Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Check-In Party #1 (édition 2019) - Vendredi 23 août
Namdose - Puts Marie - Yak - Slaves - Lysistrata - Gogol Bordello - The Psychotic Monks - Foals  (Aérodrome Guéret-Saint Laurent)  22 au 24 août 2019

Jour 2 : La prog parfaite ?

On arrive sur le site du festival alors que Namdose termine tranquillement un set par terre, entouré d'un public déjà conquis. Notre truc à nous, c'est de commencer aujourd'hui avec les Puts Marie. Mais depuis le temps qu'on les suit, eux et leur incroyable fatras de styles, eux et leur posture toujours un peu "à côté", on ne peut pas vraiment être objective. L'intérêt de ce groupe est celui qu'il suscite : pas vraiment de public au départ, un auditoire fasciné à la fin. L'aura de Maxu Usata fait le reste... Un concert d'une rare beauté et d'une profondeur brute – comme à chaque fois.

Immédiatement après, le groupe Yak apparaît donc bien jeune, même si le rock dispensé s'écoute sans haussement d'épaules ni moue désapprobatrice. On déserte assez vite, en s'en voulant un peu de ne pas réussir à aduler un groupe réputé pour être excellent.

Onde de choc : Slaves, ne varietur, propose un set fait de muscles, de sueur et de rythme binaire. Le duo n'a besoin ni de faire ses preuves, ni d'attendre son public, déjanté, bondissant, avide d'un show sauvage et cathartique fait d'éructations et de provocations. Une heure plus tard, les Inspector Cluzo en feront d'ailleurs leurs choux gras, en critiquant sans filtre la musique du duo anglais, pas à leur goût, vraisemblablement. 

La petite scène n'a pas de crash barrière : qu'importe, on se faufile parmi un public serré et motivé, prêt à en découdre. On s'en sortira avec des crachats dans les cheveux, quelques bleus, une incartade musclée et une photo – ceci dit, et malheureusement, on ne nous y reprendra pas tant les conditions pour les photos sont impossibles. Pas de doute, le public de Lysistrata n'a rien de jeunes filles en fleurs, et ne fait pas honte à ces as du rock, increvables, habités, furieux, qui auraient mérité une scène à la mesure de leur talent.

Les Gogol Bordello appartiennent à ce genre un peu festif brouillon, festif enragé, qui encourage n'importe qui à faire n'importe quoi. Un bordel innommable règne sur une scène qui paraît bien trop petite pour leur délire "gypsy" et on se prend assez facilement au jeu du spectaculaire, des paillettes et des grimaces – même si on ne nage pas dans les mêmes eaux musicales...

C'est à ce moment de la soirée, quand un petit intermède de calme permet d'apprécier le cadre et le moment, qu'on se rend compte combien le Check-In Party nous permet d'apprécier tous les concerts, en intégralité. Trois scènes, certes, mais jamais de groupes en simultané : non seulement la programmation est excellente, mais en plus, on peut ne pas en rater une miette. Confort rare et applaudi.

Pour la troisième fois en trois mois, The Psychotic Monks croisent de nouveau ma route. Si le début du set est excellent grâce à cette intensité révoltée dont ils ont seuls le secret, c'est à partir du moment où Arthur Dussaux, chanteur et guitariste, décide inopinément de sauter de la scène, d'aller dans le public, d'errer dans la fosse parmi trois hommes de la sécurité stupéfaits et impuissants, que quelque chose se passe qui donnera à ce concert l'impression d'un avant parfait et d'un après bricolé. Ne réussissant pas à remonter sur la scène, trop haute, c'est finalement un élan désespéré qui permettra au morceau de se finir. Le reste sera instrumental, très "noisy", très sombre – mais un peu décevant.

On finira notre soirée avec Foals, qui, au contraire, a choisi pour ce set une tonalité très pop, légère et rosée. Les tubes s'enchaînent, de "In Degrees" à "Olympic Airways" en passant par "What Went Down" et "Spanish Sahara". Yannis Philippakis assume parfaitement son rôle de leader charismatique, porté par le public et par des riffs totalement maîtrisés. 

On ne cherchera pas l'aiguille dans la botte de foin, ni l'erreur ou la faiblesse dans cette deuxième journée de festival : le site est impeccable, le soleil tape sans sourciller, les bénévoles ont le sourire, les festivaliers que je rencontre sont aussi sympas que fous de musique, le cashless fonctionne à merveille, les concerts sont excellents, bref, même si l'on avait l'âme flagorneuse, on ne pourrait pas rêver mieux.

 

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Check-In Party
Le Facebook du Festival Check-In Party

Crédits photos : Sophie Hébert (toutes les séries sur son site)


Sophie Hébert         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 1er juin 2020 : Retour à la réalité
- 24 mai 2020 : Culture pour tous !
- 17 mai 2020 : le joli mois de mai
- 10 mai 2020 : Sortez Masqués !
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=