Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Eskimo
Que faire de son coeur ?  (Eskimo)  mars 2020

Eskimo, c’est : "c’est une personne, un projet, une atmosphère, une fascination pour les peuples autochtones et les pays du nord". C’est une jeune musicienne qui cultive un univers particulier pour ne pas dire singulier.

Son premier disque Que faire de son cœur ? offre une musique sophistiquée, savante, exigeante, aventureuse mais foncièrement mélodique, pop et indépendante. Dans une veine pas si éloignée de cela d’artistes comme La Féline, Mira Cétii, Fantôme : "c’est mon amie et on a même un groupe ensemble qui s’appelle "La Mantique", c’est de la musique improvisée". Cate Le Bon, Julia Holter ou St. Vincent. Ces influences ? "J'écoute beaucoup de choses diverses. Classique, jazz, soul, expérimental, rock alternatif, rock progressif, garage, punk, post-punk, rap, pop psychédélique, dream pop, et musique du monde et de toute sorte de bizarreries".

C’est tout un monde sonore, pas un monde lointain pour paraphraser Henri Dutilleux, car Eskimo arrive à tisser un lien étroit avec celui qui l’écoute. Comme si, par cercles concentriques elle arrivait à nous attirer à elle. C’est une musique envoûtante, solaire... expressionniste presque.

Si ce Que faire de son cœur ? est un choc de beauté et de sensibilité, c’est d’abord et avant tout parce qu’il repose sur une écriture, des compositions solides. Il se fonde sur une capacité à jouer avec les tensions, entre moments de calmes presque atmosphériques et moments de tension, à construire à la frontière des formats pop de grandes chansons habitées et à suivre des chemins hors des sentiers battus. "Il y a du bonheur hors des sentiers battus. Il y a du bonheur dans les sentiers rebattus et une certaine façon de cueillir le bonheur qui procure de la joie".

Des chemins, une esthétique moins brute que sur son premier EP Dancing Shadows. "Je voulais quelque chose de plus ouvert. Déjà le fait de chanter en français, change les choses. On n’aborde pas le texte de la même manière en français. Et puis, pour ce disque j’ai eu la chance d’avoir un ingénieur du son du nom de Guillaume Jaoul qui a aussi joué le rôle de réalisateur et on a travaillé ensemble pour avoir ce son, cet esthétisme".

Eskimo ne chante pas uniquement en français, puisqu’elle fait également des incursions en japonais. "Une langue c’est une culture et j’aime et suis curieuse des autres cultures. Ça apporte beaucoup de regarder ailleurs comment on pense. Ça permet d’élargir sa vision". Des textes, sur les rêves, l’amour, le rapport aux autres qui ont une importance. Ils font "écho avec notre période troublée. Et c’est intime car j’aborde les textes ainsi. C’est toujours quelque chose que je ressens ou vis et que j’intériorise pour ensuite le mettre en mot".

On ressort de ce disque comme après un rêve (ces jeux de timbres, avec le saxophone notamment, de rythmiques...), chamboulé, avec l’irrépressible envie d’y retourner.

Il faut soutenir absolument ce disque, cette artiste. D’abord et avant tout parce que cette musique vaut que l’on s’en donne la peine. Et puis en cette période de confinement, encore plus qu’habituellement, c'est vraiment difficile de se faire une place...

Essentielle, inclassable et inimitable. Superbe.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Dancing Shadows de Eskimo
L'interview de Eskimo (mardi 26 août 2014)

En savoir plus :
Le Bandcamp de Eskimo
Le Soundcloud de Eskimo
Le Facebook de Eskimo


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-07-05 :
Listen in Bed - Jimmy Cobb (Mix #19)
Divers artistes - INTENTA Experimental & Electronic Music from Switzerland 1981-93
Thibault Noally & L'ensemble Les Accents - Alessandro Scarlatti : Il Martirio di Santa Teodosia
Benoît Menut - Les îles
Musica Nigella & Takénori Némoto - Chausson le littéraire
Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet - Echange

• Edition du 2020-06-28 :
Marianne Piketty, Le Concert Idéal - L'Heure bleue
Silas Bassa - Silas
Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay - Eivind Groven Symphonies N°1 & 2
Jean-Efflam Bavouzet - The Beethoven Connection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wölfl
Benjamin Biolay - Grand Prix
Merakhaazan - Veines
Marion Cousin & Kaumwald - Tu rabo par'abanico
 

• Archives :
Cie Guillaume Lopez - Anda-Lutz
François Club - Cobra
Yadam - Safeplace EP
Hailey Tuck - Coquette EP
Austyn - Désordres EP
Volo - Avec son frère
Daniel Jea - A l'instinct A l'instant
Epilexique - Cérébro Dancing
Fugu - As Found
Magic Malik - Fanfare XP, volume 2
Listen in Bed - Springtime With No Harm (Mix #18)
Listen in Bed - Two Lovers (Mix #17)
Cold War Kids - New Age Norms 1
The Nits - Knot
Ensemble Thélème & Quatuor XASAX - Mutations Les chimères de Clément Janequin
Les Marquises - La battue
Sarah Lancman - Parisienne
Charles-Baptiste - Le Love & le Seum
Gontard! - Le Sismographe / Noyé 45 tours
Olivier Perrot - C'est la vie
Camille Bénâtre - Après le soir
Roseland - To save what is left
Dätcha Mandala - Interview
Listen in Bed - Plus Rien (Mix #16)
Mcbaise - Raviolo EP
Fontiac - Oxurya EP
YN - Chants de force EP
Söng Söng - Polychrome sounds from the underground
Olivier Savaresse - Acapas
Dätcha Mandala - Hara
- les derniers albums (6108)
- les derniers articles (155)
- les derniers concerts (2323)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1095)
- les derniers livres (8)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=