Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lunt
Phantom Solids  (We Are Unique! Records / Bigwax)  octobre 2019

Avec Phantom Solids, nouvel album de son projet Lunt, Gilles Deles (co-fondateur de très ambitieux label We Are Unique! Records !) conçoit et développe une musique que la paresse critique qualifierait d’expérimentale. Nous préférons la présenter comme le projet d’un musicien émancipé, libre dans son expression, minutieux et précis dans son jeu, ne cherchant ni à faire genre, ni à s’enfermer dans un genre, d’ailleurs, l’expérimental n’est souvent pas loin d’être autant codé et complaisant, par le principe même de ses refus et l’enfermement et la prévisibilité que cela génère, qu’une bonne grosse pop song.

Dans les compositions de Lunt tantôt se côtoient et tantôt se mêlent noise-pop, post-rock et no-wave, le tout masterisé (information d’importance tant le disque sonne) par Matt Colton (Sunn O))), Thurston Moore, My Bloody Valentine, etc.).

Phantom Solids commence par une stridence, un bourdon de guitare, puis des cymbales et au-dessus une mélodie, ou plus exactement un thème évolutif, au glockenspiel : l’ambiance est au post-rock. Le titre du morceau est explicite : ça commence par le climax.

Le deuxième morceau est d’un climat plus noisy, par le jeu de guitare notamment, toujours ce glockenspiel, et puis le chant, blanc. L’on croirait, avec ce long morceau qui passe du blanc-gris à quelque chose de beaucoup plus expressif, Lunt sous l’influence d’Arto Lindsay, tant par le chant que pas son jeu de guitare bruitiste.

Sur les morceaux "Dasein Bullshit" (les heideggériens apprécieront) et "In the midst of my days", le glockenspiel disparaît, les guitares bruitistes également, place aux lentes arpèges de guitare ; le chant s’incarne ("In the midst of my days") et tout est calme et épuré, intimiste : un morceau comme l’écoute d’un ami cher que l’on ne voit que trop peu et qui vient nous voir un soir, à l’improviste, pour nous faire une confidence et qu’il fait froid dehors.

Puis vient un autre mouvement ("Emergency for the wise"), petit riff de basse en boucle et retour du glockenspiel, rupture de ton : une musique qui avance en cherchant une voie, et Lunt la sienne ; et il la trouve, pour un temps : le glockenspiel indique la lumière, une direction, une présence ("Traces in the east") au milieu de ce climat redevenu noisy.

Voilà le dernier morceau, une longue plage progressive construite sur un bourdon de clavier, les instruments s’ajoutent peu à peu, un à un, et pour chacun une phrase qui se répète ou varie légèrement : percussion, basse puis un saxophone free plein d’à propos, de précision, nul abus de notes ici.

Ce disque joue des crêtes et des extrêmes.

Certains cinéastes font le choix du noir et blanc alors qu’existe la couleur, choisissent le noir et blanc afin d’explorer et travailler les contrastes, de permettre à l’image de vibrer de toutes ses nuances, Lunt, de la même façon, compose un disque en noir en blanc où rien n’est noir, ni blanc, ni noir et blanc ni gris, tout le contraire même, que des nuances : le noir et le blanc vibrent, irradient, sculptent les contrastes, les intensités et travaillent les ombres. Et les ombres et les fantômes qui y habitent alors s’y déploient : c’est de la vie psychique de chacun dont il est question avec ces histoires de fantômes. La musique et les sons vibrent, ici, comme vibrent les images et les émotions dans les films de Béla Tarr, en moins désespérés. Ce disque, soulignons-le, est d’ailleurs profondément visuel et cinématographique.

Un disque intense comme un paysage intérieur, comme la partition émotionnelle d’une vie habitée et lucide quant à ce qu’elle vit et éprouve ; nul emportement en effet, nul épanchement ici, mais de l’intensité et de l’obstination dans la quête. Ni solaire ni lunaire cette musique est empreinte d’une grande pudeur, d’une grande retenue, aspire à la justesse de l’expression émotionnelle.

Avec Phantom Solids, Lunt ne compte pas en rester là : non, ce disque impressionne tant par sa cohérence, sa lucidité que par sa lente maturation. C’est un disque d’artiste radical, mais soucieux d’aller vers l’auditeur, soucieux d’être compris mais n’appuyant pas, n’insistant pas pour qu’on le comprenne ; ouvert et exigeant il ne semble pas prêt à tout pour être compris.

Phantom Solids mérite d’être écouté par tout mélomane ouvert, exigeant et attendant autre chose qu’un disque de plus.

 

En savoir plus :
Le site officiel de We Are Unique! Records
Le Bandcamp de Lunt


Francois Montjosieu         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !
- 13 septembre 2020 : On ira où tu voudras quand tu voudras
- La Mare Aux Grenouilles #10
- 6 septembre 2020 : On danse au bal masqué
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=