Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Flegmatic
Interview  (Paris)  lundi 13 mai 2019

J'avais profité d'un passage dans le sud de la France pour rencontrer Thomas Boudineau, alias Le Flegmatic, dans son fief à Albi. C'était avant l'été, il faisait déjà beau et chaud. C'est à la terrasse d'un café que nous avons discuté de son nouveau disque, Ruines Nouvelles, une conversation parfois interrompue par les saluts de ses amis qui passaient dans cette rue commerçante située derrière les Halles.

Tout d'abord, tes paroles s'inspirent-elles de ton environnement familier ?

Le Flegmatic : Là, maintenant, l'endroit où l'on est ? Je ne sais pas, mais ça doit avoir une influence. J'ai le permis de conduire depuis peu de temps, ce qui me permet d'aller souvent dans les Cévennes. Cet album-là, je l'ai vraiment écrit en conduisant et en pensant à des chansons sur la route. L'environnement familier, ce serait la route, la route des Cévennes.

Peut-on parler de poésie du bitume, comme tu as fait de la poésie SNCF auparavant lorsque tu n'avais pas le permis ?

Le Flegmatic : Oui, c'est ça. Là, c'est plutôt une géopoésie de grands chemins à travers les plateaux du Larzac. C'est ça qui m'est devenu finalement familier, plus que mon environnement quotidien. Je pense beaucoup, même lorsque je n'y suis pas.

Considères-tu tes textes comme politiques ?

Le Flegmatic : Pas du tout. Même s'il est possible de les lire comme ça. Je pense qu'ils sont plus existentialistes.

Engagés alors ? Ou dégagés ?

Le Flegmatic : Dégagés, oui. À dégager même.

Tu te réfères souvent à Dylan. Or Dylan c'est en parler de sujet sociaux ou politiques aux États-Unis qu'il a mis en chansons. Personnellement, je lis dans tes textes quelque chose de l'ordre du social.

Le Flegmatic : Ah oui ? (Surpris) Dylan est ambivalent là-dessus. Il dit qu'il s'est juste assis à la terrasse des bistrots pour écouter ce dont les gens discutaient et pour sentir l'humeur du moment. J'ai composé cet album en partie pendant les élections présidentielles de 2017. Je sentais alors une tension dans l'air, qui existe encore voire a décuplé. J'ai essayé de capter cette atmosphère un peu électrique et d'en parler. Enfin, plutôt de parler de l'effet que ça avait sur moi. Je trouvais que le climat était tendu, j'ai essayé de le traduire à ma façon. Mais il n'y avait pas d'intention politique. C'est plutôt une expression de l'influence que la politique peut avoir sur quelqu'un. Personnellement, je pense qu'il faudrait dégager un peu.

Le qualificatif de "houellebecquien", qui est revenu plusieurs fois à ton sujet, te semble-t-il justifié ?

Le Flegmatic : C'est un grand adjectif. Je crois que Houellebecq parle beaucoup du manque de spiritualité, et du rapport la spiritualité qu'on aurait perdu dans l'ultralibéralisme. À ma façon, je me rapproche peut-être de cette quête spirituelle. Et du coup, mon personnage se situe un peu à l'écart. Tout à l'heure, je relisais le début de "L'Étranger" d'Albert Camus. Je me suis fait la réflexion que la première phrase, "Aujourd'hui maman est morte", était houellebecquienne. Camus, c'est peut-être le début de Houellebecq. Par contre, il y a chez Houellebecq une très grande désespérance. Je n'ai pas envie d'aller dans cette direction.

Moi, je vois des parallèles, dans les thèmes ou dans les images que ça m'évoque, entre certaines de tes chansons et certains de ses romans. Par exemple entre "L'espace d'un instant" et "Extension du domaine de la lutte", ou entre "L'autre rive" et "La possibilité d'une île".

Le Flegmatic : Pour en revenir à Camus, et donc à Houellebecq, je pense qu'il décrit ce sentiment que les autres vivent le bonheur de manière plus intense que ce qu'on a l'impression de vivre soi-même. On passe à côté du bonheur en regardant le bonheur des autres. Quelque part, c'est de l'envie. "Sur l'autre rive", ce n'est pas vrai aujourd'hui parce que nous sommes lundi et que toutes les terrasses, hormis celle-ci, sont fermées, ça peut commencer à une terrasse de bistro. Tu t'installes à une terrasse dans une ville que tu ne connais pas, et tu te rends compte qu'à la terrasse du bistrot d'à côté les gens ont l'air de beaucoup plus s'amuser. Les bars ferment dans 20 minutes et tu vas rentrer seul à l'hôtel.

Le projet a été financé de manière participative via We Are Unique. Pourtant, avec les deux albums précédents, tu es rentré en playlist sur FIP. Ça ne t'a pas permis de prendre des contacts avec des labels, et ça n'a pas facilité la sortie de cet album ?

Le Flegmatic : Pas du tout. Aucun contact. Je me suis rendu compte qu'il y avait deux mondes qui évoluaient totalement à part. D'un côté le monde de la presse et des radios et de l'autre le monde du live et du disque coexistent sans vraiment avoir de connexion. Malgré de très bons articles après la sortie de Bouleversement Majeur, je n'ai reçu aucun coup de fil ni aucun email de maison de disques ou de tourneur. Donc c'est à toi, ou à quelqu'un avec qui tu pourrais travailler, de transformer l'essai.

D'après toi, le fait d'habiter loin de Paris limite-t-il les possibilités de promotion ?

Le Flegmatic : Oui, certainement. Mais pour moi c'est un choix. De toute façon, je n'aurais pas les moyens de vivre à Paris. À Paris, l'électricité est plus vivante. Ici, l'électricité est statique. Tu n'es pas au cœur du sujet. Par contre, tu es au cœur de ton sujet, tu as beaucoup de temps pour écrire tes chansons. C'est un temps de concentration. Tu n'es pas beaucoup dérangé.

Néanmoins, ici, te sens-tu isolé, ou travailles-tu avec d'autres artistes locaux ?

Le Flegmatic : Depuis le précédent album, "Bouleversement Majeur", j'ai rencontré un guitariste génial qui s'appelle Romain Nègre. Pour Ruines Nouvelles, on a beaucoup travaillé ensemble. On a passé de nombreuses soirées à jouer ensemble, à essayer de trouver le son de cet album. On a travaillé les arrangements ensemble. J'ai écrit les chansons en sachant que j'allais les jouer avec lui. Ça a été une vraie rencontre. On était en autarcie. On s'est mis sur notre petite île, et on a construit une chanson comme ça. Mais quand j'écris, je me sens totalement disponible au reste du monde. Je me pose aux terrasses des bistrots et j'attends de voir ce qui se passe.

Dans ces cas-là, es-tu aussi ouvert à d'autres arts ?

Le Flegmatic : Pas autant que j'aimerais. Je reste ouvert au cinéma et à la littérature, mais j'aimerais aller voir plus de spectacles de danse, d'opéra ou de concerts de musique classique. Par contre, complètement à la littérature, et aux livres que je suis en train de lire. Je pille des auteurs, je pille sans vergogne des phrases de livres. Mais la littérature, c'est un rapport entre toi et toi-même. Tu restes en circuit fermé.

Récemment, j'ai fait un stage avec un groupe de chanson traditionnelle des Pyrénées. Et là, tu es à la croisée de l'art populaire, la tradition orale, le fait que tout le monde puisse chanter les chansons que tout le monde connaît. Je sens que j'ai envie de m'ouvrir vers ça.

Le live est-il un bon moyen pour appréhender ton univers ? Du public de quelle scène te sens-tu le plus proche ?

Le Flegmatic : Mes chansons précédentes, j'ai aimé les jouer dans des salles de style cabaret. Il y avait quelque chose d'un peu humoristique et j'arrivais à choper le public avec ça. Du coup, il se passe quelque chose dans la salle, j'adaptais alors mon set en fonction des réactions du public. Les chansons que j'écris aujourd'hui sont un peu différentes. C'est un peu un tunnel. J'ai besoin quand même de sentir la salle. En live, les gens sont suspendus à ce que tu chantes. C'est beaucoup de responsabilités finalement.

Mais j'aime aussi l'idée que mes chansons vont s'insérer dans un flux radiophonique. Lorsque j'ai appris que certaines des chansons de mon album précédent avaient été sélectionnées par FIP, j'adorais l'idée que des gens allaient pouvoir les écouter au milieu des chansons d'autres artistes. Que mes chansons allaient s'insérer dans un flux, comme on s'insère dans la circulation. J'aime l'idée que les gens puissent s'en souvenir, ou ne pas s'en souvenir.

Retrouvez Le Flegmatic
en Froggy's Session
pour 4 titres en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Esprit de conquête, La Mostla-Tape de Le Flegmatic
La chronique de l'album Bouleversement majeur de Le Flegmatic
La chronique de l'album Ruines Nouvelles de Le Flegmatic
L'interview de Le Flegmatic (samedi 14 mars 2015)

En savoir plus :
Le site officiel de Le Flegmatic
Le Bandcamp de Le Flegmatic
Le Soundcloud de Le Flegmatic
Le Facebook de Le Flegmatic

Crédits photos : Arnaud Kehon (retrouvez toute la série sur Taste Of Indie)


        
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2019-10-13 :
Orouni - Interview
Listen in Bed - The Sopranos (Mix #2)
Listen in Bed - Vinyles (émission 2)
Vanille - Amazona
Parlor Snakes - Disaster Serenades
Olivier Rocabois - Ship Of Women / Somewhere In A Nightmare EP
Marie Sigal - Les géraniums EP
Festival Levitation France #7 (édition 2019) - The Warlocks - Black Midi - Frustration - Iceage - Fat White Family - Vanishing Twin - France - L'Epée - Frankie and the Witch Fingers
Pierre Daven-Keller - Kino Music
Michel Dalberto - Beethoven, 5 Sonates pour piano
Sarah Amsellem - Miracles
Vincent David - Pulse
La Féline - Vie Future
Samba de la Muerte - A Life with Large Opening

• Edition du 2019-10-06 :
Xavier - Sprayed Love
Fabien Martin - aMour(s)
Alexandra Luiceanu - Matriochka : Romantic Fantaisies & Transcriptions from Russia
Maud Geffray - Still Life : a tribute to Philip Glass
Alex Beaupain - Pas plus le jour que la nuit
Lucienne Renaudin Vary - Mademoiselle in New York
The Great Old Ones - Interview
Hugues Mayot - L'Arbre rouge
Liam Gallagher - Why me ? Why not.
Baden Baden - La Nuit Devant
Rabih Abou-Khalil - The Flood and The Fate of The Fish
Listen in Bed - Drive (Mix #1)
Listen in Bed - Les disques dans notre vide poche (émission #1)
 

• Archives :
Johanna Saint-Pierre - The NYC Summer Sessions EP
Holy Fuck - Luxe featuring Alexis Taylor
Alarm Will Sound - The hunger
Bruno Rigutto - Chopin : Nocturnes
Sylvain Rifflet - Troubadours
Ensemble Aedes & Mathieu Romano - Brel & Barbara A cappella
Initiative H - Initiative H X Moondog Pax for a Sax Remix
Boucan - Déborder
Caravan Palace - Chronologic
Nantucket Nurse - The Uncompleted Works Volumes 1, 2 &3
Mister Moonlight - The Basement Tapes
Debout sur le Zinc - Vian par Debout sur le Zinc
Studio Electrophonique - Buxton Palace Hotel
Quatuor Béla & Moriba Koïta - Impressions d'Afrique
Mike Patton & Jean-Claude Vannier - Corpse Flower
Samir Barris - Fin d'été
Gérald Genty - Là-Haut
Joseph Fisher - Interview
Florian Noack - Prokofiev : Visions Fugitives
Hildebrandt - ïLeL
Dpt Store - Tokyo dreams
Kronos Quartet - Terry Riley : Sun Rings
One Rusty Band - Voodoo Queen
Marie-Nicole Lemieux - Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières
Black Midi - Schlagenheim
Moddi - Like In 1968
L'épée - Diabolique
Violet Arnold - Moon
Festival Check-In Party #1 (édition 2019) - jeudi 22 août - Prince Miiaou - Julia Jacklin - Clara Luciani - Patti Smith - Jeanne Added
Festival Check-In Party #1 (édition 2019) - Vendredi 23 août - Namdose - Puts Marie - Yak - Slaves - Lysistrata - Gogol Bordello - The Psychotic Monks - Foals
- les derniers albums (5764)
- les derniers articles (128)
- les derniers concerts (2314)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1077)
- les derniers livres (7)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=