Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Greco
Grand Palais  Du 16 octobre 2019 au 10 février 2020

Après la superbe rétrospective "Velasquez" en 2015, Guillaume Kientz, spécialiste du Siècle d'or espagnol, assure le commissariat d'une sublime exposition-événement organisée par la Réunion des Musées Nationaux-Grand Palais, le Musée du Louvre et l’Art Institute de Chicago consacrée au peintre Greco le dernier représentant de l'art de la Renaissance.

L'intéret de cette rétrospective tient non seulement à son caractére inédit et à la présentation d'oeuvres faisant l'objet d'un prêt exceptionnel mais surtout au florilège composé pour proposer au visiteur des clés de compréhension de l'ambition, du processus créatif et de l'oeuvre du grec Doménikos Theotokopoulos vivant en Crête, peintre d'icônes réputé qui, après un séjour à Venise puis à Rome, devient le Maître de Tolède connu sous le nom de Greco.

Les oeuvres se déploient dans un parcours chrono-thématique élaboré par la commissaire-associée Charlotte Chastel-Rousseau conservatrice des peintures espagnoles et portugaises au Musée du Louvre et Guillaume Kientz, conservateur des collections européennes au Kimbell Art Museum de Fort Worth, dans une scénographie minimaliste de cimaises blanches, le blanc entendu comme couleur des intérieurs d'églises tolédanes et de la modernité attachée à l'oeuvre de Greco.

Greco, réinventer et se réinventer

Formé à l'école byzantine Greco pratique avec succès l'art de l'icône, genre pictural qui, consistant en la reproduction d'images stéréotypées, exclut les innovations stylistiques part pour Venise afin de s'en affranchir et s'engager dans un défi artistique ambitieux celui de la réinvention de l'image et du style.

Et ce, en opérant une hybridation sublimée de la suprématie de la ligne de Michel-Ange et sa fameuse "terribilita", des lumières dramatiques de Véronèse, de la magnificence de la couleur du Titien avec une palette saturée empruntée à la préciosité des pigments utilisés par son ami l'enlumineur Giulio Clovio, le plus grand miniaturiste de son temps, de l'expressivité du Tintoret et de la grande mise en scène architecturale de Raphael, dont la toile "Jésus chassant les marchands du Temple" constitue le tableau-manifeste avec vraisemblablement une identification christique comme peintre purificateur de la mauvaise peinture.

Et cependant il procède de manière presque paradoxale puisque, tout en voulant s'inscrire dans la grande peinture de la Renaissance italienne, il continue d'appliquer certains tropismes byzantins : la perspective inversée, le cadrage serré, la reproduction de prototypes et la fabrication de ses propres images qui constitue comme indiqué par les commissaires "un auto-maniérisme" et le phénotypisme du corps étiré et du visage plat et allongé aux grands yeux sombres et nez aquilin qui correspond au type iconographique byzantin.

A Venise, il réalise une production vénéto-crétoise de petits formats déjà révélateurs de sa singularité pour le marché des "ridotti" de dévotion ou de cabinet ("Pieta", "La mise au tombeau du Christ", "Saint François recevant les stigmates", "L'Adoration au nom de Jésus", "Le Partage de la tunique du Christ").

Et à Rome, exclu, par sa méconnaissance de l'art de la fresque, des commandes publiques et des grands chantiers décoratifs romains induits par le Concile de Trente de la Réforme catholique, il est reconnu pour sa maitrise du genre du portrait - qu'il poursuit en Espagne avec le fameux portrait du puissant cardinal Niño de Guevara - avant de partir en Espagne.

L'exposition s'articule autour de "L'Assomption de la Vierge" tableau réalisé pour le monastère de Santo Domingo El Antiguo, la première grande commande espagnole commanditée par le doyen de la cathédrale de Tolède Diego de Castilla.

Le retable de l’autel principal comportait sept peintures dont celle précitée surmontée de "La Sainte Face" qui donne une idée de la monumentalité de l'architecture inspirée des les iconostases orthodoxes et dans le retable d'un des transepts figurait "Le Songe de Philippe II", exemplaire de l'invention et de la réutilisation des formes opérée par Greco.

Un choix conséquent et éclairé de toiles permet de prendre la mesure de Greco comme peintre du sujet et des variations sur le motif qui caractérise sa technique sérielle en mettant en regard la première version, équivalent de l'esquisse graphique, et le tableau "définitf" sur, entre autres, les figures de Saint Paul et Saint Pierre, des pénitents ("Sainte Marie pénitente" au regard extatique et "Saint Pierre pénitent") et la Sainte Famille.

De même pour les thèmes de l'agonie du Christ et de la Crucifixion. Et Greco exécute un tabernacle en bois polychrome et bois doré pour l’hôpital de Tavera qui abritait un ensemble de sculptures dont une statuette du Christ ressuscité.

La monstration s'achève sur un choc pictural, visuel et saisissant, celui, à côté de "Annonciation" et "Le mariage de la Vierge", de "L'ouverture du Cinquième sceau" ou "La Vision de Saint Jean" traitant du salut des âmes du dernier chapitre du Nouveau Testament dans lequel, sous un ciel menaçant, les corps se contorsionnent comme sous l'effet d'une combustion interne dont l'intensité dramatique suscite effroi et sidération.

Greco n'a pas eu de postérité immédiate et sa pratique de la reformulation-déconstruction-reconstruction sera reprise trois siècles plus tard par les cubistes. Mais ceci est une autre histoire.

A ne pas rater l"Autel portatif dit Triptyque de Modène", tempera sur fond d'or sur panneaux de bois, synthèse picturale des Evangiles avec le Jugement dernier pour scène principale qui révèle déjà le modelé tourmenté du corps et un des livre sur l'architecture de Vitruve annoté par Greco.

Et à lire le portrait chinois du Greco dressé par Guillaume Kientz.

 
En savoir plus :

Le site officiel du Grand Palais

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation de la RMN-Grand Palais


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 26 janvier 2020 : Les rois des galettes
- 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard
- 12 janvier 2020 : Pas de soldes sur Froggy's
- 5 janvier 2020 : 360 jours avant 2021
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=