Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Entrer dans l'arène en même temps que l'orage
Danny Denton  (Editions Buchet-Chastel)  mai 2019

C’est de nouveau un ouvrage indéniablement très original que nous proposent les éditions Buchet-Chastel qui ont pris l’habitude de nous surprendre avec des premiers romans assez déroutants. Les voilà donc qui nous publie un premier roman d’un certain Danny Denton, dont on ne sait pas grand-chose si ce n’est qu’il est originaire de Cork en Irlande et qu’il a collaboré à plusieurs revues et journaux avant de se lancer dans l’écriture d’un premier roman.

Ce premier roman, il lui a donné un titre aussi déroutant que son contenu, Entrer dans l’arène en même temps que l’orage. Alors bien sûr, dire d’un ouvrage que sa lecture s’avère être assez déroutante ne signifie pas qu’il ne possède pas de qualités et qu’il n’est pas intéressant. Au contraire, le lecteur, pour moi, doit savoir sortir de temps en temps de sa zone de confort, pour aller chercher ce genre d’ouvrage qui vont lui procurer aussi des plaisirs de lecture. Le problème reste que parfois, celui-ci peut sortir du livre, ne pas aller au bout et là le terme déroutant prend son mauvais sens.

Rassurez-vous, ce ne fut pas mon cas. Je suis allé au bout du livre, malgré un début de lecture un peu complexe et je ne suis pas déçu par cette lecture qui rencontrera un public spécifique car il me semble qu’on reste quand même éloigné de la lecture grand public avec ce type d’ouvrage. Le fait que l’auteur soit irlandais, qu’il se passe en Irlande a aussi beaucoup joué car j’avais lu ces derniers temps deux ouvrages irlandais somptueux, Les fureurs invisibles du cœur et Toute une vie et un soir.

Campé dans une Irlande battue par les pluies, Entrer dans l’arène en même temps que l’orage est une dystopie aux accents de conte philosophique. On y suit le destin du "môme en jaune", parti en guerre contre le pouvoir despotique du Roi vif et de ses vassaux, qui tiennent la ville par la violence et la force.

Alors que l’Irlande est battue par la pluie incessante depuis des dizaines d’années, la société toute entière est plongée dans le chaos, résultat d’un tortueux mélange entre les vestiges d’une ère de technologies ultra-avancées et des modes de survie primitifs.

Une ville sous les eaux, survolée par des drones, est en proie aux gangs. A la tête du plus puissant d’entre eux, le Roi Vif. Avec sa clique, il tient la population sous surveillance et réprime d’une main de fer le moindre écart. Mais "le môme en jaune", un moins que rien, et la fille du Roi sont amoureux. Elle tombe enceinte et meurt en couches : les rouages d’une épopée tragique sont alors en place. De ce jour, "le môme en jaune" se promet de récupérer son enfant, le "babba", que le Roi séquestre jalousement.

C’est donc une Irlande du futur que nous propose l’auteur, une Irlande où il pleut tout le temps, tellement que Dublin se retrouve inondée de même que les champs et les routes. On suit plusieurs personnages dans cet environnement, notamment le Roi et le môme jaune.

L’originalité du roman repose sur sa construction particulière autour de personnages secondaires qui nous construit un tragique futur. A cela s’ajoute une écriture incroyable qui témoigne d’un immense talent de la part de l’auteur qui fait qu’on devrait entendre parler de lui de nouveau. Ce patchwork de voix et de registres qui compose le roman donne le sentiment de lire une légende colportée tout en attestant de l’immense talent de conteur de Danny Denton. S’ouvre alors au lecteur un imaginaire d’une richesse et d’une intensité étonnantes.

Si vous avez l’envie et la curiosité de vous aventurer dans une œuvre littéraire qui ne ressemble à aucune autre, je vous invite vivement à vous procurer ce petit bijou qu’est le dernier ouvrage de Danny Denton. Je ne vous assure pas que vous succomberez à ce livre (je sais qu’il peut vous tomber des mains) mais si vous rentrez vraiment dedans (il faut aimer les dystopies), vous sortirez de cette lecture en vous disant que vous avez lu un petit chef-d’œuvre.

 
 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=