Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Noiseur
Musique de chambre  (PIAS)  janvier 2020

"Quand la nuit est divine, C'est toi ma partenaire, Je suis si près de toi, Je suis juste derrière, Claire comme les cimes, Sur les sombres hivers, Tout au fond de l'abîme, J'devine le rose de ta chair, Lèvres grenadine, J'fais du lèche-vitrines, tu tombes, Le torse, la poitrine, Ma langue est latine, tu grondes, Tes mains se faufilent, Légères, se dessinent des ombres, Sous tes petits blue jeans, J'ai vu l'origine du monde, C'est si doux d'où l'on vient, C'est si doux d'où l'on vient, Habibi, habibi, J'veux tes seins, T'es mon doudou je te tiens, T'es mon doudou reviens, Habibi, habibi..."

"81 bpm pour te dire combien que je t’aime"

On pourrait très bien comprendre qu’avec son parlé-chanté, son dandysme, sa pointe de France Culture (références culturelles oblige), son faux détachement mais son vrai humour pour parler de choses personnelles, son esthétisme très proche de Biolay, son romantisme très franco-français, Simon Campocasso (Le Noiseur) puisse agacer. Mais la qualité de son premier disque Du bout des lèvres a mis pas mal de monde d’accord (dans le fait de l’aimer ou de le detester...).

Pour cet EP, le chanteur français pose en robe de chambre. C’est normal le titre du disque est Musique de chambre. Le propre de la musique de chambre, c’est le resserrement. C’est un peu le cas ici, et comme le disque a justement été composé dans une chambre avec presque rien... Mais presque rien ne signifie pas forcément pauvreté. Musique en robe de chambre de satin imprimé oui, mais pas paresseuse pour autant. Ce serait même plutôt le contraire, on y discerne une certaine sophistication. Pas si aisé de trouver ce juste milieu entre sophistication et indolence (ou dilettantisme), surtout que la mélancolie n’est jamais très loin. Une sophistication réelle donc que l’on retrouve dans les mélodies, dans les arrangements (piano, cordes) et dans les textes. Chaque titre (le cri d’amour de "L’Origine du monde", le cinématographique "Aston Morphine", le spleenien "Dépression Nord", le groove mid tempo de "Summer Slow 88") fait mouche. C’est drôle, c’est touchant. Alors irrésistible le Noiseur ?

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Le Noiseur dans la rubrique Ni Vus Ni Connus

En savoir plus :
Le Soundcloud de Le Noiseur
Le Facebook de Le Noiseur


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

Abonnez vous à la Newsletter pour recevoir, outre les mises à jour en avant première, des infos de première importance et peut être des choses dont vous n'avez même pas encore imaginé l'existence et l'impact sur votre vie... et nous non plus.

se désabonner, changer son mail ... c'est ici!


» Contacter un membre ou toute
   l'équipe (cliquez ici)


Afficher les chroniques d'un membre :

Liste des chroniques... Cécile B.B.
Liste des chroniques... David
Liste des chroniques... Didier Richard
Liste des chroniques... Fred
Liste des chroniques... Jean-Louis Zuccolini
Liste des chroniques... Julien P.
Liste des chroniques... LaBat’
Liste des chroniques... Laurent Coudol
Liste des chroniques... Le Noise (Jérôme Gillet)
Liste des chroniques... Margotte
Liste des chroniques... MM
Liste des chroniques... Monsieur Var
Liste des chroniques... Nathalie Bachelerie
Liste des chroniques... Nicolas Arnstam
Liste des chroniques... Paola Simeone
Liste des chroniques... Philippe Person
Liste des chroniques... Rickeu
Liste des chroniques... Séb.T

 

Les articles de ce site sont la propriété de froggydelight.com et de leurs auteurs.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=