Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le ciel à bout portant
Jorge Franco  (Editions Métailié)  janvier 2020

Il existe de nombreux romans sur les narcotrafiquants, je pense notamment à ceux écrits par l’excellent Don Winslow, dont il se dégage souvent un réalisme assez glaçant pour le lecteur. Il en existe moins par contre sur les enfants de ces narcotrafiquants, victimes de leurs propres pères.

Si une des grandes questions de la littérature est comment "tuer" le père, que faire quand son propre père a été le bras droit de l’un des plus grands assassins du pays ? C’est à cette question que tente de répondre le nouvel ouvrage de Jorge Franco, Le ciel à bout portant, qui vient de sortir aux éditions Métailié.

Jorge Franco est né à Medellin, en Colombie en 1966. Il a fait des études de cinéma en Angleterre et des études de littérature en Colombie. Ses livres, qui ont remporté de nombreux prix, ont été traduits dans une quinzaine de langues.

L’histoire qu’il nous raconte dans son nouveau roman que l’on dévore, est celle de Larry qui arrive à Medellin douze ans après la disparition de son père, un mafieux proche de Pablo Escobar. Il revient pour enterrer les os de son père récemment découverts dans un dépôt d’ordures. Dans le même avion qui le mène vers Medellin se trouve aussi Charlie, une riche héritière qui vient aussi enterrer son père. Entre eux, un coup de foudre et des émotions différentes envers celui qu’ils viennent enterrer.

A son arrivée, ce n’est pas sa mère, l’ex miss Medellin, qui l’attend, mais Pedro, dit le dictateur, son ami d’enfance qui vient le chercher pour le plonger dans l’Alborada, une fête populaire de pétards, fusées et feux d’artifice durant laquelle personne ne dort et où tous perdent la tête. Larry retrouve son passé familial et une ville encore marquée par l’époque la plus sombre de l’histoire du pays.

L’ouvrage est construit autour de trois axes narratifs différents : la relation amoureuse qui s’installe entre les deux protagonistes dans l’avion qui les emmènent vers Medellin, un autre nous relatant le retour de Larry dans sa ville natale et un troisième qui revient en arrière dans les années 90 au temps de Pablo Escobar.

L’auteur nous montre avec ce superbe ouvrage les plaies encore béantes laissées par les années Escobar sur la société actuelle colombienne. Pour toutes les familles décrites, le traumatisme est encore présent mais malgré cela Escobar possède toujours une aura assez compliquée à expliquer.

L’auteur nous présente aussi une société et un pays dans lequel le règne de la drogue continue, un pays qui n’en a pas terminé avec ses vieux démons, un pays en situation économique difficile dans lequel les inégalités sociales grandissent, une société dans laquelle les crimes sont encore très nombreux.

Avec son roman, un espoir est possible, celui incarné par Larry et Charlie, qui s’aiment alors que leurs aînés se seraient sûrement entretués s’ils s’étaient rencontrés. Ils incarnent l’espoir d’une Colombie apaisée, soudée par l’amour et non par la haine.

Entrecroisant ces différents plans, l’auteur, étonnant de maîtrise narrative, fait le portrait de la génération des enfants du narcotrafic, qui sont en fait les victimes de leurs pères, et nous interroge sur l’importance de la mémoire pour que l’histoire ne se répète pas.

Jorge Franco nous propose donc avec Le ciel à bout portant un magnifique livre sur la Colombie, sur ses maux au travers de récits individuels superbement écrits.

 

En savoir plus :
Le Facebook de Jorge Franco


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-05-24 :
Washington Black - Esi Edugyan
J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond - Alexis Jenni
Les Beatles - Frédéric Granier
Frissonner dans la nuit avec des romans policiers à lire et à écouter -  
Roman à lire, voir et écouter -  
Le Feuilleton radiophonique en podcast -

• Edition du 2020-05-17 :
Là où chantent les écrevisses - Delia Owens
Les lumières de Tel-Aviv - Alexandra Schwartzbrod
 

• Archives :
Incident au fond de la galaxie - Etgar Keret
La chaîne - Adrian McKinty
Faites-moi plaisir - Mary Gaitskill
La femme révélée - Gaëlle Nohant
Le nouveau western - Marc Fernandez
PLS - Joanne Richoux
Le Sourire du Scorpion - Patrice Gain
Une machine comme moi - Ian McEwan
Dans les geôles de Sibérie - Yoann Barbereau
Mauthausen - Iákovos Kambanéllis
Papa - Régis Jauffret
Le coeur de l'Angleterre - Jonathan Coe
Pierre-Emmanuel Guigo - Interview
L'Homme de la plaine du Nord - Sonja Delzongle
Michel Rocard - Pierre-Emmanuel Guigo
Homo Sapiens - Antoine Balzeau & Pierre Bailly
L'affaire Clara Miller - Olivier Bal
Génération X - Douglas Coupland
L'île au secret - Ragnar Jónasson
Souffre-douleur - Bruce Mutard
Mélanine - Jeet Thayil
Fille et loup - Roc Espinet
Pierre le Grand - Thierry Sarmant
Propriétés privées - Lionel Shriver
Ghosts of L.A. - Nicolas Koch
Aotea - Paul Moracchini
Chasseurs et collectionneurs - Matt Suddain
Banditi - Antoine Albertini
Nefertari Dream - Xavier-Marie Bonnot
Champ de tir - Linwood Barclay
- les derniers articles (11)
- les derniers expos (31)
- les derniers films (2)
- les derniers interviews (26)
- les derniers livres (1994)
- les derniers spectacles (1)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=