Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mr Bosseigne - Theo Lawrence
Le Fil  (Saint-Etienne)  23 janvier 2020

Dans la froidure de l’hiver naissant, mangeons des marrons glacés et réchauffons-nous les ouïes dans une salle de concert où la proximité rime avec l’amicalité.

D’abord, il y a ces Mr Bosseigne au swing espiègle. Ils sont trois, trois Bosseigne pour un moment de rock fifties inspirés de l’Inde. Ils sont une shiva à six bras avec une fraîcheur rock’n’roll tout droit sortie des placards. Ils filent des fourmis dans les pattes et détendent les zygomatiques de leur franche camaraderie sans prétention.

Leur rock familier vide la tête de ses pollutions syntaxiques, à en oublier son prénom suite à un glissement opportun. Un petit tour et c’est fini, nous laissant avec les guiboles qui démangent et l’âme enchantée.

Des trompettes mariachis, c’est la suite. Avec une certaine nonchalance, Theo Lawrence et sa bande de beaux gosses prennent place sur la scène. One two three c’est parti. Billy et son rock à bulles n’est pas loin, perfecto et gomina nous voilà, les cinq acolytes ne s’embarrassent pas de mots à blanc ni de palabres inutiles, ils foncent droit au cœur de la meule : le palpitant. Ils envoient une musique un brin old school, un peu tendance, entre Tarantino et la banane d’Elvis.

La voix chaleureuse et le propos romantique, Theo Lawrence enchaîne les morceaux et attise l’ambiance d’un mélo crooner au vibrato incarné. From Bordeaux, il chante comme on fredonne. C’est d’une facilité déconcertante qu’il invoque le dieu blues du Sud sixties avec une moue malicieuse. Blues, rock du saloon, rouflaquettes et robe motif pied de poule sont de sortie.

N’est-ce pas qu’il sont énervants ces types qui réussissent tout ce qu’ils entreprennent ? Mais pas lui, pas eux. L’autodidacte compositeur interprète Théo Lawrence et ses sbires ont le subtil avec eux et l’élégance en prime, c’est certainement grâce à ça qu’ils en ressortent sympathiques et talentueux.

Captivantes guitares aux prémisses du rock, avec ces frémissements électriques et ces résonances acoustiques, les morceaux font valser les cœurs à la Muddy Waters. Mais ce n’est pas tout, l’ensemble a de la folk dans ses tournures et de la séduction dans ses allures, option sweet memories et amour en vrac. Et ça fonctionne.

Forcément, on le croit ce Theo Lawrence quand il chante "Baby believe me, you bring out the worst in me", on le suit dans l’incandescent Prairie Fire des cœurs brisés, sans réfléchir. Theo Lawrence a le talent de rendre ses lettres de noblesse à l’insouciance et porte la désinvolture de la jeunesse dans ses compositions. Avec lui, vous traverserez plusieurs mers pour atteindre l’inaccessible étoile. Envoûtant je vous disais. "Come on back to my love" qu’il disait. Bouge pas, j’arrive.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Mr Bosseigne
Le Facebook de Mr Bosseigne
Le Bandcamp de Theo Lawrence
Le Facebook de Theo Lawrence

Les photos de Theo Lawrence
Les photos de Monsieur Bosseigne
Crédits photos : Eric Ségelle


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=