Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lau Ngama
Interview  (Villa Perrotte, Dieppe)  samedi 24 août 2019

Lau Ngama, la vie devant soi

Résolument tournée vers la promotion des très jeunes artistes émergents pour cette récolte normande 2019, j’ai fait appel au professeur de mes jeunes années en classe musique du Lycée Jeanne d’Arc de Rouen, Emmanuel Thiry. Qui mieux que ce Jazz Man Teacher hors normes chargé de former et de cultiver tel un jardinier les musiciens en herbe qui voudraient se destiner à une carrière, pourrait me donner le nom de la perle de ses dernières années de promotion ? Il n’a pas hésité longtemps et m’a transmis un nom, un contact en me confiant tout le potentiel qu’il a perçu. Des interprètes il y en a tellement, mais des auteurs compositeurs si peu…

A l’aveugle, mais en toute confiance en tant qu’ancienne élève attentive et obéissante, je décide de proposer à Lau Ngama une occasion de présenter en exclusivité au public de Froggy’s Delight son univers, son personnage, sa voix.

Enthousiaste, elle a tout de suite voulu conserver un maximum de mystère, montrer un peu mais pas trop, attendre le jour J pour avoir nos réactions à chaud. Déjà d’une apparente assurance, elle ne divulgue que le strict nécessaire pour créer l’effet "wahou" tant à la mode.

"Scotchés", voilà ce que nous étions donc tous à l’arrivée de Lau à la villa Perrotte à la fin de cette longue journée de sessions. Impressionnante Lau, atypique Lau, d’abord timide, c’est une fois confortablement installée avec sa guitare que cette grande jeune femme a discrètement lutté contre l’appréhension de cette première fois et nous a tous surpris comme elle l’espérait.

Une voix forte et fragile à la fois porte des paroles engagées, loin du miel des histoires d’amour mélancoliques que l’on pourrait attendre d’une si jeune artiste. Mais la vie forme les tempéraments à son gré et les épreuves ont amené Lau à la musique pour évacuer les colères.

Après un bac Théâtre Arts dramatiques, cette élève de l’EMIJ (école de musique d'impro jazz d'Elbeuf) prend sa carrière en main et a occupé la scène dès la rentrée lors de la deuxième édition du M Festival à la Friche Saint Lucien à Rouen, après avoir fait la première partie du groupe Swan en avril dernier.

Cette session Froggy’s Delight, Lau l’a perçoit comme un tremplin pour donner une bonne raison à son public à venir de faire fructifier la cagnotte Leetchi qui lui permettra de pouvoir monter un premier EP prometteur.

Maintenant que l’on a compris le dessin, raconte-nous les couleurs, Lau.

Lau Ngama : Je crois que j’ai toujours chanté, je ne me souviens plus quand j’ai commencé. A l’âge de 8 ans, j’ai décidé d’apprendre à jouer de la guitare seule. Et dès que j’ai su me débrouiller, j’ai écrit mes propres chansons pour exprimer mes problèmes. J’avais écrit une chanson sur le harcèlement scolaire qui m’arrive encore de jouer aujourd’hui. On peut dire que qu’il s’agissait de chansons thérapeutiques.

Quels sont les artistes qui influencent ton travail lorsque tu écris ?

Lau Ngama : J’écoute beaucoup Brel, Edith Piaf. Toute la variété française classique est une inspiration pour moi. Pour les voix, c’est plutôt Aretha Franklin, Nina Simone, et beaucoup Emy Winehouse.

Une des chansons a eu du mal à sortir tout à l’heure, on ressentait l’émotion, peux-tu nous expliquer pourquoi ?

Lau Ngama : Je m’intéresse beaucoup à l’égalité homme femme. Je pense que l’on est tous touché par le harcèlement et les stéréotypes. Dans la rue ou le milieu professionnel, ça me met vraiment en colère. J’ai un petit frère et je me rends compte que les hommes sont aussi victimes de beaucoup de stéréotypes. Cette chanson exprime le sentiment d’injustice que je ressens dans cette société où l’on juge beaucoup, où l’on cherche à mettre les gens dans des cases.

Et les autres titres prêts pour un album traitent également de ces sujets de société ?

Lau Ngama : Non pas du tout, je garde l’aspect médicament de la musique. Elle me soigne. La dizaine de titres qui sont prêts pour un éventuel album traitent des sujets très blues de la vie. Les périodes de déprimes… Par exemple, la chanson "Coquelicot" interprétée pour Froggy’s tout à l’heure a été écrite il y a quinze jours, suite au décès de ma grand-mère qui me disait souvent qu’un coquelicot était très fragile car quand on l’arrache du sol, il va commencer à faner et mourir en quinze minutes. C’est l’impression que j’ai eu quand elle est partie et j’ai eu besoin de retranscrire ce sentiment. J’ai écrit cette chanson très vite et j’ai profité de l’occasion de la session pour la faire découvrir.

Tu viens à peine d’avoir ton bac, à 18 ans en 2019 on rêve de quoi ?

Lau Ngama : De ne pas choisir. J’ai obtenu un bac Théâtre, j’aime cela autant que la musique alors j’aimerais ne pas choisir et l’idéal ce serait de pouvoir participer à des comédies musicales. Mais je me laisse du temps pour aller au bout de mon projet solo, essayer de faire aboutir un album pourquoi pas.

Lau Ngama, comme une foule d’autres très jeunes artistes, n’a besoin que de lieux où aller chercher son public et de rencontres artistiques qui feront éclore son projet. Elle fait déjà preuve de maturité et de recul sur son processus artistique. Nous la retrouverons je l’espère très bientôt sur les scènes normandes.

Retrouvez Lau Ngama
en Froggy's Session
pour 3 titres en cliquant ici !

 

En savoir plus :
Le Facebook de Lau Ngama

Crédits photos : Bérengère Guyot


Mélanie Martin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Lau Ngama (25 aout 2019)


# 12 juillet 2020 : Un air d'été

On entre dans la saison des vacances, pour vous comme pour nos chroniqueurs. Vous nous retrouverez tout l'été quand même avec des éditions web plus légères et toujours notre Froggy's TV bien sûr avec La Mare Aux Grenouilles et plein d'autres émissions. c'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

La Mare Aux Grenouilles #6, sommaire et replay
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.

Au théâtre :

en salle :
"Littoral" au Théâtre de la Colline
"Karine Dubernet - Souris pas" au Point Virgule
et dans un fauteuil de salon :
des créations :
"Yvonne princesse de Bourgogne" par Jacques Vincey
"Lucrèce Borgia" par Lucie Berelowitsch
"La Dernière neige" de et par Didider Bezace
"Pinocchio" de Joël Pommerat
"Soulever la politique" de Denis Guénoun
"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais" de et par Ahmed Madani
Au théâtre ce soir :
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"Le Tombeur" de Robert Lamoureux
"Une cloche en or" de Sim
du boulevard :
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Face à face" de Francis Joffo
du côté des humoristes :
"Bernard Mabille sur mesure"
"Christophe Alévêque est est Super Rebelle... et candidat libre !"
et finir l'Opéra :
avec du lyrique :
"Le Balcon" de Peter Eotvos par Damien Bigourdan
"Orlando furioso" de Antonio Vivaldi par Diego Fasolis
"La Flûte enchantée" de Mozart par Romeo Castellucci
et du ballet avec deux créations étonnantes : "Raymonda" de Marius Petipa et "Allegria" de Kader Atto

Expositions :

les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma at home avec :
le cinéma contemporain
"A woman at war " de Benedikt Erlingsson
"Lulu" de Uwe Janson 
"L'Apotre" de Cheyenne Carron
"La tendresse" de Marion Hänsel
"Crawl" de Herve Lasgouttes
"Nesma" de Homeïda Behi
le cinéma culte des années 1920 :
"Le cuirassé Potemkine" de Sergueï Eisenstein
"Nosferatu le vampire" de Friedrich Wilhelm Murnau
"Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene
"Les Deux Orphelines" de D.W. Griffith
et l'entre deux avec les années 1970 :
"Mado"de Claude Sautet
"La Traque" de Serge Leroy
"La femme du dimanche" de Luigi Comencini
et retour au 2ème millénaire avec de l'action :
"Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie" de Jan De Bont
"Blade Trinty" de David S. Goyer
avant de conclure en romance avec : "Un havre de paix  de Lasse Hallström

Lecture avec :

"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=