Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bertrand Burgalat - AS Dragon
Elysée Montmartre (Soirée Tricatel)  (Paris)  7 décembre 2005

Le Pygmalion et ses apôtres.

Une soirée Tricatel reste un événement aussi rare qu'un bon titre à la radio. Et contre toute attente l'Elysée Montmartre se remplit peu à peu. On y croise des stars (Valérie Lemercier, Jarvis Cocker), des rocks-critics (Philippe Manœuvre, forcément) et des gens du quotidien. Des humains harassés par le métro et le froid, trouvant le courage de venir soutenir un label pertinent et décalé. Donc forcément borderline à l'encolure financière.

Et pourtant, Tricatel n'est toujours pas à vendre. On résiste on s'accroche on survit.

Bertrand Burgalat. Un océan de frustration tant le compositeur/producteur/poète/directeur de label peine à prendre son envol sur la scène franco-française. Le génie étant souvent synonyme de mépris et d'indifférence, on comprend hélas mieux le silence. Silence sur la parution d'un album fin et doré, Portrait Robot (Juin 2005) et discrétion des ventes sous le manteau.

Peu importe les pertes, BB a ce soir fier allure, dans son costume de dandy. On s'attend à un show intimiste, et l'on découvre un vrai groupe pour le moins original, constitué d'un violoniste underage sans doute échappé de la chorale de la Jonquière, d'un saxo mené par le batteur des aussi jeunes Second Sex, d'un batteur démoniaque et d'un guitariste poppy aux rythmiques stoniennes.

On se dit à l'écoute de "Demolition Derby" que le groupe joue serré, emmené par un batteur possédé, survivant de l'époque Soft Machine sans doute. La voix plus filtrée qu'une partie vocale des Daft, Bertrand touche par sa fragilité, ses hésitations et sa timidité.

"Ceci est notre premier concert ensemble" confie le trentenaire corse à la foule. Pourvu que ce concert dure encore et encore…

BB déroule sur "Spring isn't fair" et "Noël sur Ordonnance", deux chansons en poèmes qui touchent en plein cœur. On remarque ça et là des têtes qui dodelinent face aux berceuses acidulées, et l'on se prête au jeu.

 

Rejoint par Fred Jimenez (ancien bassiste de AS ayant rejoint depuis Murat), la machine s'emballe, vire boogie à l'arrivée d'un autre batteur au clavier, Hervé Bouettard de AS Dragon.

Inébranlable sur son manche de basse, Burgalat assure sur "Aux cyclades électroniques".

Un hymne instrumental rappelant un autre génie oublié, Polnareff. Sonorités vintage de rigueur, les synthés, eux, évoquent les débuts rêveurs de King Crimson. Le concert touche à sa fin, une reprise des High Llamas pour finir. Burgalat qui oublie les paroles, s'en va dans l'ombre. Encore une fois.

AS Dragon. Inutile de présenter l'un des groupes phares de Tricatel, parti voila six mois pour un never ending tour commencé à la sortie de Va chercher la police, deuxième album de rage contenue.

Soyons sincère. L'ensemble du public, essentiellement masculin sur les quatre premiers rangs, se demande à quel moment il verra la poitrine de Natasha. Et c'est un peu dommage. Tant les AS seraient susceptibles d'offrir autre chose qu'un regard testostéroné porté sur des seins à demi couverts par une veste.

N'empêche. Que serait AS Dragon sans sa chanteuse ? Pris sur le bord de route en autostop, Natasha conduit aujourd'hui son groupe comme un petit bolide intrépide. De "Corine" à "Comme je suis", AS montre sa maîtrise, la folie de sa chanteuse.

Michael Garcon aux claviers, reste le chef d'orchestre imperturbable de la mécanique du Dragon.

Ceci n'est pas une chanson des Stooges prévient Natasha à l'intro de "I wanna be your doll". Tellement androgyne, tellement proche de Iggy période Raw Power...

L'envie reste là, les émotions tardent à venir, et si les titres s'enchaînent comme des poupées russes, la sauce semble ne pas prendre dans la salle. Des fans qui transpirent, deux trois malaises par ci par là, mais l'euphorie du concert de la Maroquinerie voila un et demie semble loin.

Les concerts qui passent, le froid hivernal, la fin d'année, le sapin qui cherche ses boules…

Autant d'excellentes raisons laissant quelques regrets dans la prestation du Dragon.

Et pourtant, pour ceux qui étaient là à la fin du concert, le deuxième rappel ne sera pas sans quelques surprises.

Lors de ce rappel qui ne devait durer au dire de Natasha qu'une dizaine de minutes, cette dernière s'est littéralement déchaînée.

Elle a commencé par aider un spectateur à monter sur scène, s'est jeté sur lui et a tenté de lui déchirer sans succès son T-shirt, puis lui a ordonné de retirer son pantalon et son T-shirt et a sorti un martinet afin de lui flageller le dos.

Elle a réitéré avec un second spectateur… puis avec le batteur qui était torse nu. Elle s'est précipité derrière lui pour lui infliger les mêmes sévices alors qu'il était en train de jouer, ce qui a eu pour conséquence de faire sérieusement accélérer le rythme du morceau…

Au final la prolongation a dû duré une bonne demi-heure, et pendant toute cette période rien n'arrêtait la furieuse qui sautait dans tous les sens, retournait de temps en temps dans le dos du batteur… faisait quelques tentatives avec les autres membres du groupe (seul le bassiste en est sorti indemne !).

Tout cela à totalement électrisé le public qui s'est manifesté bruyamment en scandant son prénom !

Lors des salutations, le batteur a présenté au public un dos bien zébré… et pour se venger s'est emparé du martinet et a attrapé la belle ..

 

En savoir plus :

Le site officiel de AS Dragon
Le site officiel de Bertrand Burgalat
Le Soundcloud de Bertrand Burgalat
Le Bandcamp de Bertrand Burgalat
Le Facebook de Bertrand Burgalat

Crédits photos : Fabrice (retrouvez toute la série sur Taste Of Indie)


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau
- 22 mars 2020 : Homeworks
- 15 mars 2020 : La culture sans bouillon de culture
- 8 mars 2020 : La vie en (mo) rose
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=