Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Un autre tambour
William Melvin Kelley  (Editions Delcourt)  septembre 2019

Voilà un ouvrage à l’histoire bien particulière qui risque beaucoup de faire parler de lui en cette rentrée littéraire. Considéré par Le New-Yorker comme "le géant oublié de la littérature américaine", cet ouvrage de William Melvin Kelley nous arrive enfin, en français, dans une édition soignée proposée par les éditions Delcourt Littérature.

Cet ouvrage a été publié il y a cinquante ans déjà, en 1962 pour être précis. Son arrivée entre nos mains et le fruit de sa découverte, dans une brocante, par une auteure et journaliste américaine nommée Kathryn Schulz. L’ouvrage l’inspire pour écrire un article dans le New-Yorker avec pour titre "le géant oublié de la littérature américaine". L’ouvrage est aujourd’hui en cours de republication dans le monde entier.

William Melvin Kelley est né à New-York en 1937 et a grandi dans le Bronx. Il a 24 ans lorsque paraît son premier roman, Un autre tambour, accueilli en triomphe par la critique américaine. Ce jeune auteur, promis à une brillante carrière, disparaît ensuite de la scène littéraire. Pourquoi et comment ? Par une décision consciente, la réponse étant contenue dans son premier roman.

En 1966, il couvre le procès des assassins de Malcom X pour un journal, ce qui éteint ses derniers rêves américains. Anéanti par le verdict, il regagne le Bronx, les yeux plein de larmes et la peur au fond du cœur. Il ne peut se résoudre à écrire que le racisme a encore gagné pour un temps, pas maintenant qu’il est marié et père. Il part ensuite avec sa famille vers Paris avant de s’installer en Jamaïque en 1977. Il est l’auteur de quatre romans et d’un recueil de nouvelles et a produit un film avec Steve Bull. William Melvin Kelley est mort à New-York en 2017.

C’est donc une immense chance de pouvoir avoir entre ses mains Un autre tambour, cet ouvrage passé aux oubliettes, qui résonne encore aujourd’hui et qui ne semble pas avoir pris une ride tant ce qu’il nous raconte s’avère être un mélange de puissance et d’intemporalité. C’est un livre magnifique que nous offre donc les éditions Delcourt, un véritable choc littéraire que l’on n’est pas prêt d’oublier.

L’histoire se déroule en juin 1957, à Sutton, une petite ville tranquille d’un état imaginaire entre le Mississippi et l’Alabama. Un jeudi, Tucker Caliban, jeune fermier noir, répand du sel sur son champ, abat sa vache et son cheval, met le feu à sa maison et quitte la ville à son tour. Le jour suivant, toute la population noire de Sutton déserte la ville à son tour.

Quel sens donner à cet évènement, à cet exode spontané ? Quelles conséquences pour la ville, soudain vidée d’un tiers de ses habitants ?

L’histoire est alors racontée par ceux qui restent, à savoir les blancs. C’est donc un roman choral que nous propose l’auteur. Une histoire racontée par des enfants (on y trouve des passages particulièrement émouvants), des hommes et des femmes, des libéraux et des conservateurs. Une histoire racontée par des crétins blancs, des membres d’une famille qui possédaient les aïeuls de Tucker. Une histoire qui permet à l’auteur de multiplier les points de vue, de les décaler et de poser de façon inédite et gonflée pour l’époque la question raciale.

Les ouvrages qui ont pour thème le racisme et la ségrégation sont légions et il en sort régulièrement, souvent de grande qualité comme celui-ci ou celui de Tayari Jones. Ici, l’originalité et la grande qualité de l’ouvrage, au-delà de l’écriture magnifique de cet auteur, tient dans l’idée géniale qu’il a eu de donner la parole à des blancs pour parler des problèmes de noirs.

Dans l’ouvrage, ces noirs n’apparaissent pas ou peu, ils ont disparu comme ils ont quitté le village Sutton et ne sont donc présents que parce qu’en disent les blancs qui sont restés et les ont côtoyés. Ces blancs ne comprennent pas le départ des populations noires du village. Ils s’interrogent sur l’attitude de Tucker, son choix de tout plaquer, sans avoir de réponse. On y découvre des blancs qui méprisent les noirs tout en voulant les conserver dans le village. Au fil des pages, alors que les blancs traversent une totale incompréhension se dessine parallèlement le processus de libération des populations noires, un processus construit sur plusieurs générations.

Les grands livres ont toujours une grande fin et Un autre tambour ne déroge pas à cette règle. On sort de cette lecture en ayant la sensation d’avoir lu un immense livre qui nous questionne au travers d’une histoire alternative, féroce et audacieuse, porté par une qualité littéraire indéniable à laquelle se mêle une vision politique intelligente.

Un autre tambour est un immense livre, "le géant oublié de la littérature américaine" et l’on se doit de remercier profondément Kathryn Schulz, celle qui nous a permis d’y accéder.

 

En savoir plus :
Le site officiel de William Melvin Kelley
Le Facebook de William Melvin Kelley


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 14 juin 2020 : Et si on achetait des disques ?

Samedi 20 juin, c'est un Disquaire Day un peu particulier qui sera réparti sur 3 autres dates. L'occasion de soutenir plus que jamais vos disquaires. Pour l'occasion vous pouvez même précommander les disques pour éviter la cohue dans les magasins. En attendant voici le sommaire de la semaine, et en bonus le replay de notre 2eme Mare Aux Grenouilles sur Twitch.

Du côté de la musique :

"Après le soir" de Camille Bénâtre
"Le love & le seum" de Charles-Baptiste
"New age norms 1" de Cold War Kids
Interview de Datcha Mandala autour de leur album "Hara"
"Mutations Les chimères de Clément Janequin" de Ensemble Thélème & Quatuor XASAX
"Le sismographe / Noyé" de Gontard!
"La battue" de Les Marquises
"Two Lovers" 17eme mix de Listen in Bed
"C'est la vie" de Olivier Perrot
"Knot" de The Nits
"To save what is left" de Roseland
"Parisienne" de Sarah Lancman
et toujours :
"Domesticated" de Sébastien Tellier
"Polychrome sounds from the underground" de Song Song
"Hara" de Datcha Mandala
"Oxurya" de Fontiac
"Plus rien" mix #16 de notre émission Listen In Bed
"Raviolo" de Mc Baise
"Acapas" de Olivier Savaresse
"Herencia" de Quinteto Respiro
"Les 1001 nuits du jazz" de Raphael Imbert, Johan Farjot & guest
"Chant de force" de YN

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :
des créations :
"Salle d'attente" Lars Noren
"Meaulnes (et nous l?avons été si peu )" de Nicolas Laurent

"Breaking the news"de Alexandra Badea
"Le Dépeupleur" de Michel Didym
"Dj set (sur) écoute" de Mathieu Bauer
des comédies contemporaines :
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"Deux hommes tout nus" de Sébastien Thiéry
du Shakespeare revisité :
"Henri VI" par Thomas Jolly
"Comme il vous plaira" par Christophe Rauck
les vaudevilles de Georges feydeau vu par Zabou Breitman :
"La dame de chez Maxim"
"Le Sytème Ribadier Feydeau"
du côté des humoristes :
"Max Bird - L'encyclo-spectacle"
"Chevallier & Laspalès - Bien dégagé autour des oreilles s'il vous plaît"
et Au Théâtre ce soir :
"La Coquine" de André Roussin

"Tout baigne " de Pascal Elbé
"Beaufils et Fils"de Raoul Praxy

Expositions :

voir des expositions en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly

Cinéma at home avec :

du drame :
"Paranoid Park" de Gus Van Sant
"Le Festin de Babette" de Gabriel Axel
de la romance : "Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
du conte fantastique : "La fantastique histoire de Blanche-Neige" de Rachel Goldenberg
des comédies avec :
"Signé Furax" de Marc Simenon
"Le Débutant" de Daniel Jeanneau
au Ciné-Club des films des années 30 :
"Les Rois du sport" de Pierre Colombier
"Forfaiture" de Marcel Lherbier
"Les chasses du Comte Zaroff" de Ernest B. Schoedsack
et un court-métrage expérimental "Les extraordinaires mésaventures de la jeune fille de pierre" de Gabriel Abrantès
une rareté : "Une homme qui dort" de Bernard Queysanne et Georges Perec
et la version ciném d'un documentaire incontournable "Human" de Yann Arthus-Bertrand

Lecture avec :

"Et les vivants autour" de Barbara Abel
"L'iguane de Mona" de Michael Uras
"Mothercloud" de Rob Hart
"Trahison" de Lilja Sigurdardottir
et toujours :
"De Wagner à Hitler" de Fanny Chassain-Pichon
Entrevue avec Fanny Chassain-Pichon
"L'enfer commence avec elle" de John O'Hara
et toujours :
"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout
- 2 août 2020 : Une petite pause s'impose
- La Mare Aux Grenouilles #08
- 26 juillet 2020 : Que le spectacle (re)commence
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=