Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Idoles
Marc'o 

Réalisé par Marc'O. France. Comédie. 1h45 (Sortie le 14 juin 1968). Avec Bulle Ogier, Pierre Clémenti, Jean-Pierre Kalfon, Valérie Lagrange, Michèle Moretti, Joel Barbout, Philippe Bruneau et Bernadette Lafont.

Qu'est-ce qui fait une idole ? La voix ? Le talent ? La propension à porter des vêtements improbables sans ridicule ni gêne ?

Ou est-ce l'argent, les managers, la publicité, qui nous disent qu'une bonne idole, c'est d'abord une personne docile, prête à abandonner sa vie personnelle et son bonheur pour devenir cet objet d'admiration qui sera, tôt ou tard, voué à l'oubli, quand il n'est pas foulé aux pieds et contemplé avec mépris.

Rien n'est pire qu'une idole déchue, un has-been, comme l'est désormais Simon le magicien, auquel Jean-Pierre Kalfon prête sa voix grave dont les accents tragiques résistent aux sourcils teints en blond platine. A ses côtés se tiennent Gigi la Folle et Charlie le Serineur, deux autres idoles en perte de vitesse.

Tous les trois réunis, ils affrontent le public. Car c'est bien un match que filme Marc'O dans "Les Idoles". L'action centrale se déroule sur une piste, un ring, encerclé par des spectateurs avides de pouvoir enfin poser des questions à leur vedette préférée.

Les trois chanteurs arrivent, revêtus de peignoir éponge dans une scène qui évoque davantage les préludes d'un match de boxe qu'une rencontre amicale avec les "copains", à savoir le public, qui s'empresse d'attraper les corps admirés, de les palper, comme pour mieux se les approprier.

Et pourtant, confie le personnage de Gigi, interprété par Bulle Ogier, quand elle chante, elle ne le voit jamais, son public. Elle ne fait qu'être éblouie par les lumières. Les idoles vues par Marc'O ne cessent donc de tâtonner, de se heurter aux parois de l'aquarium confectionné par les soins d'un groupe de managers particulièrement pugnace.

Les impresarii sont là pour s'assurer que tout reste dans les clous, que les chanteurs demeurent dans le cercle étroit qui leur est attribué. Pas question de passer la ligne, de dire un mot de trop, une vérité trop crue, une histoire trop violente.

Peu à peu, la rencontre tourne en affrontement entre les idoles et leurs Pygmalions, où il s'agit de tout faire exploser. Les corps souples des acteurs - on admirera particulièrement l'art du déhanché de Pierre Clémenti - se font de plus en plus provocants, à mesure qu'on perd le contrôle.

La caméra est peut-être la première à rentrer dans la bagarre. Durant les séquences qui se déroulent dans cette salle close, Marc'O privilégie une caméra très mouvante, qui se déplace en de rapides mouvements giratoires, comme traquant les chanteurs, les poussant à la rébellion.

Cette méthode de filmage permet aussi de s'écarter du théâtre où Les Idoles virent d'abord le jour. L'autre pouvoir du cinéma, qui vient extraire les idoles du ring avant de les y replonger, c'est le montage et la construction en flash-back : peu à peu, la véritable vie des idoles est dévoilée, tandis que les machinations des managers apparaissent de plus en plus.

Et le tout en chansons. La musique est bien sûr au centre de ce film qui fait des yé-yé un portrait désenchanté. Il y a la musique des ritournelles sentimentales censées tourner le c?ur des minettes, comme celle poussée par un Jean-Pierre Kalfon irrésistible en simili Claude François.

Sur les mêmes airs, en apparence inoffensifs, des chansons bien moins policées chantées par Bulle Ogier, qui raconte, les yeux plein d'innocence, des histoires de mort et d'inceste. Mais surtout, la musique vient engloutir les scènes dialoguées, noyant les discussions et mettant en évidence le caractère guignolesque des personnages, comme ce responsable des armées rapidement suborné par les managers.

On est alors devant une gigantesque valse des pantins, servie par la musique plus que seventies de Patrick Greussay et Stéphane Vilar. On retiendra enfin Bernadette Lafont, qui fait son apparition en s?ur Dominique, et entonne, avec une voix aussi fausse qu'assurée, un gospel bien à elle.

"Les Idoles" est l'occasion d'une satire assez drôle de cette société du spectacle, qui propulse des jeunes gens sur la route de la gloire et la fortune, avant de leur tirer le tapis sous les pieds. Marc'O multiplie les clins d??il parodiques, affichant ici une poster de France Galle ou de Jacques Dutronc, là une couverture de "Salut les copains". Il épingle avec férocité cette fausse proximité que le business établit entre les fans et les idoles, les rendant faussement accessibles pour mieux souligner leur caractère d'exception.

"Les Idoles" est un film qui porte ses années avec une certaine insolence. Bien sûr, des détails, qui, dans les années 1970, n'amusaient pas particulièrement, sont bien plus savoureux pour des spectateurs de 2019, qui ont perdu l'habitude des chemises mauves.

Mais ce kitsch, dont on peut parfois rire, renforce la satire, en poussant à l'extrême cet univers où contrastent l'originalité des styles et le caractère terriblement normatif de ce qui est véhiculé par les artistes, des filles soi-disant sages et des bad boys au grand c?ur.

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 7 juin 2020 : Venez voir des concerts

Depuis le confinement, Froggy's Delight vous propose un concert par semaine, chaque jeudi en fin d'après midi. Le prochain sera celui de Yvonne La Nuit, le 11 juin à 19h sur la chaine Twitch de Froggy's Delight. Soyez nombreux, c'est gratuit mais une cagnotte existe pour l'artiste. On compte sur vous. Pour le reste voici le sommaire.

Du côté de la musique :

"Domesticated" de Sébastien Tellier
"Polychrome sounds from the underground" de Song Song
"Hara" de Datcha Mandala
"Oxurya" de Fontiac
"Plus rien" mix #16 de notre émission Listen In Bed
"Raviolo" de Mc Baise
"Acapas" de Olivier Savaresse
"Herencia" de Quinteto Respiro
"Les 1001 nuits du jazz" de Raphael Imbert, Johan Farjot & guest
"Chant de force" de YN
et toujours :
"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec

un spécial Jean-Michel Ribes :
"René l'énervé"
"Musée haut, Musée bas"
"Théâtre sans animaux"
"Les nouvelles brèves de comptoir"
des créations contemporaines :
"Xu" de et par Jean-Claude Leguay, Christine Murillo et Grégoire ?stermann
"Devise" de François Bégaudeau
"Comparution immediate" d'après des textes de Dominique Simonnot
"La Vie va où ?..." de et par Michèle Guigon
de la comédie :
"Comment devenir une mère juive en dix leçons" de Dan Greenburg
"Le Schmilblick !" de Jacques Pessis
"La croisière ça use !" de Emmanuelle Hamet
Au Théâtre ce soir :
"Bisous Bisous" de Marc Camoletti
"Rumeurs" de Neil Simon
du côté des humoristes :
"Kyan Khojandi - Pulsions"
"Les Toi Zé Moi"
des classiques et modernes revisistés :
"Phèdre" par Patrice Chéreau
"Figaro divorce" par Christophe Rauck
"La bonne âme du Setchouan" par Stuart Seide
"L'Avare" en afghan mes par Hélène Cinque

Expositions :

voir des expositions en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
voir et revoir en e-mode:
"Goya, génie d?avant-garde, le maître et son école" récemment à l?Eglise des Jacobins d'Agen
et en visite guidée "Toutânkhamon, le Trésor du Pharaon" à la Grande Halle de La Villette
s'éloigner de Paris en direction du Château d'Écouen pour découvrir les trésors du Musée national de la Renaissance
puis au Musée du Temps de Besançon pour la visite virtuelle de l'exposition "Toni Time is Tomi | Tomi Ungerer, le temps en héritage"
franchir les frontières en direction du Musée d'art de Girone en Espagne pour la visite de ces cinq niveaux de monstration
et en Autriche avec les dix visites du Musée du Belvedere de Vienne
enfin voguer au long cours vers la Corée avec le Musée d'art moderne de Gyeonggi en Corée du sud
et le Nam June Paik Art Center de Yongin-si dédié à cette figure tutélaire du Groupe Flexus et du mouvement d'art vidéo
et revenir à Paris pour la visite des collections du Musée du Quai Branly

Cinéma at home avec :

de la comédie :
"La Cage aux Folles" de Edouard Molinaro
"Béru et ses dames" de Guy Lefranc
des comédies dramatiques :
"La moustache" d'Emmanuel Carrière
"Pieds nus sur les limaces" de Fabienne Berthaud
"La promesse" de Jean-Pierre et Luc Dardenne
de la romance
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La Fée" de Dominique Abel, Fiona Gordon et Bruno Romy
de l'action avec "Railroad Tigers" de Ding Sheng
du drame :
"Intrusion" de Andrew Renzi
"Wajda" de Haifaa al-Mansour.
de l'horreur "Le chasseur de démons" de Mike Mendez
et clôre sur une rareté : "Fantasmagorie" d' Emile Cohl considéré comme l'un des premiers dessins animés

Lecture avec :

"De Wagner à Hitler" de Fanny Chassain-Pichon
Entrevue avec Fanny Chassain-Pichon
"L'enfer commence avec elle" de John O'Hara
et toujours :
"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout
- 2 août 2020 : Une petite pause s'impose
- La Mare Aux Grenouilles #08
- 26 juillet 2020 : Que le spectacle (re)commence
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=