Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Check-In Party #1 (édition 2019) - Samedi 24 août
Bodega - Altin Gün - Deerhunter - Oh Sees - La Colonie de vacances - Balthazar - The Blaze  (Aérodrome Guéret-Saint Laurent)  22 au 24 août 2019

Jour 3 : Le baptême de la poussière

Un peu moins motivée, ce dimanche, sans doute en raison de la fatigue, de l'oppressante poussière et de la chaleur plombante qui s'abat sur l'aérodrome de Guéret, on peine à trouver un intérêt scénique dans le set des new-yorkais de Bodega, pourtant adulés par une certaine critique musicale. C'est bien dommage dans la mesure où, sur le papier, la philosophie du groupe atteste de valeurs fortes, engagées et originales. Leur post-punk teintée d’électro se laisse écouter, mais les mimiques et déhanchements surjoués de Nikki Belfiglio agacent vite. Définitivement pas le jour...

Altin Gün est un mélange audacieux entre musique folk et sonorités turques. Il va sans dire que la touche orientale de cette programmation fait mouche, laissant tranquillement le festivalier rêver à d'autres horizons, les yeux fermés face au soleil déjà couchant. Un set planant et plaisant, à la musique ingénieuse et atypique. Belle découverte.

Autre groupe, autres mœurs : Deerhunter, c'est avant tout un style, une posture et une réputation. Bradley Cox crève l'écran, littéralement et dans tous les sens, tour à tour détaché, investi, rêveur, ironique, selon les morceaux égrenés. L'état d'esprit de ce set est tellement à la cool, que Bradley Cox discutera, de scène à scène, avec le sondier de Oh Sees en train de faire quelques essais certes un peu bruyants, qu'il y aura un faux départ sur un titre ("Got damn it !"), et qu'on retrouvera Bradley Cox tranquillement assis dans le pit avec nous, les photographes, pour écouter le concert suivant, celui de Oh Sees, justement. Une belle démonstration de ce que la musique peut avoir de brillant sans être étouffée par l'esprit de sérieux.

Pour être honnête, ma journée commencera vraiment, musicalement et scéniquement, avec les Oh Sees. Parce que John Dwyer est une bête de scène, certes, mais aussi parce que les batteries gémellaires, en "front stage", c'est exceptionnel et ça envoie loin, très loin. Dan Rincon et Paul Quattrone sont hyper calés et ça rend tellement bien qu'on ne sait plus où donner de la tête et du pied.

Le concept de La Colonie de vacances est orgasmique en soi. Quatre groupes, et non des moindres (Papier Tigre, Electric Electric, Pneu et Marvin), en regard ; le public au milieu qui assiste à ces questions-réponses musicales et lumineuses avec ébahissement. Impossible de faire des photos tant la configuration de ce sound system quadriphonique empêche d'immortaliser quoi que ce soit. Il faut dire que les festivaliers sont agglutinés autour des groupes, tournent comme des papillons hallucinés, parfois pour la deuxième fois de suite – puisque la Colonie de vacances a joué également la veille. L'expérience est unique – paradoxalement à chaque fois.

On manquera sans doute d'originalité en disant qu'on a adhéré sans hésitation au set de Balthazar. Un concert dévoré de bout en bout, sublimé par les cinq voix des Belges qui en chœur et en refrain sont à pleurer de cohésion et d'émotions. Mes félicitations sincères vont au "lighteux" tant les lumières sont prodigieuses et magnifient le concert. Tout est tubes, jusqu'au bouquet final, "Fever", tout droit issu du dernier album éponyme. Exceptionnel.

Mon clap de fin fera face aux talentueux The Blaze, seul groupe électro que je me suis accordée du week-end. Si la règle veut que l'électro soit peu intéressante à photographier, The Blaze figure alors l'exception tant Guillaume et Jonathan Alric travaille autant la musique que l'image. Une boîte gigantesque, de la transparence, une allumette flamboyante et le tour est joué pour intriguer dès les premières minutes. Le son fait le reste et l'on tombe, sans résistance, dans une sorte de douce hypnose qui referme élégamment ce premier Check-In Party. 

On pensait assister à un hésitant premier baptême de l'air, le Check-In Party a sans ciller passé le mur du son. Jetons, pour finir, des mercis ici ou là, à Patrice, Nadine, Lorraine et Lucien, qui ont été des interlocuteurs parfaits sur ces trois jours. Reste à savoir désormais si le bilan comptable sera favorable à un deuxième embarquement...

 

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Check-In Party
Le Facebook du Festival Check-In Party

Crédits photos : Sophie Hébert (toutes les séries sur son site)


Sophie Hébert         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-02-16 :
Octave Noire - Monolithe
Mira Cétii - Cailloux & météores
Fontiac - The Wall single
Thorbjorn Risager & The Black Tornado - Come on In
The Inspector Cluzo - Brothers in Ideals
Mokado - Ghosts EP
Baptiste Dupré - Petites choses et vaste monde
The Jackson Pollock - Frustration - Le Fil
Sotomayor - Orígenes
Stone Temple Pilots - Perdida
Ásgeir - Bury the Moon
Sunflowers - Endless Voyage
Listen In Bed - M. I. A. (émission 10)

• Edition du 2020-02-09 :
Listen in Bed - Ooh Hah (Mix #10)
Loki Lonestar - Show no Mercy
Caesaria - I become a Beast
Jon Boutellier - On Both Sides of The Atlantic
Claudia Solal & Benoît Delbecq - Hopetown
Moonlight Benjamin - Simido
Jean-Philippe Collard - Granados Goyescas
Mira Cétii - Cailloux & météores
Kid Francescoli - Lovers
Cyril Adda - L'îlot

• Edition du 2020-02-02 :
Feu Robertson - The Underground Secession
Bo - Everything Begins EP
Tito Candela - Paradais EP
Jean-Louis Bergère - Ce qui demeure
Rodrigue - A fuck toute - A love toute
André Minvielle & Papanosh - Prévert Parade
Superbravo - Sentinelle
Ensemble Gustave - Bretagne[S]
Hortense Cartier-Bresson - Brahms : Fantasien, 116, Intermezzi, 117 & Klavierstücke, OP. 118
En attendant Ana - Juillet
Listen in Bed - Whosampled.com, part 2 (Mix #9)
 

• Archives :
Listen in Bed - Il Est Où Le Bonheur (émission 9)
Blankass - C'est quoi ton nom ?
Alexandre Tharaud - Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano Concertos
Naclia - La légende de Naclia
Pierre Génisson, BBC Concert Orchestra & Keith Lockhart - Swing, a Benny Goodman Story
Theo Hakola - Water is wet
Le Noiseur - Musique de chambre
Cyril Mokaiesh - Paris-Beyrouth
Mr Bosseigne - Theo Lawrence - Le Fil
No One is Innocent - Interview
Tristen - Les identités remarquables
Listen in Bed - Vinyle, Suite No 2 (émission 8)
Bombay Bicycle Club - Everything Else Has Gone Wrong
Burkingyouth - Fire EP
Andriamad - Jaimalé EP
Abel Orion - Late Night Music EP
Okidoki - When Oki meets Doki EP
Ensemble Consonance - François Bazola - Dolci Affeti
Emmanuel Tugny - Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)
GRIO - GRand Impérial Orchestra - Music Is Our Mistress
Nova Twins - Who are the girls ?
Larme Blanche - Demain est mort
Pierre Vassiliu - En Voyages
Livingstone - Turn Bizarre
David Bressat - True Colors
Lina Tur Bonet & Dani Espasa - Bach, Händel : an Imaginary Meeting
Babx - André Minvielle - Thomas de Pourquery - Nougaro
Tiger & the Homertons - Shadow in the dark EP
Petosaure - Le Musc EP
Kvelertak - Splid
- les derniers albums (5921)
- les derniers articles (144)
- les derniers concerts (2322)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1085)
- les derniers livres (8)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=