Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Azzedine Alaïa - Une autre pensée sur la mode : la Collection Tati
Galerie Azzedine Alaïa  (Paris)  Du 1er juillet 2019 au 5 janvier 2020

Sous le titre "Azzedine Alaïa : Une autre pensée sur la mode - La Collection Tati", l'Association Azzedine Alaïa propose une exposition consacrée à une collection inédite et atypique du maître de la coupe.

Celle du printemps-été 1991 qui ressort à l'exercice de style, par ailleurs inspirée par la série des "Tati Paintings" récemment réalisée par son ami le peintre néo-expressionniste américain Julian Schnabel qui, comme certains artistes post-pop art, recyclait la dynamique visuelle des images de la société marchande.

En effet, elle combine le détournement d'un logo commercial, la déclinaison couture du motif aux carreaux bicolores du tissu Vichy et l'ode à l'enseigne des magasins Tati pour "repenser" la mode.

Car en symétrique du triangle d'or de la Haute Couture et du Luxe, existe celui de la confection bon marché délimité par les quartiers de la Goutte d'Or, du Château d'eau et de Barbès avec en tête de pont lesdits magasins sis boulevard Rochechouart armés d'un slogan choc "Tati les plus bas prix " et d'une enseigne à l'identité visuelle blanc/rose empruntée au motif de l'ancestral du tissu Vichy.

Et il est allé plus loin que le trublion Jacques Esterel qui, en l'utilisant associé à la robe Corolle de Dior pour la robe de mariée "ingénue" de Brigitte Bardot devenue sex-symbol en 1959 avec le sulfureux film "Et Dieu créa la femme", relança involontairement ce tissu, alors apanage des petites filles sages et du trendy de leurs aînés du NAP, qui va être adopté par toute la jeunesse des sixties.

Car trois décennies plus tard, il oeuvre dans une inattendue collection "Vichy total look".

Alaïa/Tati : le Vichy, de la rue au podium

Supervisée par Olivier Saillard, historien de la mode qui fut notamment le directeur du Palais Galliera, musée de la mode de la Ville de Paris, où il assura, en 2014, le commissariat de la rétrospective monographique "Alaïa", la monstration présente, au regard de trois toiles de Julian Schnabel (dont "Matra Nudem" et "The Last Nurse") un florilège des modèles de cette collection.

Porté par les "Alaïa Girls", les top-models du temps telles Naomi Campbell, Christy Turlington et de Farida Khelfa, le défilé, dont est projetée la vidéo complétée, en surimpression animée, des dessins de l'illustrateur de mode Thierry Perez, fit sensation en période d'austère minimalisme nippon.

Résultant de variations de motif, du pied de-poule au pied-de-coq géant, et de couleur, du noir classique au framboise sexy en passant par le marine chic, les créations d'Azzedine Alaïa éclaboussent l'oeil de manière ludique en revisitant l'histoire de l'éternel féminin avec des créations destinées à des belles à la silhouette idéale.

Et il opère par hybridation de ses fondamentaux, dont la ligne près du corps avec le vêtement comme seconde peau, et du vestiaire de la pin-up des années 50, symbole de charme et d'érotisme, avec robe fuseau, combi-short, pantalon cigarette, jupe crayon, short, brassière et soutien-gorge à baleines.

De plus il créée une "petite ligne" dédiée commercialisée par l'enseigne s'inscrivant ainsi comme précurseur du "co-branding" et des "collections capsules" vendues en grande distribution.

Depuis, devenu "chic et cher", le Vichy monte régulièrement sur les podiums. Mais ceci est une autre histoire.

 
En savoir plus :

Le site officiel de l'Asssociation Azzedine Alaïa

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation de l'Association Azzedine Alaïa


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 1er décembre 2019 : On prépare les cadeaux

On n'a jamais été aussi proche de Noël !! une raison comme une autre pour se faire plaisir et faire plaisir aux autres en (s')offrant quelques belles choses à découvrir dans notre sélection culturelle de la semaine. Des disques, des livres, des jeux, des expos, des films, des spectacles... à découvrir ci-dessous.

Du côté de la musique :

"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer
et toujours:
"Ravel : Miroirs, la valse" et "Stravinsky : Petrushka, The firebird" de Beatrice Rana
"Les mauvais tempéraments" de Christophe Panzani
Rencontre avec Lau Ngama, autour d'une session acoustique de 3 titres
Listen In Bed consacre sa 5ème émission au fabuleux groupe Broadcast
Rencontre avec Ultra Vomit
"Pulsions" de Duo Ypsilon
"The deepest space of now" de Enik
"Malsamaj" de Geysir
"Poussière" de Grèn Sémé
"Love and chaos" de Igor and the Hippie Land
"Dark shade" de Match

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Des territoires (...et tout sera pardonné ?)" au Théâtre de la Bastille
"Trois femmes (L'Echappée)" au Théâtre Le Lucernaire
"Le paradoxe amoureux" au Théâtre Le Lucernaire
"Evita - Le destin fou d'Eva Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"War Horse" à la Seine Musicale
dans le cadre du Focus au Théâtre Ouvert :
"La plus précieuse des marchandises"
"Une Pierre"
des reprises :
"L"Atlas de l'Anthropocène" à la Maison des Métallos
"Vestiges - Fureur" au Lavoir Moderne Parisien
"Britney's Dream" au Théâtre La Flèche
"Roméo et Julierre" à la Scène parisienne
"Ma grammaire fait du vélo" au Théâtre Essaion
"Gauthier Fourcade - Le bonheur est à l'intérieur de l'extérieur" à la Manufacture des Abbesses
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais

Cinéma avec :

Oldies but Goodies avec "Institut Benjamenta" de Timothy et Stephen Quay
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro
et toujours :
"Cauchemar" de Paul Cleave
"La grande aventure de l'égyptologie" de Robert Solé
"La ligne de sang" de DOA & Stéphane Douay
"Matière noire" de Ivan Zinberg
"Que les ombres passent aux aveux" de Cédric Lalaury

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 1er décembre 2019 : On prépare les cadeaux
- 24 novembre 2019 : Black Friday culturel
- 17 novembre 2019 : 4 ans déjà
- 10 novembre 2019 : Non à la morosité
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=