Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Monde selon Roger Ballen
Halle Saint-Pierre  (Paris)  Du 7 septembre 2019 au 31 juillet 2020

A la Halle Saint-Pierre, bienvenue à Ballenland, "Le Monde selon Roger Ballen", un monde angoissant, horrifique, drolatique et/ou macabre décliné sur le mode du paysage mental, dont l'artiste photographe et plasticien indique qu'il ressort non à la représentation de sa psyché mais à la sollicitation de celle du regardeur en charge de l'élaboration de sa propre autofiction.

Américain installé en Afrique du Sud depuis plus de quatre décennies et doté d'un humour à l'anglaise (cf. *infra), paramètre à ne pas négliger, Roger Ballen définit comme "ballenesque" l'esthétique qui préside à son oeuvre et et dont l'installation "The House of the Ballenesque", Prix de la meilleure exposition aux Rencontres de la photographie d'Arles en 2017, en restitue la synthèse.

La Halle Saint-Pierre présente une rétrospective de ses créations essentiellement des années 2000, avec en bonus quelques installations inédites produites spécialement in situ pour cet événement, et, pour la première fois des photographies numériques en couleurs.

Elles révèlent les derniers avatars en date d'une démarche d'expérimentations visuelles qui se développement concomitamment par la pratique de la photographie, du dessin, de l'installation et de la vidéo, qui a évolué de la captation du réel à sa métamorphose sous l'emprise d'une inquiétante étrangeté, comme le note Martine Lusardy, directrice du lieu et commissaire de exposition, se référant à "l’acte de photographier" qui "s’impose, non comme un témoignage, mais comme un devoir de transfiguration".

Roger Ballen : "Mon travail est une réflexion sur l’absurdité de la condition humaine et une quête psychologique personnelle"

Une oeuvre qui a commencé par la photographie documentaire et le portrait de ruraux des classes pauvres sud-africaines avec son lot de "freaks" dressant, dans le registre de la "straight photography" du début du 20ème siècle et le sillage des photographes qui ont dressé une cartographie des hommes de leur temps, un état des lieux d'une humanité dans le plus grand dénuement, tant physique qu'intellectuel et mental, résultant d'une précarité absolue.

Et ce dans un format carré et la technique du noir et blanc, sa marque de fabrique, qui, au demeurant ne correspond pas à la perception naturelle de l'oeil et donc déjà signifiait son approche de transformation de la réalité.

Elle a ensuite évolué vers la "staged photography", la photographie scénarisée, s'inscrivant dans un mode plasticien, telle une installation en deux dimensions lui ouvrant la voie de celle en trois dimensions, ce qui l'a conduit à l'exploration de la couleur pour le médium photographique.

La monstration se déploie sur les deux niveaux de la Halle Saint-Pierre à la faveur d'une scénographie en panoptique.

Ainsi, au rez-de chaussée dédié aux installations, celles-ci sont présentées de manière circulaire dans des espaces concentriques convergeant vers le mannequin en cire grandeur nature de l'artiste armé de son appareil - "Roger’s Roger" créé par son assistante, la photographe et designer Marguerite Rossouw dont Roger Ballen loue la participation active à son travail - assis sur un tabouret pivotant ce qui le rend omniprésent comme suivant - et surveillant - du regard le visiteur.

Syllogomaniaque de vieilleries, écumeurs de marchés aux puces et collectionneur, entre autres, de doudous malmenés, poupées et ours en peluche, et d'animaux empaillés, il insère les objets dans des assemblages hétéroclites faisant le grand écart entre l'art brut, entendu comme l'art des fous qui utilisaient rebuts et déchets à défaut d'autres matériaux, et l'art de la récupération pratiqué dans les années 60 par certains artistes du mouvement du Nouveau Réalisme.

Les installations de scènes d'intérieur domestique sont peuplées de personnages-mannequins au faciès grotesque et à la posture désarticulée de cadavre, voire d'"horror picture show" telle la femme qui tente de fermer la valise renfermant le corps d'un homme.

A l'étage consacrée à la photographie, les clichés convergent vers le centre comportant les tirages couleurs et une installation* avec un gros chien noir langue pendante allongé sur un canapé en dessous duquel dort sa propriétaire en indiquant que le canidé n'est pas taxidermisé mais qu'il pose en ayant l'air fatigué car il lui a été promis un burger après le départ des visiteurs.

Pour les photos, le procédé demeure identique, celui du collage de photos, dessins, les siens, ceux d'anonymes mais aussi d'artistes tel le Néerlandais Hans Lemmen, dessinateur et sculpteur animalier. Toutefois certaines sont atypiques, telle celle reprise pour l'affiche de l'exposition, qui évoquent la photographie spirite.

En constante (r)évolution autour de ses fondamentaux, l'oeuvre de Roger Ballen se déploie principalement autour de la notion de trace avec la problématique de la mémoire et de l’imagination car pour lui "L’humanité ne résiste que par sa trace" ce qui implique une disparition progressive de la représentation de la figure humaine.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=