2019

C’est de nouveau un ouvrage indéniablement très original que nous proposent les éditions Buchet-Chastel qui ont pris l’habitude de nous surprendre avec des premiers romans assez déroutants. Les voilà donc qui nous publie un premier roman d’un certain Danny Denton, dont on ne sait pas grand-chose si ce n’est qu’il est originaire de Cork en Irlande et qu’il a collaboré à plusieurs revues et journaux avant de se lancer dans l’écriture d’un premier roman.

Ce premier roman, il lui a donné un titre aussi déroutant que son contenu, Entrer dans l’arène en même temps que l’orage. Alors bien sûr, dire d’un ouvrage que sa lecture s’avère être assez déroutante ne signifie pas qu’il ne possède pas de qualités et qu’il n’est pas intéressant. Au contraire, le lecteur, pour moi, doit savoir sortir de temps en temps de sa zone de confort, pour aller chercher ce genre d’ouvrage qui vont lui procurer aussi des plaisirs de lecture. Le problème reste que parfois, celui-ci peut sortir du livre, ne pas aller au bout et là le terme déroutant prend son mauvais sens.

Rassurez-vous, ce ne fut pas mon cas. Je suis allé au bout du livre, malgré un début de lecture un peu complexe et je ne suis pas déçu par cette lecture qui rencontrera un public spécifique car il me semble qu’on reste quand même éloigné de la lecture grand public avec ce type d’ouvrage. Le fait que l’auteur soit irlandais, qu’il se passe en Irlande a aussi beaucoup joué car j’avais lu ces derniers temps deux ouvrages irlandais somptueux, Les fureurs invisibles du cœur et Toute une vie et un soir.

Campé dans une Irlande battue par les pluies, Entrer dans l’arène en même temps que l’orage est une dystopie aux accents de conte philosophique. On y suit le destin du "môme en jaune", parti en guerre contre le pouvoir despotique du Roi vif et de ses vassaux, qui tiennent la ville par la violence et la force.

Alors que l’Irlande est battue par la pluie incessante depuis des dizaines d’années, la société toute entière est plongée dans le chaos, résultat d’un tortueux mélange entre les vestiges d’une ère de technologies ultra-avancées et des modes de survie primitifs.

Une ville sous les eaux, survolée par des drones, est en proie aux gangs. A la tête du plus puissant d’entre eux, le Roi Vif. Avec sa clique, il tient la population sous surveillance et réprime d’une main de fer le moindre écart. Mais "le môme en jaune", un moins que rien, et la fille du Roi sont amoureux. Elle tombe enceinte et meurt en couches : les rouages d’une épopée tragique sont alors en place. De ce jour, "le môme en jaune" se promet de récupérer son enfant, le "babba", que le Roi séquestre jalousement.

C’est donc une Irlande du futur que nous propose l’auteur, une Irlande où il pleut tout le temps, tellement que Dublin se retrouve inondée de même que les champs et les routes. On suit plusieurs personnages dans cet environnement, notamment le Roi et le môme jaune.

L’originalité du roman repose sur sa construction particulière autour de personnages secondaires qui nous construit un tragique futur. A cela s’ajoute une écriture incroyable qui témoigne d’un immense talent de la part de l’auteur qui fait qu’on devrait entendre parler de lui de nouveau. Ce patchwork de voix et de registres qui compose le roman donne le sentiment de lire une légende colportée tout en attestant de l’immense talent de conteur de Danny Denton. S’ouvre alors au lecteur un imaginaire d’une richesse et d’une intensité étonnantes.

Si vous avez l’envie et la curiosité de vous aventurer dans une œuvre littéraire qui ne ressemble à aucune autre, je vous invite vivement à vous procurer ce petit bijou qu’est le dernier ouvrage de Danny Denton. Je ne vous assure pas que vous succomberez à ce livre (je sais qu’il peut vous tomber des mains) mais si vous rentrez vraiment dedans (il faut aimer les dystopies), vous sortirez de cette lecture en vous disant que vous avez lu un petit chef-d’œuvre.

 
 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2019-10-13 :
L'horizon qui nous manque - Pascal Dessaint
La véritable histoire des douze Césars - Virginie Girod
La petite conformiste - Ingrid Seyman
Guerilla, le temps des barbares - Laurent Obertone
Pyongyang 1071 - Jacky Schwartzmann
L'héritage Davenall - Robert Goddard
Les roses de la nuit - Arnaldur Indridason

• Edition du 2019-10-06 :
Les furtifs - Alain Damasio
De pierre et d'os - Bérengère Cournut
Le Mystère Sammy Went - Christian White
Vers une nouvelle guerre scolaire - Philippe Champy
L'Accident de l'A35 - Graeme Macrae Burnet
Archives des enfants perdus - Valeria Luiselli
Lost man - Jane Harper
 

• Archives :
Un livre de martyrs américains - Joyce Carol Oates
Que le diable l'emporte - Anonyme
La Terre invisible - Hubert Mingarelli
Les guerres intérieures - Valérie Tong Cuong
L'âge de la lumière - Whitney Scharer
Quelque chose dans la tête - Denis Kambouchner
Liquide inflammable - Robert Bryndza
Bête noire - Anthony Neil Smith
Gaeska - Eirikur Örn Norddahl
Barbarossa : 1941. La guerre absolue - Jean Lopez & Lasha Otkhmezuri
Dictionnaire égoïste de la littérature mondiale - Charles Dantzig
Les refuges - Jérôme Loubry
Un autre tambour - William Melvin Kelley
Les altruistes - Andrew Ridker
Week-end à New York - Benjamin Markovits
Les yeux fumés - Nathalie Sauvagnac
Ici seulement nous sommes uniques - Christine Avel
Un mariage américain - Tayari Jones
Le dernier grenadier du monde - Bakhtiar Ali
Les opérations extraordinaires de la Seconde Guerre mondiale - Claude Quétel
Autoportrait d'une vie heureuse - Ingo Schulze
Le siècle des dictateurs - Sous la direction d'Olivier Guez
Conversations entre amis - Sally Rooney
Les Réfugiés - Viet Thanh Nguyen
La rentrée Littéraire 2019 - Tour d'horizon de la rentrée
Dégels - Julia Phillips
De l'autre côté, la vie volée - Aroa Moreno Duran
Zébu Boy - Aurélie Champagne
Tous tes enfants dispersés - Beata Umubyeyi Mairesse
Ici tout est encore possible - Gianna Molinari
- les derniers articles (11)
- les derniers expos (31)
- les derniers films (2)
- les derniers interviews (25)
- les derniers livres (1821)
- les derniers spectacles (1)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=