Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rod Barthet
Ascendant Johnny Cash  (Festivest / Socadisc)  septembre 2019

Partir, sans se retourner, avec nulle autre valise que ses souvenirs. Un brin de tristesse dans ses notes, entre nostalgie et abandon, ce truc qui monte lentement et qui submerge avant de tout noyer. Le blues. Rod Barthet en a fait son affaire depuis un bon paquet d’années maintenant, et c’est avec ce nouvel album qu’il continue de nous faire nous balancer d’une rive à l’autre : Ascendant Johnny Cash.

C’est doux et c’est mélancolique. Ah, ce spleen alors, il nous guette à chaque silence, à chaque coin de rue, dans chaque chausson, dans chaque horizon. Johnny Cash et son inimitable voix de baryton plane sur l’album notamment dans les tournures stylistiques de cette guitare qui file des frissons, mais aussi dans les vibrations des cordes dansant au rythme des percussions.

"T’aurais pu tout dire, j’aurais pu moins souffrir, t’as tout fait par en dessous, t’es le roi, je suis son fou." ("Faux frère")

Avec Boris Bergman, Rod Barthet signe la totalité des titres de l’album, de ses notes et de sa voix, ferme et tendre à la fois, capable de percuter ou d’émouvoir. Il chante les trahisons et la culpabilité, les errances et la liberté… L’amour donc. Ses sacrifices et ses folies. Et l’espoir, toujours. Le même espoir du blues des chants de coton, intact et lumineux.

"J’veux pas grandir maman, dis moi est-ce que je peux rester un enfant ?" ("Maman")

Du blues, des larmes et des notes qui ne filent pas le bourdon, une malice dans les notes, des airs à dodeliner des éperons et d’autres à marcher cadencé. Et puis il y a ces morceaux terriblement romantiques, aux guitares qui tirent les notes comme une urgence à livrer son cœur tout palpitant à ce regard de braise, en se fichant totalement des conséquences. Sans se retourner je vous disais.

Ascendant Johnny Cash console, emporte et allège les tristesses infinies qui envahissent parfois les sens. Rod Barthet vous fera voir le monde à travers le prime d’un noir et blanc vintage et follement passionné, avec fougue et le regard dans le lointain.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Les Filles à l'écoute de Rod Barthet

En savoir plus :
Le site officiel de Rod Barthet
Le Facebook de Rod Barthet


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

Abonnez vous à la Newsletter pour recevoir, outre les mises à jour en avant première, des infos de première importance et peut être des choses dont vous n'avez même pas encore imaginé l'existence et l'impact sur votre vie... et nous non plus.

se désabonner, changer son mail ... c'est ici!


» Contacter un membre ou toute
   l'équipe (cliquez ici)


Afficher les chroniques d'un membre :

Liste des chroniques... Cécile B.B.
Liste des chroniques... David
Liste des chroniques... Didier Richard
Liste des chroniques... Fred
Liste des chroniques... Jean-Louis Zuccolini
Liste des chroniques... Julien P.
Liste des chroniques... LaBat’
Liste des chroniques... Laurent Coudol
Liste des chroniques... Le Noise (Jérôme Gillet)
Liste des chroniques... Margotte
Liste des chroniques... MM
Liste des chroniques... Monsieur Var
Liste des chroniques... Nathalie Bachelerie
Liste des chroniques... Nicolas Arnstam
Liste des chroniques... Paola Simeone
Liste des chroniques... Philippe Person
Liste des chroniques... Rickeu
Liste des chroniques... Séb.T

 

Les articles de ce site sont la propriété de froggydelight.com et de leurs auteurs.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=