Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Un amour de jeunesse
Théâtre de la Renaissance  (Paris)  février 2020

Comédie écrite et mise en scène par Ivan Calbérac, avec Stéphane de Groodt, Isabelle Gélinas, Olivia Côte, Nelly Clara et Sébastien Pierre.

Nonobstant son titre, "Un amour de jeunesse", l'opus de Ivan Calbérac ne traite pas de l'amour mais de l'argent, obsession contemporaine commune à tous, ceux qui en ont et peu enclins à la redistribution solidaire et en veulent plus encore comme ceux qui en sont dépourvus.

A commencer par la domestique (Nelly Clara désopilante) qui découvre le montant faramineux du salaire mensuel de son employeur, capitaine d'industrie du CAC 40 (Stéphane de Groodt au jeu defunésien) dont l'aisance financière comble sa compagne, aristocrate d'une lignée ruinée aussi dépensière que futile (Isabelle Gélinas divine notamment dans une scène calquée sur celle de la biscotte de "La Cage aux folles").

Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes capitalistes si n'intervenait un événement annoncé par l'avocat-conseil avisé (Sébastien Pierre en ahurissant ahuri) : le retour imminent de l'épouse légitime (Olivia Cote magistrale en baba cool dreadlockée oeuvrant dans l'humanitaire subsaharien) non pour renouveler la flamme de son premier amour mais à fins de divorce.

Rien de très inquiétant de prime abord mais qui, en l'espèce, sème la panique car la dame pourrait bien réclamer la moitié du patrimoine conjugal. Alors leur faut-il immédiatement trouver un subterfuge aussi simple que malin, dont la primeur est laissée au spectateur, pour désamorcer toute velléité éventuelle.

Bon faiseur d'une partition bien calibrée car dépourvue de "ventre mou" et des dialogues qui remplissent leur truculent office, Ivan Calbérac a écrit une réussie et divertissante comédie jubilatoire sur fond de de caricature de la beaufitude plébéienne et, surtout, de satire caustique de la mesquinerie et du cynisme des nantis dont l'utopique "good feeling" dénouement renforce la charge.

Et, dans un significatif décor double-face de Edouard Laug, il dirige efficacement un épatant quintet judicieusement distribué qui, de surcroît prend plaisir au (sur)jeu parfois jusqu'au fou-rire communicatif.

Alors ne pas bouder le plaisir du théâtre... ce soir.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

Abonnez vous à la Newsletter pour recevoir, outre les mises à jour en avant première, des infos de première importance et peut être des choses dont vous n'avez même pas encore imaginé l'existence et l'impact sur votre vie... et nous non plus.

se désabonner, changer son mail ... c'est ici!


» Contacter un membre ou toute
   l'équipe (cliquez ici)


Afficher les chroniques d'un membre :

Liste des chroniques... Cécile B.B.
Liste des chroniques... David
Liste des chroniques... Didier Richard
Liste des chroniques... Fred
Liste des chroniques... Jean-Louis Zuccolini
Liste des chroniques... Julien P.
Liste des chroniques... LaBat’
Liste des chroniques... Laurent Coudol
Liste des chroniques... Le Noise (Jérôme Gillet)
Liste des chroniques... Margotte
Liste des chroniques... MM
Liste des chroniques... Monsieur Var
Liste des chroniques... Nathalie Bachelerie
Liste des chroniques... Nicolas Arnstam
Liste des chroniques... Paola Simeone
Liste des chroniques... Philippe Person
Liste des chroniques... Rickeu
Liste des chroniques... Séb.T

 

Les articles de ce site sont la propriété de froggydelight.com et de leurs auteurs.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=