Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La vie sous l'Ancien Régime
Agnès Walch  (Editions Perrin)  février 2020

Selon Francois Guizot, ministre sous la monarchie de Juillet, Talleyrand aurait déclaré un jour "qui n’a pas vécu dans les années voisines de 1789 ne sait pas ce qu’est le plaisir de vivre". Pourtant, ce que nous dit François Guizot ne correspond pas aux représentations que l’on a de l’Ancien Régime.

Agnès Walch, qui vient de publier La vie sous l’Ancien Régime a l’ambition de confronter les sources de l’époque à l’image qu’en dessinent les historiens. On sait que sous le règne des Bourbons, l’existence fut particulièrement rude. En cause, un climat éprouvant, des maladies incurables, une alimentation déficiente et un spectacle permanent de la mort.

A ces conditions s’ajoutait un cadre rigide constitué par une société figée dans des hiérarchies immuables, révérant un souverain lointain et majestueux et se courbant sous le poids d’une religion traditionnelle, parfaitement analysée dans la première partie de l’ouvrage, le socle des croyances.

Pourtant, les hommes y furent heureux. Ils le disent, l’écrivent, le chantent. Leurs témoignages, mémoires, journaux intimes, récits, autobiographies, autour desquels cette belle synthèse est construite, louent un art de vivre à la française qui consiste en une culture singulière, un patrimoine, une gastronomie enviée et des codes comportementaux élégants.

Une question s’impose alors ! Comment la Révolution française a-t-elle pu s’inscrire contre cette société et cette sociabilité ?

Spécialiste de cette époque, l’historienne Agnès Walch répond à cette question en explorant la vie quotidienne durant ces deux siècles largement méconnus. Dans un grand récit nourri aux meilleures sources et écrit d’une plume fluide, elle donne à voir et à entendre les voix d’un passé oublié qui conjugua la rudesse et la douceur de vivre.

La grande qualité de l’ouvrage que nous propose Agnès Walch, au-delà qu’il est d’une lecture facile et agréable, tient dans le fait qu’il va à l’encontre des représentations caricaturales et pessimistes que nous avons de l’Ancien Régime, héritée des Lumières et de la révolution.

Agnès Walch ne s’intéresse pas dans son ouvrage à la dimension économique et sociale de cette période. Ses recherches et ses analyses se portent sur la psychologie de la France à cette époque pour montrer que les français éprouvaient du plaisir à vivre dans leur pays. Une véritable mixité sociale était présente, ce qui ne fut pas toujours le cas ensuite et même aujourd’hui.

Elle nous décrit parfaitement la société dont nous sommes issus, le poids important de la religion dans le quotidien des français. Elle nous montre en même temps comment la violence est ancrée dans cette société et nous parle aussi de la place des femmes dans cette société.

Elle nous dessine aussi dans la seconde partie de son ouvrage une douceur de vivre à la française. S’y retrouvent ce qu’elle nomme les cinq sens : un art de la conversation, une attitude mondaine, une élégance des habits, une saveur de la nourriture et une galanterie jamais démentie.

Une troisième partie, intitulée les plaisirs de la vie montre que la grandeur du royaume vient de la langue française, enviée par d’autres peuples. Les français y dévoilent une appétence pour le savoir et la culture, l’esprit et l’éducation obtiennent une importance sociale de premier plan. Enfin, l’auteure nous montre l’intérêt accordé aux affaires de cœur et à la galanterie, une manière d’être qui se traduit par la place particulière tenue par les femmes.

Alors voilà, c’est encore (et toujours) un ouvrage particulièrement intéressant que nous proposent les éditions Perrin, une analyse brillante et argumentée de la vie sous l’Ancien Régime qui nous donne à voir d’un œil différent cette société d’Ancien Régime.

 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-07-12 :
La nuit d'avant - Wendy Walker
La Chine d'en bas - Liao Yiwu

• Edition du 2020-07-05 :
Oeuvres Complètes II - Roberto Bolano
Isabelle, l'après-midi - Douglas Kennedy
Les ombres de la toile - Chris Brookmyre
Un été norvégien - Einar Már Gudmundsson
 

• Archives :
Une immense sensation de calme - Laurine Roux
Mauvaise graine - Nicolas Jaillet
Le jour où Kennedy n'est pas mort - R. J. Ellory
L'iguane de Mona - Michaël Uras
MotherCloud - Rob Hart
Et les vivants autour - Barbara Abel
Trahison - Lilja Sigurdardóttir
Fanny Chassain-Pichon - Interview
De Wagner à Hitler - Fanny Chassain-Pichon
L'enfer commence avec elle - John O'Hara
BeatleStones - Yves Delmas & Charles Gancel
La géographie, reine des batailles - Philippe Boulanger
L'obscur - Philippe Testa
Trouver l'enfant / La fille aux papillons - René Denfeld
Washington Black - Esi Edugyan
J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond - Alexis Jenni
Les Beatles - Frédéric Granier
Frissonner dans la nuit avec des romans policiers à lire et à écouter -  
Roman à lire, voir et écouter -  
Le Feuilleton radiophonique en podcast -
Le Feuilleton radiophonique en podcast -
Là où chantent les écrevisses - Delia Owens
Les lumières de Tel-Aviv - Alexandra Schwartzbrod
Incident au fond de la galaxie - Etgar Keret
La chaîne - Adrian McKinty
Faites-moi plaisir - Mary Gaitskill
La femme révélée - Gaëlle Nohant
Le nouveau western - Marc Fernandez
PLS - Joanne Richoux
Le Sourire du Scorpion - Patrice Gain
- les derniers articles (11)
- les derniers expos (31)
- les derniers films (2)
- les derniers interviews (27)
- les derniers livres (2018)
- les derniers spectacles (1)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=