Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce No One is Innocent
Interview  (Normandy, Saint-Lo)  6 décembre 2019

No One is Innocent était en concert le 6 décembre dernier au Normandy, à Saint-Lo (50) sur la fin d’une très longue tournée intitulée "Frankenstein Tour". Un concert généreux, puissant et énergique, comme l’est d’ailleurs leur dernier album. Du rock énervé et efficace avec même une reprise de leur grande source d’inspiration, R.A.T.M. ("Bullet in the head"). No One finira même par inviter le public à le rejoindre sur scène pour un finish dantesque.

Quelques minutes avant le concert, Froggy’s delight a rencontré Kémar, le chanteur du groupe. Après nos rencontres avec Ultra Vomit, Niko du Bal des Enragés, maintenant No One is Innocent !

Vous avez récemment fait un zénith tous ensemble. On peut dire qu’il y’a une certaine osmose entre vous ?

Oui. On peut dire ça. Au départ, le tourneur est commun et on a joué plusieurs fois ensemble et forcément les techniciens et musiciens de chaque groupe se sont tous retrouvés dans la même caravane. Des liens se sont créés avec surtout une absence totale d’histoire d’égo entre nous. Tout le monde joue pour les autres. En plus, ce qui est intéressant c’est qu’il il y’a plusieurs générations dans des styles différents mais avec un dénominateur commun, un véritable amour de la musique. C’était vraiment une belle aventure.

Pour le concert de ce soir à Saint-Lo, No One partage l’affiche avec Merzhin avec qui tu as chanté, tu aimes bien ces affiches communes ?

C’est super important de s’inviter dans nos groupes respectifs. Le résultat est souvent très bon. Pour le cas de Merzhin, la collaboration a donné un super morceau dont je suis très fier ("Nomades").

C’est la fin de votre tournée, heureux ?

La tournée s’arrête le... vendredi 13 (décembre). On est content car c’est un peu la quille. En même temps, on a un rythme de dingue, une véritable mâcheuse de guerre en ce moment. La tournée a quand même débuté en mars 2018. Il est donc temps de raccrocher et de se retrouvera pour faire de nouvelles chansons. Il y’a des moments où tu passes ton temps à écrire, répéter, être en résidence et tu n’as pas qu’une envie c’est d’aller sur scène. Et puis quand tu fais de la scène depuis deux ans, tu n’as qu’une envie c’est de poser tes valises.

Quel a été le moment le plus fort de cette tournée ?

Je ne vais pas le cacher, c’est bien évidemment le Hellfest avec 40 minutes de grâce sur la mainstage. On n’y a pas cru. Après 25 ans de groupe, vivre des moments comme cela sur scène, ça reste incroyable. Le Zénith de Paris a été aussi un moment important car il représentait l’aboutissement de toutes les tournes avec Tagada et Ultra vomit. Et puis, remplir le Zénith, ce n’est pas rien. Il ne faut pas non plus se fixer sur ces grosses dates. On a vécu des choses incroyables dans des salles plus petites à 700-800 personnes. Je pense à un concert Chez Narcisse au Val d’Ajol (88) qui était une sorte de sauvagerie festive.

Est-ce qu’un nouvel album se prépare ?

On a effectivement commencé cet été à mettre des idées. Pour les paroles, c’est moi principalement avec parfois l’aide d’un vieux pote. On a ensemble un  ping-pong d’écriture qui marche vachement bien. L’écriture est un moment d’une très grande exigence et très douloureux car on va se prendre la tête sur une phrase pendant des semaines. C’est donc un soulagement de pouvoir échanger avec un vieux pote qui aime le rock’n’roll. Ensuite, pour la musique, on bosse à trois, moi et les deux guitaristes et après on partage avec les autres. Popy (guitariste) et moi on n’habite pas loin donc cela facilite les échanges. Shanka (guitariste) est vers Fontainebleau et on pose les maquettes chez lui.

Fred Duquesne (guitariste de Mass Hysteria et producteur) sera-t-il encore à la réalisation ?

Oh, c’est bien possible. Initialement c’est un pote de bande c’est au moment de Propaganda (2015) qu’on a souhaité travailler ensemble et ça a donné un excellent résultat.

Est-ce qu’on peut dire que No One sera éternellement un groupe engagé ?

Oui. C’est l’ADN du groupe d’être engagé. On s’est construit sur la base d’un rock énervé. C’est une thérapie et notre manif consiste finalement à écrire des chansons et les chanter sur scène. La musique est en interactivité avec les textes et ça marche avec une belle cohésion.

Est-ce qu’on peut envisager une orientation musicale nouvelle comme Utopia (1997) l’avait été ?

Non. Il y a plus une envie de surprendre en termes de compos qu’au niveau de la production. On veut rester dans la même ADN que nos deux derniers albums (ndlr : Propaganda et Frankenstein).

Est-ce qu’on peut imaginer de nouveau un album avec la participation d’un écrivain à aux textes (ndlr : cela avait été fait sur Utopia avec l’auteur de cyber-polar Maurice G. Dantec) ?

Maurice G. Dantec était un mec foncièrement punk dans l’âme et c’est pour cela qu’on s’est acoquiné avec lui. C’était vraiment une collaboration d’écritures donc un projet à part. En 1997, il nous parlait d’internet et du bouleversement que cela allait entraîner sur le monde alors qu’on était encore aux gros téléphones. Il avait une vision incroyable sur le monde.

Quel a été ton coup de cœur musical récent ?

J’adore Electric wizard qui me renvoie à tout ce que j’aime, Black Sabbath notamment. Il y a toujours Jack White qui est extrêmement brillant. Le dernier album de Lofofora m’a plu avec encore de très bons textes.

On vient d’apprendre que Rage Againt The Machine se reforme, ça doit te faire quelque chose ?

Ah oui, ça me fait quelque chose ! Je les ai vus lors de leur premier passage à Paris en première partie de Suicidal Tendencies et j’ai tout de suite eu l’impression de vivre quelque chose qui allait changer la face du rock. C’est un groupe au final que j’ai vu 7-8 fois et j’ai même rencontré Tom Morello (guitariste). C’est une nouvelle incroyable.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Gazoline de No One Is Innocent
La chronique de l'album Drugstore de No One Is Innocent
No One is Innocent en concert au Festival Microcosm 5
No One is Innocent en concert au Festival Les Rockeurs ont du coeur 2004
No One is Innocent en concert au Festival La Clef des Chants 2005 (samedi)
No One is Innocent en concert au Festival Class'Eurock 2007
No One is Innocent en concert au Splendid (vendredi 1er avril 2011)
No One is Innocent en concert au Festival Les Nuits Peplum d'Alesia #11 (édition 2011) - samedi
No One is Innocent en concert à Hellfest Open Air Festival #14 (édition 2019)
No One is Innocent en concert à Hellfest Open Air Festival #14 (édition 2019) - 2ème
L'interview de No one is innocent (16 avril 2007)

En savoir plus :
Le site officiel de No One is Innocent
Le Soundcloud de No One is Innocent
Le Facebook de No One is Innocent

Crédits photos : David Dreux


David Drx         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec
la captation
de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquilité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau
- 22 mars 2020 : Homeworks
- 15 mars 2020 : La culture sans bouillon de culture
- 8 mars 2020 : La vie en (mo) rose
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=