Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce A tort et à raison
Théâtre Hébertot  (Paris)  septembre 2016

Comédie dramatique de Ronald Harwood, mise en scène Georges de Werler, avec Michel Bouquet, Francis Lombrail, Juliette Carré, Didier Brice, Margaux Van den Plas et Damien Zanoly.

Passionné par l'Histoire de la Seconde guerre mondiale, le scénariste et auteur dramatique britannique d'origine sud-africaine Ronald Harwood a traité à plusieurs reprises des accointances des grandes figures culturelles allemandes avec le régime nazi.

Son opus "A tort et à raison" est consacré au très renommé et adulé chef d'orchestre de la Philharmonie de Berlin Wilhelm Furtwängler qui a continué d'exercer sous le régime nazi, et ce, même à l'international comme fer de lance de la grande tradition musicale allemande.

Il décline une situation et une dialectiques analogues à celles de "Collaboration" afférente au compositeur Richard Strauss en ce même temps Président de la Chambre de Musique du Reich, et comme ce dernier a été soumis à une reddition de comptes devant la Commission de dénazification siégeant à l'issue du conflit armé.

La procédure d'instruction constitue la situation fictionnalisée par Ronald Harwood et la thématique abordée n'est pas tant, même si présente en toile de fond, celle des relations entre l'art et la politique au plan philosophique, mais au plan individuel au niveau de l'artiste et de son éventuelle compromission politique.

La partition, au demeurant très scénaristique à défaut de puissance dramatique y préférant la synthèse didactique, ne se déploie pas en un huis clos propice au débat d'idées mais selon une trame chronologique scandée par la procédure d'enquête diligentée par un militaire américain dans laquelle interviennent plusieurs personnages, tous aussi archétypaux, pour contrecarrer l'instruction à charge menée par celui-ci.

Ainsi sont listés tous les arguments invoqués par les accusés de collusion même passive, la peur, le cas de force majeure, l'ignorance des exactions commises, avec, en sus en l'espèce, l'excuse absolutoire de la mission de l'artiste, la qualité d'artiste primant celle de citoyen impliqué dans la vie de la cité, qui est de maintenir l'art, en l'occurrence la musique, à son plus haut nonobstant les circonstances politiques.

Dans le décor d'Agostino Pace, un bureau modeste placé sous l'auspice du drapeau étasunien avec en fond de scène une carte blanche d'Allemagne, métaphore de la purification menée par la très sainte Amérique, Georges Werler signe une mise en scène de facture classique dont la staticité est amplifiée par un rythme dont la lenteur est accentuée par l'usage de longs silences.

Au jeu, Juliette Carré, en témoin de moraité, Didier Brice, le second violon pas très "blanc-bleu", Damien Zanoly, en jeune officier américain d'origine juive allemande dont les parents ont été exterminés et mélomane admiratif adepte du pardon des offenses, Margaux Van den Plas, en secretaire-greffière "bonne allemande" douloureuse, et Francis Lombrail, en commandant plébéien et "bas du front" peu sensible aux arguties, entourent Michel Bouquet.

En costume mitterrandien, manteau et chapeau noirs et écharpe cramoisie, et arborant également la fameuse figure de sphinx marmoréen, il campe un maestro ambigu et janusien au narcissisme égotique entre grandeur d'âme et subtile rouerie.

A voir pour Michel Bouquet, doyen nonagénaire des comédiens français, qui, tel Molière son maître, ne peut renoncer à la scène.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 12 juillet 2020 : Un air d'été

On entre dans la saison des vacances, pour vous comme pour nos chroniqueurs. Vous nous retrouverez tout l'été quand même avec des éditions web plus légères et toujours notre Froggy's TV bien sûr avec La Mare Aux Grenouilles et plein d'autres émissions. c'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

La Mare Aux Grenouilles #6, sommaire et replay
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.

Au théâtre :

en salle :
"Littoral" au Théâtre de la Colline
"Karine Dubernet - Souris pas" au Point Virgule
et dans un fauteuil de salon :
des créations :
"Yvonne princesse de Bourgogne" par Jacques Vincey
"Lucrèce Borgia" par Lucie Berelowitsch
"La Dernière neige" de et par Didider Bezace
"Pinocchio" de Joël Pommerat
"Soulever la politique" de Denis Guénoun
"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais" de et par Ahmed Madani
Au théâtre ce soir :
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"Le Tombeur" de Robert Lamoureux
"Une cloche en or" de Sim
du boulevard :
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Face à face" de Francis Joffo
du côté des humoristes :
"Bernard Mabille sur mesure"
"Christophe Alévêque est est Super Rebelle... et candidat libre !"
et finir l'Opéra :
avec du lyrique :
"Le Balcon" de Peter Eotvos par Damien Bigourdan
"Orlando furioso" de Antonio Vivaldi par Diego Fasolis
"La Flûte enchantée" de Mozart par Romeo Castellucci
et du ballet avec deux créations étonnantes : "Raymonda" de Marius Petipa et "Allegria" de Kader Atto

Expositions :

les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma at home avec :
le cinéma contemporain
"A woman at war " de Benedikt Erlingsson
"Lulu" de Uwe Janson 
"L'Apotre" de Cheyenne Carron
"La tendresse" de Marion Hänsel
"Crawl" de Herve Lasgouttes
"Nesma" de Homeïda Behi
le cinéma culte des années 1920 :
"Le cuirassé Potemkine" de Sergueï Eisenstein
"Nosferatu le vampire" de Friedrich Wilhelm Murnau
"Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene
"Les Deux Orphelines" de D.W. Griffith
et l'entre deux avec les années 1970 :
"Mado"de Claude Sautet
"La Traque" de Serge Leroy
"La femme du dimanche" de Luigi Comencini
et retour au 2ème millénaire avec de l'action :
"Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie" de Jan De Bont
"Blade Trinty" de David S. Goyer
avant de conclure en romance avec : "Un havre de paix  de Lasse Hallström

Lecture avec :

"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=