Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Flegmatic
Interview  (Paris)  lundi 13 mai 2019

J'avais profité d'un passage dans le sud de la France pour rencontrer Thomas Boudineau, alias Le Flegmatic, dans son fief à Albi. C'était avant l'été, il faisait déjà beau et chaud. C'est à la terrasse d'un café que nous avons discuté de son nouveau disque, Ruines Nouvelles, une conversation parfois interrompue par les saluts de ses amis qui passaient dans cette rue commerçante située derrière les Halles.

Tout d'abord, tes paroles s'inspirent-elles de ton environnement familier ?

Le Flegmatic : Là, maintenant, l'endroit où l'on est ? Je ne sais pas, mais ça doit avoir une influence. J'ai le permis de conduire depuis peu de temps, ce qui me permet d'aller souvent dans les Cévennes. Cet album-là, je l'ai vraiment écrit en conduisant et en pensant à des chansons sur la route. L'environnement familier, ce serait la route, la route des Cévennes.

Peut-on parler de poésie du bitume, comme tu as fait de la poésie SNCF auparavant lorsque tu n'avais pas le permis ?

Le Flegmatic : Oui, c'est ça. Là, c'est plutôt une géopoésie de grands chemins à travers les plateaux du Larzac. C'est ça qui m'est devenu finalement familier, plus que mon environnement quotidien. Je pense beaucoup, même lorsque je n'y suis pas.

Considères-tu tes textes comme politiques ?

Le Flegmatic : Pas du tout. Même s'il est possible de les lire comme ça. Je pense qu'ils sont plus existentialistes.

Engagés alors ? Ou dégagés ?

Le Flegmatic : Dégagés, oui. À dégager même.

Tu te réfères souvent à Dylan. Or Dylan c'est en parler de sujet sociaux ou politiques aux États-Unis qu'il a mis en chansons. Personnellement, je lis dans tes textes quelque chose de l'ordre du social.

Le Flegmatic : Ah oui ? (Surpris) Dylan est ambivalent là-dessus. Il dit qu'il s'est juste assis à la terrasse des bistrots pour écouter ce dont les gens discutaient et pour sentir l'humeur du moment. J'ai composé cet album en partie pendant les élections présidentielles de 2017. Je sentais alors une tension dans l'air, qui existe encore voire a décuplé. J'ai essayé de capter cette atmosphère un peu électrique et d'en parler. Enfin, plutôt de parler de l'effet que ça avait sur moi. Je trouvais que le climat était tendu, j'ai essayé de le traduire à ma façon. Mais il n'y avait pas d'intention politique. C'est plutôt une expression de l'influence que la politique peut avoir sur quelqu'un. Personnellement, je pense qu'il faudrait dégager un peu.

Le qualificatif de "houellebecquien", qui est revenu plusieurs fois à ton sujet, te semble-t-il justifié ?

Le Flegmatic : C'est un grand adjectif. Je crois que Houellebecq parle beaucoup du manque de spiritualité, et du rapport la spiritualité qu'on aurait perdu dans l'ultralibéralisme. À ma façon, je me rapproche peut-être de cette quête spirituelle. Et du coup, mon personnage se situe un peu à l'écart. Tout à l'heure, je relisais le début de "L'Étranger" d'Albert Camus. Je me suis fait la réflexion que la première phrase, "Aujourd'hui maman est morte", était houellebecquienne. Camus, c'est peut-être le début de Houellebecq. Par contre, il y a chez Houellebecq une très grande désespérance. Je n'ai pas envie d'aller dans cette direction.

Moi, je vois des parallèles, dans les thèmes ou dans les images que ça m'évoque, entre certaines de tes chansons et certains de ses romans. Par exemple entre "L'espace d'un instant" et "Extension du domaine de la lutte", ou entre "L'autre rive" et "La possibilité d'une île".

Le Flegmatic : Pour en revenir à Camus, et donc à Houellebecq, je pense qu'il décrit ce sentiment que les autres vivent le bonheur de manière plus intense que ce qu'on a l'impression de vivre soi-même. On passe à côté du bonheur en regardant le bonheur des autres. Quelque part, c'est de l'envie. "Sur l'autre rive", ce n'est pas vrai aujourd'hui parce que nous sommes lundi et que toutes les terrasses, hormis celle-ci, sont fermées, ça peut commencer à une terrasse de bistro. Tu t'installes à une terrasse dans une ville que tu ne connais pas, et tu te rends compte qu'à la terrasse du bistrot d'à côté les gens ont l'air de beaucoup plus s'amuser. Les bars ferment dans 20 minutes et tu vas rentrer seul à l'hôtel.

Le projet a été financé de manière participative via We Are Unique. Pourtant, avec les deux albums précédents, tu es rentré en playlist sur FIP. Ça ne t'a pas permis de prendre des contacts avec des labels, et ça n'a pas facilité la sortie de cet album ?

Le Flegmatic : Pas du tout. Aucun contact. Je me suis rendu compte qu'il y avait deux mondes qui évoluaient totalement à part. D'un côté le monde de la presse et des radios et de l'autre le monde du live et du disque coexistent sans vraiment avoir de connexion. Malgré de très bons articles après la sortie de Bouleversement Majeur, je n'ai reçu aucun coup de fil ni aucun email de maison de disques ou de tourneur. Donc c'est à toi, ou à quelqu'un avec qui tu pourrais travailler, de transformer l'essai.

D'après toi, le fait d'habiter loin de Paris limite-t-il les possibilités de promotion ?

Le Flegmatic : Oui, certainement. Mais pour moi c'est un choix. De toute façon, je n'aurais pas les moyens de vivre à Paris. À Paris, l'électricité est plus vivante. Ici, l'électricité est statique. Tu n'es pas au cœur du sujet. Par contre, tu es au cœur de ton sujet, tu as beaucoup de temps pour écrire tes chansons. C'est un temps de concentration. Tu n'es pas beaucoup dérangé.

Néanmoins, ici, te sens-tu isolé, ou travailles-tu avec d'autres artistes locaux ?

Le Flegmatic : Depuis le précédent album, "Bouleversement Majeur", j'ai rencontré un guitariste génial qui s'appelle Romain Nègre. Pour Ruines Nouvelles, on a beaucoup travaillé ensemble. On a passé de nombreuses soirées à jouer ensemble, à essayer de trouver le son de cet album. On a travaillé les arrangements ensemble. J'ai écrit les chansons en sachant que j'allais les jouer avec lui. Ça a été une vraie rencontre. On était en autarcie. On s'est mis sur notre petite île, et on a construit une chanson comme ça. Mais quand j'écris, je me sens totalement disponible au reste du monde. Je me pose aux terrasses des bistrots et j'attends de voir ce qui se passe.

Dans ces cas-là, es-tu aussi ouvert à d'autres arts ?

Le Flegmatic : Pas autant que j'aimerais. Je reste ouvert au cinéma et à la littérature, mais j'aimerais aller voir plus de spectacles de danse, d'opéra ou de concerts de musique classique. Par contre, complètement à la littérature, et aux livres que je suis en train de lire. Je pille des auteurs, je pille sans vergogne des phrases de livres. Mais la littérature, c'est un rapport entre toi et toi-même. Tu restes en circuit fermé.

Récemment, j'ai fait un stage avec un groupe de chanson traditionnelle des Pyrénées. Et là, tu es à la croisée de l'art populaire, la tradition orale, le fait que tout le monde puisse chanter les chansons que tout le monde connaît. Je sens que j'ai envie de m'ouvrir vers ça.

Le live est-il un bon moyen pour appréhender ton univers ? Du public de quelle scène te sens-tu le plus proche ?

Le Flegmatic : Mes chansons précédentes, j'ai aimé les jouer dans des salles de style cabaret. Il y avait quelque chose d'un peu humoristique et j'arrivais à choper le public avec ça. Du coup, il se passe quelque chose dans la salle, j'adaptais alors mon set en fonction des réactions du public. Les chansons que j'écris aujourd'hui sont un peu différentes. C'est un peu un tunnel. J'ai besoin quand même de sentir la salle. En live, les gens sont suspendus à ce que tu chantes. C'est beaucoup de responsabilités finalement.

Mais j'aime aussi l'idée que mes chansons vont s'insérer dans un flux radiophonique. Lorsque j'ai appris que certaines des chansons de mon album précédent avaient été sélectionnées par FIP, j'adorais l'idée que des gens allaient pouvoir les écouter au milieu des chansons d'autres artistes. Que mes chansons allaient s'insérer dans un flux, comme on s'insère dans la circulation. J'aime l'idée que les gens puissent s'en souvenir, ou ne pas s'en souvenir.

Retrouvez Le Flegmatic
en Froggy's Session
pour 4 titres en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Esprit de conquête, La Mostla-Tape de Le Flegmatic
La chronique de l'album Bouleversement majeur de Le Flegmatic
La chronique de l'album Ruines Nouvelles de Le Flegmatic
L'interview de Le Flegmatic (samedi 14 mars 2015)

En savoir plus :
Le site officiel de Le Flegmatic
Le Bandcamp de Le Flegmatic
Le Soundcloud de Le Flegmatic
Le Facebook de Le Flegmatic

Crédits photos : Arnaud Kehon (retrouvez toute la série sur Taste Of Indie)


        
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 10 novembre 2019 : Non à la morosité

Faites une pause avec l'actualité, faites une pause avec les réseaux sociaux et profitez plutôt de notre sélection culturelle hebdomadaire avec des tas de belles raisons de se réjouir un peu. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy
et toujours :
"A l'oblique" de Phôs (Catherine Watine & Intratextures)
"So cold streams" de Frustration
"Liszt : O Lieb !" de Cyrille Dubois & Tristan Raes
"Au revoir chagrin" de Da Silva
"Ca" de Pulcinella
"Roseaux II" de Roseaux
"Symphonic tales" de Samy Thiébault
"Ca s'arrête jamais" de The Hyènes
"Ils se mélangent" de Djen Ka
Rencontre avec Joséphine Blanc accompagnée d'une session 3 titres acoustiques
"Funkhauser" de My Favorite Horses
Oiseaux Tempête et Jessica Moss au Grand Mix de Tourcoing

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Une des dernières soirées de Carnaval" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Mille et Une Nuits" au Théâtre national de l'Odéon
"21 Rue des Sources" au Théâtre du Rond-Point
"La dernière bande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Mademoiselle Julie" au Théâtre de la Tempête
"Que Crèvent tous les protagonistes" au Théâtre 13/Seine
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génié" au Studio Hébertot
"L'Effort d'être spectateur" au Théâtre du Rond-Point
"Le Nouveau Cirque du Vietnam - Teh Dar" à l'Espace Chapiteaux de La Villette
"Olympicorama - Epreuve n°4 : le 100 mètres" à la Grande Halle de La Villette
"La Diva divague" au Théâtre de Dix Heures
des reprises :
"Les Membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Change me" au Théâtre Paris Villette
"Corneille Molière - L'Arrangement" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Qui croire" à la Comédie de Béthune
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec:

"Greco" au Grand Palais

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Noura rêve" de Hinde Boujemaa
"Countdown" de Justin Dec
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson
et toujours :
"A comme Eiffel" de Xavier Coste & Martin Trystam
"Demain est une autre nuit" de Yann Queffélec
"L'extase du selfie et autres gestes qui nous disent" de Philippe Delerm
"La frontière" de Don Winslow
"Les quatre coins du coeur" de Françoise Sagan
"Miracle" de Solène Bakowski
"N'habite plus à l'adresse indiquée" de Nicolas Delesalle
"Une vie violente" de Pier Paolo Pasolini

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 10 novembre 2019 : Non à la morosité
- 3 novembre 2019 : Ivan, Boris et elle
- 27 octobre 2019 : La révolution en marche
- 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=